fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUL’Australie soutenue par la mauvaise inflation

L’Australie soutenue par la mauvaise inflation

franckprovost

Mercredi, le Bureau australien des statistiques a communiqué d’importantes données sur l’inflation. Aujourd’hui, l’inflation reste faible, mais certains signes démontrent qu’elle pourrait bien augmenter l’année prochaine via les mauvais mécanismes, comme le prix du pétrole et le coût des importations.

Les prix du pétrole continuent de dicter la courbe de l’inflation. Ce mois-ci le prix du baril a fait chuter l’inflation, mais on prévoit une hausse des prix l’année prochaine.

Par ailleurs, l’indice global des prix à la consommation s’est situé à 1,3 % de septembre 2015 à septembre 2016, ce qui est beaucoup trop bas.

La consommation des ménages fléchit, c’est on ne peut plus clair si l’on analyse le taux d’inflation bas, voire négatif, pour les vêtements (1,2 %), les loisirs et la culture (0,6 %), les transports (-3,4 %) et les communications (- 7,5 %).

Les options

Le gouvernement peut agir sur l’inflation en augmentant les dépenses. Toutefois, cette option est peu crédible puisque la dette et le déficit de l’Australie sont pour le moins conséquents. D’ailleurs, le gouvernement Turnbull a été catégorique, il n’empruntera pas de l’argent pour l’injecter dans l’économie.

Cependant, les dépenses du gouvernement ne représentent pas l’unique levier pour modifier l’inflation. Il existe également l’inflation importée, lorsque la devise australienne se déprécie face à d’autres devises, augmentant ainsi le coût des importations.

Heureusement pour les Australiens, le yuan s’est déprécié de façon similaire au dollar australien, c’est pourquoi le prix de la plupart des importations (télévisions, smartphones, outils,…) est resté stable.

En revanche, le coût des importations provenant des États-Unis, d’Europe ou du Japon (certaines marques de voitures, les objets de luxes et les voyages dans ces régions) a cru considérablement.

La situation n’est donc pas au beau fixe : d’un côté, une économie faible est susceptible de faire fuir les investisseurs d’Australie et, de l’autre, le coût des importations s’accroit.

Certains experts ont donné un nom à ce genre de conjoncture : « stagflation » qui signifie une croissance stagnante et une hausse du coût de la vie. Bien entendu, l’Australie n’est pas encore aux prises avec à la stagflation, mais certains ménages y sont déjà confrontés.

Le défi du gouvernement australien et des chefs d’entreprise est donc de faire rebondir l’inflation via les bons mécanismes : une hausse des investissements, la création d’emploi, une augmentation des salaires et une reprise de la consommation des ménages.

Une conjoncture où l’inflation grimpe uniquement à cause de la hausse du prix du pétrole ou des prix des produits importés n’est pas désirable.

Source : http://thenewdaily.com.au/money/finance-news/2016/10/26/inflation-figures-october/

Comments
NCT
Share With: