fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULearn French : L’Arc de Triomphe, site de joie, de fierté et de gaz lacrymogène.

Learn French : L’Arc de Triomphe, site de joie, de fierté et de gaz lacrymogène.

NYE

L’image de l’Arc de Triomphe, qui rend hommage aux Français morts à la guerre, est apparue sur les écrans de télévision du monde entier à travers un nuage de gaz lacrymogène, lors des violentes manifestations qui ont éclaté à Paris.

Voici quelques faits sur cet emblème, l’un des plus reconnaissables de la capitale française, qui a souvent été le théâtre de manifestations, de célébrations et de commémorations.

– Les ordres de Napoléon –

L’Arc est situé dans le 8ème arrondissement de Paris sur la Place de l’Etoile, au sommet de la célèbre avenue des Champs-Elysées, bordée aujourd’hui de boutiques et restaurants haut de gamme.

La construction a commencé en 1806 sous les ordres de Napoléon. Les architectes se sont inspirés de l’Arc de Titus à Rome. Le résultat final est attribué à Jean Chalgrin.

Il a été inauguré en 1836 par le roi de France Louis Philippe Ier, qui l’a dédié aux armées de la Révolution et de l’Empire.

Le monument domine l’avenue historique menant au quartier financier de La Défense à l’ouest et au musée du Louvre à l’est.

Il est considéré comme la plus grande arche du monde, selon le site Internet du monument, à une hauteur de 55 mètres (180 pieds), 45 mètres de large et 22 mètres de profondeur.

Il dispose d’une terrasse d’où les visiteurs peuvent profiter d’une vue panoramique sur Paris pour un prix modique – l’aventurier peut tenter l’ascension en 284 marches, bien qu’il y ait un ascenseur.

– La tombe du Soldat inconnu –

Cette tombe est située sous l’Arche, symbole des 1,4 million de combattants français morts au cours de la Première Guerre mondiale.

« Ici repose un soldat français mort pour la patrie en 1914-1918 », lit-on sur la dalle au-dessus de la tombe.

La flamme qui brûle sur la tombe a été allumée pour la première fois le 11 novembre 1923 par André Maginot, ministre de la Guerre, au son de la marche funèbre de Chopin.

– De la joie à l’émeute –

Ces derniers mois, l’Arc de Triomphe est apparu dans les journaux et sur les écrans de télévision du monde entier, servant de toile de fond à des scènes de jubilation, de deuil et de rage.

Le 16 juillet, un bus transportant l’équipe de France de football défilait fièrement le long des Champs-Elysées devant des centaines de milliers de personnes venues encourager les nouveaux champions du monde de football.

Comme en 1998, lorsque la France a également remporté le tournoi, les visages des 23 joueurs vainqueurs, leurs noms et ceux de leurs villes natales ont été projetés sur l’Arc la veille du défilé de la victoire.

Sur une note plus sombre, le 11 novembre, environ 70 dirigeants mondiaux se sont réunis pour une cérémonie sous l’Arc afin de marquer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale.

Trois manifestantes aux seins nus du groupe militant féministe Femen ont également été arrêtées alors qu’elles tentaient de rejoindre le cortège du président américain Donald Trump tandis qu’il montait les Champs-Elysées.

De violentes protestations autour du monument ont dominé l’actualité ces dernières semaines, lors des manifestations anti-gouvernementales dites des « gilets jaunes« , provoquées dans un premier temps par une hausse des taxes sur le gazole.

Des groupes anarchistes et d’extrême droite se sont infiltrés dans le mouvement et on pense qu’ils sont derrière les affrontements de samedi.

Le président français Emmanuel Macron s’est rendu dimanche au monument et sur d’autres scènes de troubles où il a rendu hommage à la police, mais a également été hué par des parties de la foule.

L’un des slogans, laissé sous forme de graffiti sur l’Arc de Triomphe, affirme : « Les gilets jaunes gagneront. »

Glossaire

arrondissement (n.m) : district

marche (n.f) : step

dalle (n.f) : slab

marche funèbre (n.f) : Funeral March

deuil (n.m) : mourning

tournoi (n.m) : tournament

manifestants (n.m) : protesters

cortège (n.m) : motorcade

affrontements (n.m) : clashes

a été hué (v.) : was booed

foule (n.f) : crowd

———————————————————

IN ENGLISH PLEASE

Arc de Triomphe: site of joy, pride and tear gas

The image of the Arc de Triomphe, which pays homage to France’s war dead, has appeared on television screens across the world through a cloud of tear gas, as violent protests erupted in Paris.

Here are some facts about the landmark, one of the French capital’s most recognisable, that has often been the site of demonstrations, celebrations and commemorations.

– Napoleon’s orders –

The Arc is located in the 8th arrondissement in Paris on the Place de l’Etoile, at the top end of the famed Champs-Elysees avenue, lined today with high-end shops and restaurants.

Building began in 1806 under orders from Napoleon. Architects took inspiration from the Roman Arch of Titus. The final design is attributed to Jean Chalgrin.

It was inaugurated in 1836 by the French king, Louis Philippe I, who dedicated it to the armies of the Revolution and Empire.

The monument dominates the historic avenue leading to the La Defense financial district in the west and the Louvre museum in the east.

It is considered the biggest arch in the world, according to the monument’s website, at a height of 55 metres (180 feet), 45 metres wide and 22 metres deep.

It has a terrace, where for a fee visitors can take in the panoramic views of Paris — the adventurous can attempt the 284-step climb although there is a lift.

– Tomb of the Unknown Soldier –

This tomb is situated beneath the Arc as a symbol of the 1.4 million French fighters who died in the First World War.

« Here lies a French soldier who died for the fatherland 1914–1918, » reads the slab above the tomb.

A flame burns at the tomb that was first lit on November 11, 1923 by Andre Maginot, the war minister, to the sound of Chopin’s Funeral March.

– Revelry to rioting –

In recent months the Arc de Triomphe has appeared in newspapers and on television screens worldwide, providing the backdrop to scenes of jubilation, mourning and rage.

On July 16 a bus carrying the French football team proudly paraded along the Champs-Elysees in front of hundreds of thousands of people who had come to cheer football’s new World Cup champions.

As in 1998 when France also won the tournament, the faces of the 23 winning players, their names and the names of their birth towns were projected onto the Arc the day before the victory parade.

On a more sombre note, on November 11, around 70 world leaders gathered for a ceremony under the Arc to mark 100 years since the end of World War I.

Three bare-breasted protesters from the feminist activist group Femen were also arrested trying to reach the motorcade of US President Donald Trump as he made his way up the Champs-Elysees.

Violent protest around the monument have dominated the news in recent weeks, in unrest during so-called « yellow vest » anti-government rallies sparked initially by a rise in taxes on diesel.

Anarchist and far-right groups have infiltrated the movement and are thought to be behind Saturday’s clashes.

French President Emmanuel Macron on Sunday visited the monument and other scenes of unrest where he paid tribute to the police but was also booed by sections of the crowd.

One slogan daubed on the Arc de Triomphe graffiti said: « The yellow vests will win. »

Source : AFP

——————————————

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
franckprovost
Share With: