fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUL’Australie veut se retirer d’un accord sur les Routes de la soie et enrage Pékin

L’Australie veut se retirer d’un accord sur les Routes de la soie et enrage Pékin

franckprovost728

“Une provocation” : la Chine a fustigé mercredi la décision de l’Australie de vouloir révoquer un accord concernant le projet chinois des Routes de la soie, sur fond de vives tensions entre Pékin et Canberra.

Les nouvelles Routes de la soie sont un vaste projet d’investissements dans les infrastructures inauguré en 2013 à l’initiative du président chinois Xi Jinping.

Il vise à améliorer les liaisons commerciales entre l’Asie, l’Europe, l’Afrique et même au-delà par la construction de ports, de voies ferrées, d’aéroports ou de parcs industriels.

Les projets sont financés via des investissements chinois ou des prêts de plusieurs centaines de milliards d’euros.

Des projets pharaoniques qui inquiètent les rivaux régionaux de la Chine et les pays occidentaux qui y voient une manière pour Pékin d’augmenter son influence politique et économique.

L’Etat australien de Victoria a signé un accord pour se joindre à l’initiative chinoise.

La ministre australienne des Affaires étrangères Marise Payne a annoncé mercredi qu’elle le révoquerait, estimant qu’il est incompatible avec la politique étrangère de son pays, au moment où Canberra fait face à des tensions croissantes avec Pékin.

La Chine a fustigé une décision “déraisonnable et provocatrice”.

Cela “montre que le gouvernement australien n’a aucune sincérité dans l’amélioration des relations” entre les deux pays, a regretté dans un communiqué l’ambassade de Chine en Australie.

– Longue liste de griefs –

Les relations bilatérales ont commencé à se détériorer en 2018, lorsque l’Australie a exclu le géant chinois des télécoms Huawei de la construction de son réseau 5G, au nom de la sécurité nationale.

Elles se sont depuis encore tendues lorsque le Premier ministre australien Scott Morrison a appelé l’an dernier à une enquête internationale sur les origines de l’épidémie de Covid-19.

La Chine, premier pays touché par la pandémie, considère cette demande comme hostile et politiquement motivée.

Résultat, Pékin a pris ces derniers mois toute une série de mesures de rétorsion économique à l’encontre d’une dizaine de produits australiens, notamment l’orge, le boeuf et le vin.

Le vin australien est ainsi frappé par de lourdes surtaxes compensatoires, qui doublent voire triplent son prix depuis le mois dernier, à la suite d’une enquête antidumping.

Le dumping, dont Pékin accuse Canberra, est une pratique qui consiste notamment à vendre à l’étranger à des prix inférieurs à ceux pratiqués sur le marché national.

Avant le net refroidissement de leurs relations, l’Australie était en 2019 de loin le plus gros fournisseur de vin du géant asiatique. Et le pays bénéficiait d’une exemption de droits de douane.

Pékin invite par ailleurs les touristes et étudiants chinois à éviter l’Australie. Une recommandation justifiée par des incidents à caractère “raciste” contre des personnes d’origine chinoise.

– “Accords incompatibles” –

A ce contexte tendu entre Pékin et Canberra s’ajoute un autre domaine de discorde : les médias.

Cheng Lei, une ex-présentatrice australienne de la télévision publique chinoise CGTN, est détenue depuis août au nom de la “sécurité nationale”.

Deux reporters australiens, qui craignaient d’être arrêtés à leur tour, avaient fui le pays dans des conditions rocambolesques quelques semaines plus tard.

L’un s’était réfugié à l’ambassade d’Australie à Pékin, et l’autre au consulat d’Australie à Shanghai. Tous deux avaient reçu une convocation de la police et une interdiction formelle de quitter le territoire chinois.

Canberra a adopté l’année dernière de nouvelles lois qui permettent d’annuler tout accord, considéré comme représentant une menace pour l’intérêt national, entre les représentants d’un Etat australien et des pays tiers.

Mme Payne a estimé mercredi que des documents signés par l’Etat de Victoria avec la Chine en 2018 et 2019 entrent dans ces nouvelles prérogatives et peuvent donc être annulés.

Ces accords sont “incompatibles avec la politique étrangère de l’Australie ou défavorables à nos relations étrangères”, a affirmé dans un communiqué la cheffe de la diplomatie australienne.

Selon la constitution australienne, le gouvernement fédéral est responsable des affaires étrangères et de la défense. Les Etats et Territoires s’occupent quant à eux de domaines tels que la santé et l’éducation.

Share With:
Tags