fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeAFPLe couple Fillon ovationné à son arrivée à La Villette

Le couple Fillon ovationné à son arrivée à La Villette

Paris (AFP) – François Fillon et son épouse Penelope, soupçonnée d’emplois fictifs, ont été ovationnés dimanche par des milliers de militants LR à leur arrivée au grand meeting parisien du candidat de la droite, qui tente de relancer sa campagne.

Le couple Fillon a été acclamé à son entrée dans la salle bondée (13.500 personnes inscrites, selon les organisateurs), à la porte de la Villette.Aux cris de “Penelope, Penelope”, Mme Fillon, les yeux embués, s’est vu offrir un bouquet de fleurs.

Après avoir salué les principaux ténors du parti Les Républicains, le couple Fillon s’est ensuite installé au premier rang, visiblement ému.

Le candidat de la droite était entouré des principaux ténors LR, dont Gérard Larcher, Bruno Retailleau, Thierry Solère, mais aussi son ex-rival Alain Juppé, qu’il a largement battu fin novembre au second tour de la primaire de la droite, ou encore le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde.

Ce meeting doit permettre à M. Fillon de reprendre la main d’une campagne qui patine depuis plusieurs semaines.Mais depuis mercredi, la droite est assommée par les révélations du Canard enchaîné.

La très discrète épouse du candidat LR est soupçonnée d’emplois fictifs comme collaboratrice parlementaire de son époux, puis de son suppléant, et salariée de la Revue des Deux Mondes, propriété de Marc Ladreit de Lacharrière, ami de l’ex-Premier ministre.

Et M. Fillon pourrait être inquiété par une autre affaire, celle des caisses occultes de sénateurs de l’ex-UMP.Le Journal du dimanche (JDD) affirme qu’entre 2005 et 2007, quand il était sénateur de la Sarthe, “François Fillon a perçu sept chèques à son nom” pour “un montant total de l’ordre de 21.000 euros” correspondant à des “reliquats de crédits d’assistants”.Pour Mediapart, il “s’est mis dans la poche une partie des crédits théoriquement réservés à la rémunération d’assistants, grâce à un système de commissions occultes”.

Interrogé par l’AFP, l’entourage de M. Fillon a refusé de commenter “une affaire judiciaire en cours”.Le député LR Éric Ciotti a assuré sur franceinfo que cette affaire des caisses occultes du Sénat “ne concerne ni directement ni personnellement François Fillon”.

“On s’est pris un coup de massue sur la tête”, résumait déjà un conseiller politique avant le week-end, alors que M. Fillon a fait de la probité un de ses axes de campagne durant la primaire, attaquant vivement l’ex-président Nicolas Sarkozy sur ce thème. 

Le parquet national financier a ouvert une enquête.Auditions, perquisitions et saisies – notamment les déclarations de patrimoine et d’intérêts du député – ont débuté.

– “Officines” pour le “faire taire” –

Des “boules puantes” pour M. Fillon qui veut que l’enquête puisse faire taire “les calomnies”, assurant qu’il n’y a “pas le moindre doute” sur la réalité du travail de son épouse, dont personne ne semblait pourtant être au courant.

Mme Fillon aurait touché 500.000 euros de salaires comme assistante parlementaire?”Les niveaux de rémunération sont faux” et on “mélange le brut et le net”, affirme au JDD M. Fillon, promettant de se battre “jusqu’au bout” face aux “forces” et “officines” à l’œuvre, selon lui, pour le “faire taire”.

Mais, interrogé dimanche, M. Larcher, président du Sénat, l’un de ses soutiens historiques, n’y croit pas.”Les officines, c’est uniquement celles des pharmaciens”, a-t-il dit.

M. Larcher a par ailleurs jugé “important” que M. Fillon apporte “des éléments” sur les conditions d’emploi de deux de ses enfants lorsqu’il était sénateur (2005-2007), mentionnées par le candidat lui-même.Mais “là aussi, je fais confiance à François Fillon”, a dit M. Larcher.

Cette affaire tombe très mal à trois mois du premier tour de la présidentielle.D’autant que la campagne du candidat Fillon a du mal à décoller.Même dans son propre camp, certains parlementaires inquiets l’ont exhorté à mettre un peu d'”espoir” dans son programme “radical”.

Seule concession pour l’instant, des consultations pour “approfondir le volet santé” de son projet, très attaqué par une gauche dénonçant une volonté de privatiser la Sécurité sociale. 

Avec ce “Penelopegate” potentiellement dévastateur dans l’opinion, la situation du candidat de la droite est devenue carrément périlleuse alors que les portes de l’Élysée lui semblaient grandes ouvertes il y a quelques semaines encore. En coulisses, certains dans son camp se demandent même s’il pourra aller jusqu’au bout. 


Source: AFP
Share With:
Tags