fbpx
HomeACTULe dollar australien au plus bas, la croissance au ralenti et le taux d'intérêt maintenu à 2,5%

Le dollar australien au plus bas, la croissance au ralenti et le taux d'intérêt maintenu à 2,5%

Le dollar australien a chuté en dessous des 84 cents US pour la première fois depuis Juillet 2010 et la croissance économique n’atteint que la moitié des prévisions espérées.

Le récent rapport du Bureau australien des statistiques et des données du produit intérieur brut (PIB) montrent que l’économie a crû de seulement 0,3% au cours du troisième trimestre de l’année et seulement 2,7% au cours de l’année (du 1er janvier jusqu’au 30 Septembre).

Les Prévisions de Bloomberg ciblaient 0,7% de croissance au cours du dernier trimestre et 3,1 pour cent pour l’année.

“Le fait que le PIB est plus faible que prévu, que le revenu national ait à nouveau baissé en partie à cause d une période de récession sur le revenu, suggère que le risque de voir les taux d’intérêt augmenter est moins important”, a-t-il dit. La banque centrale australienne a confirmé cette tendance en annoncant le maintien de son principal taux d’intérêt à son plus bas niveau historique de 2,5% pour le 16e mois d’affilée, répétant que, au vu d’une croissance économique en demi-teinte, elle était disposée à observer le statu quo pour une période prolongée.

Toutefois, Bloomberg affirme que l’augmentation des chances de nouvelles baisses de taux l’année prochaine pourrait donner un coup de pouce aux secteurs en difficulté précédemment comme les secteurs exposés commercialement. Il évoque les domaines dela manufacture, du tourisme, de l’enseignement supérieur et aussi des ressources, y compris l’agriculture et les sociétés minières”.

“La baisse du dollar australien est une lueur d’espoir dans tout cela.”

Le chiffre du PIB global a été stimulée par une solide croissance des dépenses des ménages (0,4 %) et les exportations nettes (0,8 %) – bien que cette mesure des exportations regarde le volume vendu, pas le prix reçu.

Malgré les récentes baisses de l’investissement minier, l’expansion de la production contribuent tout de même à la croissance au cours de l’année écoulée (0,9 %), tandis que les secteurs de la finance, de l’assurance et de la construction ont également contribué à la croissance.

En revanche, l’agriculture, la pêche et la foresterie soustrait 0,2 points de pourcentage à la croissance, tout comme les transports, les services postaux et de l’entreposage.

 

 

Share With: