fbpx
HomeACTU[ LEARN FRENCH ] – Les “French Fries” ou “Belgian Fries”

[ LEARN FRENCH ] – Les “French Fries” ou “Belgian Fries”

Les French Fries, ces pommes de terre coupées en lamelles et plongées dans l’huile pour les frire, qui accompagnent tous nos burgers. Ces frites, ce délice, c’est une évidence, mais beaucoup s’insurgent de la traduction en anglais. En anglais, elles deviennent French Fries, donc, frites françaises. Et comme nous le savons, il est plus généralement plus connu que la frite fait partie de la tradition belge…

L’entreprise rebaptisée Lutosa, coup de marketing pour marquer son ancrage à la Belgique, a lancé une pétition pour renommer l’appellation des frites en anglais “French fries” en “Belgian Fries”.  Sur la page de la dite pétition, on peut y lire qu'”il est temps de reprendre ce qui nous appartient” ou encore “nos frites sont notre fierté et il est grand temps de le faire savoir au reste du monde!“. Voici la vidéo qui explique davantage ces revendications.

Pour en comprendre un peu l’enjeu, il faut savoir que selon l’entreprise, 9 Belges sur 10 considèrent les frites comme faisant partie du patrimoine culturel national. L’UNESCO les envisagent même comme éligibles au patrimoine mondial. Le but est donc de convaincre le reste du monde qu’il faut renommer cet aliment… D’après Lutosa, si les anglophones traduisent French Fries, ce ne sont qu’à cause des soldats qui ont découvert les frites sur le front belge, là où on parlait également le français.

Un petit cours d’Histoire

Quoi que l’on puisse dire, même si la culture de la frite est belle et bien belge, la frite est née à Paris d’après les recherches de Pierre Leclercq, historien de la gastronomie et conférencier et membre du Centre de Gastronomie de Bruxelles. “Dans les années 1780, des vendeuses de beignets frits s’installent sur le Pont Neuf à Paris. Elles auraient été les premières à avoir l’idée de plonger des tranches de pommes de terre dans une friture, probablement aux environs de 1800. Au début du 19e siècle, elles en vendent sur le Pont neuf, sur les quais de la Seine, Boulevard du Temple et aux alentours des théâtres“.

Dès 1830, elle devient le symbole de la cuisine populaire parisienne. Ce sont dix ans plus tard qu’apparaît la frite sous la forme dont on la connaît le mieux, en bâtonnet, mais toujours à Paris. En 1844, Frederik Krieger, qui a appris à confectionner les frites à Montmartre, s’installe en Belgique comme forain et ouvre la première baraque à frites du pays. En dix ans, les Belges incorporent cette culture de la frite en adoptant également la double cuisson, la mayonnaise en accompagnement, et les fameuses moules-frites. L’histoire conclut :”Même si c’est chez nous qu’on fait quand même les meilleures frites, c’est bien à Paris qu’elles sont apparues et qu’elles ont prospéré, avant de migrer en Belgique !”

Vocabulaire :

en lamelles : in slices

s’insuger : to get bored

une pétition : a petition

la fierté : the pride

le patrimoine : the heritage

l’enjeu : the issue

éligibles : eligible

le front : the front

la friture : frying

en bâtonnet : in stick

un forain : a carny

une baraque à frites : a French fry house

moules-frites : mussels and chips


In English, please!

French Fries, potatoes cut into strips and dipped in oil to fry them, which go with all our burgers. These French fries, this delight, it’s obvious, but many people are upset about the English translation. They become French Fries. And as we know, it is more generally known that French fries are part of the Belgian tradition…

The company, renamed Lutosa, did a marketing coup to mark its establishment in Belgium, has launched a petition to rename the English translation of French fries to “Belgian Fries”.  On the page of the petition, we can read “it is time to take back what belongs to us” or “our fries are our pride and it is high time to let the rest of the world know!

To understand a little bit about what is the issue, it is important to know that according to the company, 9 out of 10 Belgians consider French fries to be part of the national cultural heritage. UNESCO even considers them as eligible for World Heritage status. The goal is therefore to convince the rest of the world that this food must be renamed…. According to Lutosa, if English speakers translate French Fries, it was only because of the soldiers who discovered the French fries on the Belgian front, where French was also spoken.

The History

Even if the culture of French fries is Belgian, the French fry was born in Paris according to the research of Pierre Leclercq, historian of gastronomy and lecturer and member of the Centre de Gastronomie de Bruxelles. “In the 1780s, vendors of fried doughnuts settled on the Pont Neuf in Paris. They would have been the first to have the idea of dipping potato slices in a frying pan, probably around 1800. At the beginning of the 19th century, they sold them on the Pont neuf, on the banks of the Seine, Boulevard du Temple and around the theatres.

From 1830, it became the symbol of popular Parisian cuisine. It was ten years later that the French fry appeared in the form in which it is best known, in stick form but still in Paris. In 1844, Frederik Krieger, who had learned how to make French fries in Montmartre, moved to Belgium as a carny and opened the country’s first French fry house. In ten years, Belgians have incorporated this culture of frying by also adopting double cooking, mayonnaise as an accompaniment, and the famous mussels and chips. The story concludes: “Even if it is here that we make the best fries, it is in Paris that they appeared and prospered, before migrating to Belgium!”


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: