fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULe Premier Ministre veut régler le problème de la parité

Le Premier Ministre veut régler le problème de la parité

gjfood

Scott Morrison a admis que le Parti libéral a un problème de parité au sein du parti et a laissé la porte ouverte à des candidatures de femmes, seulement, pas à temps pour les élections de 2019.

Le Premier ministre s’accroche à ses armes. Selon lui, le Parti libéral ne devrait pas accepter des quotas formels comme le Parti travailliste. Il a admis qu’il envisage de nouvelles politiques pour stimuler la représentation féminine s’il conserve sa place de premier ministre.

Mais après le départ de Kelly O’Dwyer, chef de file des libéraux, Scott Morisson a affirmé dimanche qu’il s’attendait à ce qu’elle soit remplacée par une femme aux sièges d’Higgins (Canberra).

« Je m’en remets au solide processus en place au sein du Parti libéral. Ce sont leurs décisions, mais je pense que oui, elle (Kelly O’Dwyer – ndlr) sera remplacée par une autre femme », a-t-il dit. « Nous verrons des candidates exceptionnelles se présenter. Un certain nombre, je crois, se dirige dans cette direction. »

La sénatrice libérale Jane Hume, favorite des libéraux, devrait se présenter. Mais un champ de candidats potentiels pour la Melbourne Cup est en train d’émerger, y compris l’ancienne conseillère ministérielle Zoe McKenzie, le conseiller du Business Council of Australia Jess Wilson, la pédiatre Katie Allen et la députée fédérale Margaret Fitzherbert.

Pour Mme Allen, qui n’a rejoint le parti que récemment, les initiés minimisent ses chances, ils craignent qu’elle soit l’équivalent d’ « une autre Julia Banks ».

Bien que le nom de Peta Credlin ait de nouveau été mentionné, sa candidature est plus fréquemment mentionnée pour les élections du siège voisin de Menzies, détenu par le député libéral Kevin Andrews. Les libéraux de haut rang pensent que Mme Credlin remporterait la présélection au siège de Menzies haut la main si M. Andrews démissionnait, les 500 présélectionneurs étant pour la plupart des retraités conservateurs âgés de plus de 50 ans.

Le premier ministre a également nié qu’il faisait face à un exode massif de députés. Pour lui, le départ de Kelly O’Dwyer est motivé par des raisons personnelles. « Non, ça ne m’inquiète pas du tout », a-t-il dit. « Il n’y a pas de mal à ce qu’une syndicaliste d’Australie-Occidentale dise qu’elle ne va pas se présenter aux prochaines élections à cause de raisons familiales, Kelly O’Dwyer est dans ses droits de le faire. »

Le dirigeant syndicaliste Bill Shorten a déclaré que, même si les députés ont dû faire face à des pressions professionnelles et familiales, la situation n’était pas différente de celle de millions d’autres familles.

« Le vrai problème pour des millions de familles australiennes, des millions de femmes australiennes, c’est qu’elles ne sont pas payées comme les hommes, les services de garde d’enfants sont ridiculement chers et deviennent incontrôlables « , a déclaré M. Shorten. « Il s’agit de savoir comment faire en sorte que les femmes et les hommes aient les mêmes chances. »

 

Sources : The News Daily

——————————————

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille, une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
nc
Share With: