fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULearn French – À Bruxelles, des friteries rénovées au look futuriste

Learn French – À Bruxelles, des friteries rénovées au look futuriste

NYE

En Belgique, les frites chaudes et salées couvertes de mayonnaise sont une véritable institution. On peut les acheter dans des étals à travers tout le pays : à Bruxelles, ces friteries font partie du paysage depuis des décennies.

Plaisirs gastronomique et esthétique seront désormais associés, grâce à un concours récemment organisé par Bruxelles pour rénover certaines friteries dans des endroits stratégiques de la ville.

Huit « fritkots » quelconques détenus par la ville vont être rénovés avec d’étincelantes façades en miroirs et un éclairage spécial.

 

Une partie intégrante de la culture belge

« Sans les frites, la Belgique n’existe pas » affirme Vuistema Kemal, gérant de l’une des friteries qui vont être rénovées, dans le centre de Bruxelles. D’après lui, les frites « représentent la Belgique dans le monde entier ».

Les urbanistes de Bruxelles ont lancé l’année dernière un concours pour définir le nouveau design de ce qu’ils appellent les « Fritkots du futur ». « Nous nous sommes dit : ‘et si on fixait un modèle ?’ — un modèle qu’on peut identifier facilement, tout comme les cabines téléphoniques de Londres » explique Marion Lemesre, une élue de la ville.

Le concours a été remporté parmi 52 candidatures internationales par Studio Moto, un cabinet d’architecte basé à Gand, une ville flamande du nord de la Belgique.

 

Un air futuriste

Les co-propriétaires de Studio Moto, Mo Vandenbergue et Thomas Hick, ont expliqué que leur principal objectif pendant la conception était de conserver l’identité propre de chaque friterie. Une fois rénovée, chacune aura des miroirs en façade et un éclairage au néon, qui lui donneront un air futuriste. L’accent est mis sur les éléments caractéristiques d’une friterie traditionnelle : une forme simple, un auvent, un comptoir en verre et une signalétique en néon.

Selon leur emplacement, chacune des friteries rénovées aura aussi deux couleurs différentes. L’une sera utilisée pour la signalétique sur le toit et l’autre pour carreler l’intérieur.

A Bruxelles, on trouve aussi des dizaines de friteries privées, mais seules celles appartenant à la ville bénéficieront de cette rénovation, y compris la friterie du musée de l’Atomium, une attraction touristique importante, ainsi que celle située Place de la Chapelle, à côté du célèbre marché des antiquaires de la ville.

La ville financera également la création de deux nouvelles friteries, dont l’une sera placée sur un autre site historique, au Mont des Arts, dans le centre-ville.

 

Bière, chocolats et frites

La question est sérieuse en Belgique, qui prétend avoir inventé la frite, ce que conteste sa grande voisine la France.

Comme la bière et le chocolat, les frites sont l’un des rares facteurs d’unité d’un jeune pays fondé en 1830, dont les communautés francophone et flamande ont été très divisées au cours de leur courte histoire.

Les frites jouent également un rôle dans le complexe d’infériorité de la Belgique à l’égard de la France. La Belgique prétend que les frites ont été inventées dans la ville francophone de Namur, dans le sud du pays. Mais évidemment, la France revendique aussi l’invention de ce que l’on appelle désormais, en particulier aux Etats-Unis, la « French fry » (frite française).

 

Glossaire :

accent (n.m.) : focus

attraction touristique (n. + adj.) : tourist draw

auvent (n.m.) : awning

carreler (v.) : to tile

comptoir (n.m.) : counter

concours (n.m.) : competition

Dutch (adj.) : flamand

emplacement (n.m.) : localisation

étal (n.m.) : stall

étincelant (adj.) : dazzling

friterie (n.f.) : chip stall

prétendre (v.) : to claim

quelconque (adj.) : nondescript

rénover (v.) : to update


IN ENGLISH, PLEASE !

In Brussels, revamped chip stalls with a futuristic look

In Belgium, hot, salty chips smeared with mayonnaise are a national institution. They can be purchased at stalls all over the country: the friteries, which have been part of Brussels street views for decades.   Gastronomic pleasures are now to be combined with aesthetic enjoyment, thanks to a competition recently held by the city of Brussels to revamp some stalls at prominent locations in the city.

Eight nondescript « fritkots » owned by city authorities will be decked out with dazzling mirrored facades and special lighting.

 

An integral part of the Belgian culture

« Without frites Belgium doesn’t exist, » said fritkot operator Vuistema Kemal, whose stall in central Brussels is one of those being upgraded. He said that chips « represent Belgium around the world« .

Brussels planners launched a competition last year to find a new design for what they call the « Fritkots of the Future ». « We thought ‘and what if we give a model?’ — a model that is identifiable just like the telephone booths of London, » said Marion Lemesre, a senior official for the city of Brussels.

The competition was won by Studio Moto among 52 international entries, an architecture firm based in Ghent, a city in the northern Dutch-speaking part of Belgium.

 

A futuristic look

Studio Moto co-owners Mo Vandenberghe and Thomas Hick said their main goal during the design process was to maintain the identity of each individual chip shop. The small pavilion concerned is characterised by a mirrored façade and striking neon lighting, giving it a futuristic look. The focus is placed on the typical elements of a friterie: a simple shape, an awning, a glass counter and a neon sign.

Each revamped fritkot is to have two colours unique to the location. One colour will be used for the sign on top of the fritkot, and the other will be for the interior tiling.

Brussels has dozens of privately owned and operated fritkots too, but only locations owned by the city of Brussels are set for remodelling, including the fritkot outside the Atomium museum, a key tourist draw, as well as Place de la Chapelle, near the city’s famed antiques market.

The city will also finance the creation of two new fritkot locations, one of which will be placed at another popular historic landmark, Mont des Arts, in the city centre.

 

Beer, chocolate, chips

The issue is a serious one in Belgium, whose claim of inventing « frites » is disputed by its bigger neighbour France.

Along with beer and chocolate, « frites » are a rare unifying factor in a young country, founded only in 1830, that has throughout its short history been deeply divided between French- and Dutch-speaking communities.

They also play into Belgium’s inferiority complex about France.

Belgium claims frites were invented in the southern French-speaking city of Namur. But France of course lays a rival claim to the invention of what has become known in the United States in particular as the French fry.

Sources: AFP et detail-online.com


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
franckprovost
Share With: