fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULe Lockout de Sydney, un succès ?

Le Lockout de Sydney, un succès ?

FOTY

Les règles de lockout et de restriction de consommation d’alcool à Sydney, ont permis de réduire le taux d’agression dans les rues de 40%,  mais il n’y a pas pour autant de certitude que les Sydneysiders boivent moins.

C’est la mort de Daniel Christie, pendant la nuit du Nouvel an 2013, qui avait provoqué de vifs débats publics sur la violence liée à l’alcool et la création de différentes mesures telles qu’un lock-out à 22h00, un dernier service à 3 h00 du matin, etc.

Le premier constat fait depuis la mise en place de ces restrictions c’est qu’il y a beaucoup moins de violence à Kings Cross, Oxford Street, George Street dans les Rocks.

Les agressions autour du casino “The Star”- situé juste à l’extérieur de la zone de lockout, ont, quant à elles,  augmentées ; même si le Bureau de Statistiques Criminelles du NSW ne considère pas que le changement soit statistiquement significatif.

Ce qui semble être confirmé par le Ministre de la Justice et de la Police : Tray Grant qui explique que contrairement aux inquiétudes de certains, les faits de violence ne se sont pas déplacés dans des quartiers comme Bondi ou Surry Hills- à l’extérieur de la zone de Lockout.

Il estime, cependant, que ce succès ne justifie pas d’étendre la nouvelle législation au grand Sydney, ou à tout le NSW : car selon lui «un modèle unique » ne peut fonctionner partout.

Le directeur du Bureau de Statistiques Criminelles du NSW, Dr Weatherburn a, de son côté, indiqué qui si les agressions ont, bel et bien, diminuées, il est  impossible de déterminer avec certitude si cette baisse est due à une diminution de la consommation d’alcool ou tout simplement à une chute de fréquentation dans les bars de la CBD et de Kings Cross.

Il a ajouté que, de toutes les mesures prises par la police pour réduire le taux de criminalité à Sydney, le lockout est, de loin, la plus efficace.

D’après lui : Sydney est une ville plus sûre, désormais.

source :smh 

Share With: