fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULe melomys australien : première victime du réchauffement climatique ?

Le melomys australien : première victime du réchauffement climatique ?

nc

La ministre fédérale de l’Environnement Melissa Price a officiellement déclaré l’extinction du mélomys, un petit rongeur typique du continent australien.  Cette disparition « constitue probablement la première extinction de mammifère enregistrée, due au changement climatique anthropique  » affirme le bureau fédéral.

Pour autant, certains scientifiques jugent cette déclaration contestable ou du moins hâtive.  En effet, Geoff Richardson, fonctionnaire du ministère de l’Environnement, aurait déclaré que le gouvernement du Queensland n’avait pas encore de  »preuves substantielles pour déclarer les mélomies complètement éteints » ajoutant que les chercheurs de l’Université du Queensland ont concentré leurs recherches dans un seul endroit connu, Bramble Cay, près de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Déclarer publiquement l’extinction du mélomys « n’est pas une décision à prendre à la légère« , s’est emporté M. Richardson, avant de conclure :  »Il y a toujours un délai pendant la collecte des preuves pour être absolument certain. »

Complètement éteints ou sur le point de s’éteindre, il est néanmoins certain que les mélomies sont en bien mauvaise posture. L’animal ne vit en effet que sur une île de cinq hectares de moins de trois mètres de haut, ce qui le rend extrêmement vulnérable aux changements climatiques, à la montée des eaux ainsi qu’à l’intensification des tempêtes tropicales.

En 2008, un plan quinquennal de conservation avait été élaboré pour sauver les derniers mélomies ;  à l’époque, il n’y en avait qu’une petite dizaine selon les rapports. Ce plan de sauvetage, élaboré par l’Environmental Protection Agency du gouvernement du Queensland,  a échoué, sûrement à cause d’une minimisation de la menace d’extinction :  »Il est peu probable que les conséquences du changement climatique, y compris l’élévation du niveau de la mer, l’augmentation de la fréquence ou l’intensité des tempêtes tropicales, aient un impact majeur sur la survie des mélomies de Bramble Cay » écrivait ainsi un rapport du plan en 2009.

 »C’est notre petit rat brun à nous et notre responsabilité de nous assurer qu’il survive. Nous avons échoué. » estime Mélissa Price après avoir déclaré que l’extinction des mélomies de Bramble Cay était « incroyablement décevante ».

Cependant « nos organismes continueront de concentrer leurs efforts sur la protection des espèces jugées prioritaires, grâce à l’investissement de 425 millions de dollars du gouvernement dans les programmes relatifs aux espèces menacées » assure-t-elle.

Leeanne Enoch, ministre de l’Environnement du Queensland, a déclaré que l’extinction du petit rongeur montre que « nous vivons actuellement les effets réels du changement climatique » avant d’ajouter : « Nous avons toujours demandé à Scott Morrison et Melissa Price de faire preuve de leadership en matière de changement climatique au lieu de faire l’autruche. » Voilà un avertissement clair avant la tenue des élections sénatoriales prévues pour mai prochain.

Source : The News Daily 

———

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

 

Comments
nc
Share With: