fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULearn French : enfin une statue honorant Peter Norman à Melbourne

Learn French : enfin une statue honorant Peter Norman à Melbourne

franckprovost

50 ans après son rôle majeur dans l’un des épisodes les plus marquants de l’histoire du sport au vingtième siècle, pendant les jeux olympiques de 1968, une statue à Melbourne rendra hommage au sprinter Australien et défenseur des droits Peter Norman.

Peter Norman, médaillé d’argent du 200m à Mexico, se tient sur le podium aux côtés de Tommie Smith et John Carlos qui lèvent tous deux un poing ganté de noir pendant l’hymne national américain, dans une protestation silencieuse contre la discrimination raciale. Peter Norman s’associe à leur geste en arborant le badge d’un mouvement pour les droits civiques, « Olympic Project for Human Rights ».

Les trois hommes payèrent cher leur geste.

Les deux Américains furent suspendus de l’équipe américaine et exclus à vie des JO. Peter Norman, qui ne regretta jamais son action, devint un paria dans son propre pays. Il fut écarté des sélections pour les Jeux Olympiques de 1972 à Munich alors qu’il avait réalisé plusieurs fois les chronos requis. Il fut aussi effacé de l’histoire olympique australienne y compris en 2000 où le comité d’organisation des JO de Sydney l’oublia pour les cérémonies.

Cinquante ans après, la photo demeure l’une des plus célèbres de l’histoire du sport.

Le président de la fédération d’athlétisme Mark Arbib a déclaré que cette reconnaissance n’avait que trop tardé. Plus tôt cette année, Peter Norman s’était vu décerner à titre posthume l’Ordre du Mérite.

« La décision de Peter Norman d’être solidaire des athlètes américains Tommie Smith et Johan Carlos à Mexico en 1968 contribue à définir notre identité forte et distincte » a déclaré Mike Arbib. « Son geste est un héritage que la famille de l’athlétisme peut commémorer, fêter et dont elle peut s’inspirer ».

Le 9 octobre, date des funérailles de Peter Normal en 2006, sera désormais le Peter Norman Day — comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis. La fédération américaine d’athlétisme commémore cette date depuis 2006 et le geste de l’athlète australien a été bien plus reconnu aux Etats-Unis que dans son propre pays. Tommie Smith et Johan Carlos ont porté le cercueil de Peter Norman à ses funérailles, Johan Carlos exhortant les Australiens à « raconter l’histoire de Peter Norman à leurs enfants ». Lorsque le comité olympique américain avait appris que Peter Norman n’était pas invité aux cérémonies des Jeux olympiques de Sydney, ils l’avaient convié à rejoindre leur propre délégation.

La statue en bronze, financée conjointement par l’état du Victoria et la fédération australienne d’athlétisme, sera érigée à l’extérieur du Lakeside Stadium. Elle devrait être achevée vers la mi-2019.

La fille de Peter Norman, Janita, a déclaré que sa famille avait toujours été très fière de son geste. « Mon père était quelqu’un qui avait des croyances fortes et qui disait ce qu’il pensait et pourtant c’est cette image de lui se tenant debout, silencieux sur le podium qui a changé nos vies » a-t-elle expliqué. « Notre fierté est intacte même si le temps a passé, et accepter cette statue 50 ans après ne fait qu’y ajouter ».

En 2012, le Parlement australien avait finalement voté un texte présentant des excuses à l’athlète « pour le traitement dont il a été l’objet à son retour en Australie et pour n’avoir pas réussi à reconnaître pleinement sa valeur de modèle avant son décès prématuré en 2006 à l’âge de 64 ans ».

La fédération australienne d’athlétisme a aussi annoncé que la coureuse de fond Eloise Wellings serait la première récipiendaire du Peter Norman Humanitarian Award.

Cette double championne olympique est à l’origine de la Love Mercy Foundation, qui lève des fonds et sensibilise le public pour aider les communautés en difficulté en Ouganda.

 

Glossaire

achever (v.) : to complete

arborer (v.) : to display, to sport

bouder (v.) : shunned

cercueil (n.m.) : coffin

chrono (n.m.) : time (in sports)

convier (v.) : to invite

coureuse de fond (n.m.) : distance runner (female)

décerner (v.) : to be awarded

écarter (quelqu’un de…) (v.) : to dismiss (someone from…)

ériger (v.) : to erect

exhorter (v.) : to urge

fier (adj.)/fierté, (n.f.) : proud/pride

funérailles (n.f.pl.) : funeral

gant (n.m.) : glove > ganté (adj) : wearing a glove

geste (n.m.) : action

héritage (n.m.) : legacy

hymne (n.m.) : anthem

pertinent (adj) : relevant

propre (adj.) : own

récipiendaire (n.m. ou f.) : recipient

reconnaissance (n.f.)  (reconnaître v. ; reconnu adj.) : recognition

sensibiliser (v.) : to raise awareness

à titre posthume (exp.) : posthumously

y compris (exp.) : including


IN ENGLISH PLEASE

Peter Norman statue to be erected in Melbourne… at last

Fifty years after playing a key role in one of the most iconic sporting moments of the 20th century at the 1968 Olympics, the late Australian sprinter and human rights advocate Peter Norman will be honoured with a statue in Melbourne.

Peter Norman, silver medallist in the 200m at Mexico City, stood on the podium alongside US sprinters Tommie Smith and John Carlos, who both put a black-gloved fist in the air while the American National Anthem is playing, in a silent civil rights protest.

He backed their gesture and wore an Olympic Project for Human Rights badge in support.

The three men all payed a heavy price.

The two American athletes were suspended by their team and never allowed to ever participate in Olympic Games. Back in Australia, Peter Norman, who never expressed regret over his action, became an outcast in his own country. He was frozen out of Munich Games selection in 1972 despite the fact that he recorded the required times on several occasions. He was also airbrushed from Australian Olympic history and Sydney Games organisation committee for 2000 ceremonies.

50 years later, this picture remains one of the most famous in sports history.

Athletics Australia president Mark Arbib said the recognition for Norman, who was posthumously awarded the Order of Merit earlier this year, was long overdue.

La fédération australienne, Athletics Australia, a estimé que le geste de Norman était désormais reconnu comme « un des moments les plus emblématiques du sport australien et un moment particulier de l’histoire olympique ». « Peter Norman’s decision to stand in solidarity with USA athletes Tommie Smith and John Carlos in Mexico 1968, helps define our strong and diverse identity, » said Arbib. « His actions are a fine legacy for the athletics family to commemorate, celebrate and aspire to. »

October 9, date of Peter Norman’s funeral in 2006, will now be recognised in Australia as Peter Norman Day, as it is in the US. USA Track & Field has marked the date since 2006 and Norman’s actions were appreciated in America far more swiftly than in his homeland. Smith and Carlos were pallbearers at Norman’s funeral, with Carlos urging Australians to « go and tell your kids the story of Peter Norman ». When the US Olympic Committee heard that the Australians had not invited Norman to Sydney 2000 celebrations, they invited him as part of their delegation.

A bronze statue of Norman, jointly funded with the Victoria state government, will be erected outside the Lakeside Stadium in Melbourne. It is expected to be completed by mid-2019.

Daughter Janita said the family had always taken enormous pride in Norman’s actions. « My father was someone who held strong beliefs and who spoke his mind and yet it’s the image of him standing there silently on the podium that has made such an impact on our lives, » she said. « That pride hasn’t diminished with the passage of time, so to accept this statue 50 years on has only added to that feeling, » she said.

In 2012, Canberra eventually passed a motion of apology to Norman « for the treatment he received upon his return to Australia, and the failure to fully recognise his inspirational role before his untimely death in 2006, aged 64 ».

AA also announced that distance runner Eloise Wellings was the inaugural recipient of the Peter Norman Humanitarian Award.

The two-time Olympian is the founding director of the Love Mercy Foundation, which raises money and awareness to help struggling communities in Uganda.

Source AFP


N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
franckprovost
Share With: