fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULe gouvernement envisage de modifier de manière optionnelle le système de don d’organes

Le gouvernement envisage de modifier de manière optionnelle le système de don d’organes

Le gouvernement australien envisage de changer radicalement la liste des résidents en tant que donneurs d’organe car les Australiens pourraient bientôt être automatiquement enregistrés en tant que donneurs d’organe dans le cadre d’un projet de modification visant à lutter contre la hausse du nombre d’acheteurs d’organes sur le marché noir.

Le gouvernement envisagerait d’adopter une approche « opt-out » en matière de don d’organes, qui obligerait les citoyens à déclarer expressément qu’ils ne souhaitaient pas être un donneur.

En effet, le rapport sur le trafic d’organes humains et le tourisme de greffe d’organe, déposé au Parlement la semaine dernière, a révélé que la demande nationale actuelle en donneurs dépasse de loin l’offre d’organes disponible. Cela se traduit par un nombre croissant de personnes qui se tournent vers le marché noir pour les greffes d’organe.

En septembre 2018, il y avait 1 423 personnes sur des listes de greffes d’organe en Australie, dont 1003 en attente d’une greffe de rein. En raison de la forte demande d’organes, beaucoup ne survivent pas à la période d’attente. Sur le marché noir, les reins peuvent être achetés entre 68 000 et 163 000 dollars.
« Les personnes désespérées, souvent aux prises d’une maladie rénale en phase terminale peuvent se rendre dans des pays lointains et pauvres et payer des dizaines de milliers de dollars et plus pour une greffe d’organe dans laquelle le donneur, souvent exploité ou incapable de donner son consentement libre et éclairé pour un don« , lit le rapport.

Dans le cadre du programme australien actuel de don d’organes, seulement une personne sur trois est enregistrée en tant que donneur. Ceci en dépit de la majorité des Australiens déclarant qu’ils sont disposés à faire don de leurs organes s’ils meurent.
Parmi les 10 principaux pays donneurs au monde, sept d’entre eux ont mis en place un système de retrait depuis plusieurs années, deux autres ayant adopté la politique au cours de la dernière année.

Toutefois, même si les taux de dons d’organes ont augmentés, les auteurs du rapport estiment que les approvisionnements en organes ne pourront pas répondre à la demande totale à tout moment dans un avenir prévisible — ce qui signifie que l’Australie a besoin de mesures pour lutter contre le trafic d’organes le plus tôt possible.

Source : News.com.au

———————————–

N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter. Des idées, des commentaires ? Une coquille, une inexactitude ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
franckprovost
Share With: