fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULes Australiens manquent de sommeil, et ce n’est pas bon pour l’économie

Les Australiens manquent de sommeil, et ce n’est pas bon pour l’économie

nc

26,2 milliards de dollars. C’est le coût engendré chaque année par le manque de sommeil des australiens. 4 habitants sur 10 ne dorment pas assez.  

Un récent rapport du gouvernement Morrison a estimé à 26,2 milliards de dollars la facture due aux carences de sommeil des Australiens. Suite à la publication de cette enquête, les autorités du pays ont décidé de faire de ce problème de santé publique une priorité à court terme. Un sommeil réparateur étant considéré comme le troisième pilier d’un mode de vie sain, au côté d’une alimentation équilibrée et d’une activité physique régulière. Il est donc nécessaire de dédier un budget à l’aide des patients qui peine à tomber dans les bras de Morphée.

 

Un rapport alarmant

Le rapport est alarmant : les australiens mettent en péril leur santé, et risquent même parfois leur vie en refusant de suivre les recommandations en matière de sommeil. Ainsi en 2016-2017, en Australie, les troubles du sommeil étaient impliqués dans 3000 décès.

7 heures à 9 heures, c’est le temps que chacun devrait consacrer à dormir chaque nuit. Un défi de taille pour les milliers d’Australiens souffrant de maladies liées au sommeil.

Les deux pathologies les plus courantes sont l’apnée du sommeil et l’insomnie. Non diagnostiquées elles peuvent conduire à des complications. Mr Mennusko souffrait de fatigue chronique et avait pris beaucoup de poids. Sans le témoignage de sa sœur qui lui a fait remarquer ses ronflements inhabituels lors d’un séjour en vacances, il n’aurait jamais pris son problème de sommeil en main. Il est apparu étonné auprès de nos confrères du Sydney Morning Herald, « j’ai fait un test qui a révélé que j’arrêtais de respirer jusqu’à 101 fois par heure !». Grâce à une intervention chirurgicale et au port d’un appareil toutes les nuits, il a retrouvé un sommeil réparateur.

 

Un changement de mentalité nécessaire 

C’est ce réflexe médical que le gouvernement veut faire adopter aux Australiens. Selon Darren Mansfield, spécialiste du sommeil exerçant au Epworth Sleep Centre de Melbourne, trop d’individus négligent les conséquences que peut avoir un manque de sommeil sur l’état de leur santé à long terme.

Pour encourager les Australiens à s’interroger sur la qualité de leur sommeil, le rapport réclame un examen du barème des prestations de l’assurance-maladie. L’objectif est d’élargir les remboursements aux pathologies liées au sommeil, qui jusqu’à maintenant ne sont que très peu couvertes.

Dorothy Bruck, présidente de la Fondation pour la santé du sommeil, a déclaré que les Australiens devaient comprendre que « ne pas dormir suffisamment n’est pas une marque d’honneur ou un signe de résistance « .

 

Des secteurs dans le collimateur

En matière de sommeil, certains professionnels sont plus exposés aux risques que d’autres. En première ligne : les travailleurs de nuit. Sont concernés les individus opérant dans le secteur des transports et de l’hôtellerie notamment. « Les camionneurs connaissent mieux que quiconque les effets mortels d’un manque de sommeil » affirme Michael Kaine, secrétaire national du Syndicat des travailleurs des transports.

Le gouvernement fédéral a d’ailleurs été interpellé à ce sujet par un collège de syndicats appuyés par des spécialistes. Tous réclament l’élaboration « d’une approche uniforme à l’échelle nationale en matière de temps de travail ». Le rapport récent conseille également au gouvernement d’instaurer des dépistages obligatoires des troubles du sommeil pour les travailleurs les plus à risque.

 

Une économie qui en dépend

Au-delà d’un bien-être amoindri, le manque de sommeil a coûté 66,3 milliards de dollars au pays sur la période 2016-2017. Selon Dr Mansfield les travailleurs qui ne dorment pas suffisamment ont non seulement plus d’accidents mais sont aussi bien moins productifs.

Un problème de santé publique qui pèse désormais lourd dans l’économie australienne.

Source: The Sydney Morning Herald


N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
Share With: