fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUAUSTRALIECULTURE AUSTRALIELearn French : Audrey Hepburn et Hubert de Givenchy, une amitié qui a changé la mode

Learn French : Audrey Hepburn et Hubert de Givenchy, une amitié qui a changé la mode

NCT

Leur amitié a été l’une des plus belles dans l’histoire de la mode — et pourtant, la relation de toute une vie entre la star de cinéma Audrey Hepburn et le couturier Hubert de Givenchy a failli ne jamais exister.

L’aristocratique créateur français, disparu le 10 mars 2018 à l’âge de 91 ans, a d’abord refusé d’habiller l’actrice d’origine belge lorsqu’ils se sont rencontrés en 1953.

Ce n’est que lorsqu’elle l’a invité à dîner et l’a charmé qu’il a cédé.

« Quand Audrey est venue me demander de lui faire ses robes pour le film Sabrina, je ne savais pas du tout qui elle était et j’attendais Katherine Hepburn. Puis elle est arrivée, si gracieuse, jeune et pétillante, habillée comme une jeune fille de maintenant » a-t-il déclaré il y a deux ans à son propos lors d’une exposition retraçant leur amitié, intitulée « To Audrey with love« , à La Haye (Pays Bas).

« Elle portait un pantalon de coton, des ballerines et un tee-shirt dévoilant son nombril, avec un chapeau de gondolier vénitien à la main » a-t-il raconté.

Givenchy avait lancé sa propre ligne de vêtements l’année précédente ; « je n’étais pas en mesure de prendre en charge une garde-robe d’une telle importance pour ‘Sabrina’ et je lui ai dit que je ne pouvais pas l’habiller  » ­— il n’avait pas assez de « petites mains » (couturières) dans ses ateliers.

 

La collaboration de toute une vie

Mais Audrey Hepburn n’était pas du genre à se satisfaire d’un refus et l’a invité à dîner, « ce qui, à l’époque, était très surprenant de la part d’une jeune femme bien élevée« .

Au cours du dîner, Givenchy, son aîné de juste deux ans, est tombé sous le charme et a fini par lui demander de passer dans sa maison de couture parisienne le lendemain matin.

« Elle m’a convaincu et combien j’ai eu raison d’accepter » a expliqué Givenchy.

Pour donner la réplique à Humphrey Bogart et William Holden dans ‘Sabrina’, Audrey Hepburn portait une robe de bal ivoire brodée de fleurs noires qui est entrée dans la légende de l’histoire du cinéma.

A partir de là, elle a demandé à Givenchy de l’habiller pour tous ses films et, en 1954, l’année où est sorti le film ‘Sabrina’, c’est vêtue d’une robe signée Givenchy qu’elle a reçu l’Oscar de la meilleure actrice pour Vacances Romaines.

« Le style d’Audrey est arrivé avec une silhouette tellement différente, tellement actuelle », disait Givenchy de sa muse, qu’il a habillée jusqu’à sa mort en 1993.

 

Un dernier cadeau

Leur amitié allait bien au-delà des vêtements, et Givenchy affirmait n’avoir jamais essayé de la convaincre de porter autre chose que « ce qu’elle aimait et ce qu’elle pouvait porter ».

« Les créations de Givenchy sont les seuls vêtements dans lesquels je me sens moi-même. C’est bien plus qu’un couturier, c’est un créateur de personnalité », a un jour déclaré Audrey Hepburn à propos de son ami, qui était à son chevet à la fin de sa vie en Suisse.

Dans les derniers jours, il lui a offert un manteau matelassé bleu marine : « Quand tu te sentiras malheureuse, porte-le et ça te donnera du courage ».

 

Glossaire :

à son propos (exp. prep.) : about her/him

bien élevée (adj.f.) : well-brought-up

céder (v.) : to relent

couturier (n.m.) : fashion designer

chevet (n.m.) : bedside

garde-robe (n.f.) : wardrobe

ligne de vêtements (expo.n.f.) : label

matelassé (adj.m.) : quilted

néerlandaise (adj.f.) : Dutch

nombril (n.m.) : belly button

maison de couture (exp.n.f.) : studio

mode (n.f.) : fashion

pétillant (adj.f.) : bubbly


learnfrench

Hepburn and Givenchy, the friendship that changed fashion

Theirs was one of the most beautiful friendships in fashion history — yet the life-long partnership between the film star Audrey Hepburn and the fashion designer Hubert de Givenchy almost never happened.

The aristocratic French creator, who died at 91on March 10, 2018, at first refused to dress the young Belgian-born actress when they met in 1953.

Only when she took him to dinner and charmed him, did he relent.

« When Audrey came to me to ask me to make her dresses for the film ‘Sabrina’, I didn’t know who she was and I thought she was Katharine Hepburn. Then she arrived, so graceful, young and bubbly and dressed like a young girl would be today, » he said of her two years ago as an exhibition about their friendship, « To Audrey with love », opened in The Hague (Netherlands).

« She was wearing cotton trousers, ballerinas and a T-shirt revealing her belly button, with a Venetian gondolier hat in her hand, » he recalled.

Having only launched his own label the previous year, « I was in no position to take on such a big wardrobe for ‘Sabrina’ and I told her that I couldn’t dress her, » saying that he did not have enough « petites mains » (seamstresses) in his studio.

 

A long-life collaboration

But Hepburn would not take no for an answer, and invited him to dinner, « which was a really surprising thing for a young well-brought-up woman to do in those days. »

Then over the course of the meal, Givenchy, who was only two years her senior, fell under her charm and he ended up asking her to drop round to his Paris studio the next morning.

« She persuaded me and how wise I was to accept, » Givenchy said.

Opposite Humphrey Bogart and William Holden in « Sabrina » Hepburn wore a Givenchy ivory ball gown with black embroidered flowers that has gone down in film history.

From then on she asked the designer to make all the clothes for her films, and in 1954, the year « Sabrina » was released, she wore one of Givenchy’s dresses to accept her best actress Oscar for « Roman Holiday ».

« Audrey’s style came with a really different silhouette, really of the moment, » Givenchy said of his muse, who he dressed right up to her death in 1993.

 

Final gift

Their friendship was based on much more than clothes, however, and Givenchy said he never tried persuade her to wear anything other than « what she liked and what she could wear. »

« His are the only clothes in which I am myself. He is far more than a couturier, he is a creator of personality, » Hepburn once said of her friend, who was at her bedside at the end of her life in Switzerland.

In those final days he gave her a navy quilted coat, telling her, « When you are unhappy, wear this and it will give you courage. »

 

Source : AFP


Follow us on Facebook and Instagram, subscribe to our Newsletter for free

Have your say ! Email you opinion pieces, ideas or corrections at redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
franckprovost
Share With: