fbpx
HomeACTULe mystérieux “chat-renard” enfin découvert en Corse

Le mystérieux “chat-renard” enfin découvert en Corse

Depuis des années, cette créature mystérieuse errait dans la forêt corse. Le “chat-renard”, pour sa couleur rousse, vient d’être découvert par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) comme une “nouvelle espèce de félins”.

La queue touffue, un ventre roux et des moustaches courtes, c’était la seule description du “ghjattu-volpe”, de son nom corse, évoquée par les bergers de l’île de la Beauté depuis des générations.“C’était un mythe et aujourd’hui c’est une réalité”, a déclaré Carlu-Antone Cecchini, chargé de mission chat forestier à l’ONCFS auprès de l’AFP. “Au début, on nous prenait pour des fous mais aujourd’hui, quand on montre ce qu’on a comme données, les gens restent bouche bée”.

Depuis 2008, après avoir capturé un premier “chat-renard” dans un poulailler, les scientifiques étudiaient l’origine du félin. A la différence d’un chat domestique, cette espèce a des oreilles plus larges, un poil soyeux, des courtes moustaches et des canines très développées. Il mesure 90cm de la tête au bout de la queue et peut se déplacer jusqu’à 2500 mètres d’altitude, d’après des données GPS.

D’une bête fauve dans la mythologie à une nouvelle espèce ?

De générations en générations, les bergers “racontaient que ces chats forestiers s’attaquaient aux mamelles de leurs brebis et chèvres. C’est à partir de ces récits qu’on a commencé nos recherches”, a affirmé Carlu-Antone Cecchini.

Depuis dix ans, les chercheurs ont pu identifier 16 “chats-renards”. Aujourd’hui, il n’est pas encore officiellement considéré comme une nouvelle espèce car il n’apparaît dans aucune nomenclature officielle. Il faut maintenant espérer qu’elle soit reconnue pour être protégée à l’heure où plus de 20 000 espèces issues de la faune et de la flore disparaissent chaque année.

Source : France Info.


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter
Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: