fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULes conditions de résiliation du contrat des sous-marins entre la France et l’Australie révélées

Les conditions de résiliation du contrat des sous-marins entre la France et l’Australie révélées

franckprovost

Le ministère de la Défense, Christopher Pyne, adopte une ligne dure lors de négociations tendues avec Naval Group dans le contrat des sous-marins commandés au constructeur français pour une somme totale de 50 millions de dollars.

Selon différents médias, il ressort que l’Australie serait en mesure de résilier le contrat de sous-marins si le concepteur français accuse un retard de deux ans dans la livraison du premier bateau ou si les coûts augmentaient de 25%. De hauts responsables ont déclaré que la clause de sortie visait à protéger les contribuables australiens en tenant le Groupe Naval responsable de ses délais et de son prix fermes pour la conception.

Le groupe naval avait réclamé une fenêtre de trois ans et une indemnité de 30% pour l’augmentation des coûts, mais les responsables de la défense l’ont rejetée. Les détails des accords de résiliation ont été révélés à l’Australian Financial Review après que le ministre de la Défense nationale a vivement rejeté les affirmations de ABC selon lesquelles le projet était confronté à des retards importants.  Naval Group a refusé de commenter, alors que M. Pyne a déclaré que le rapport de ABC était complètement faux et que le diffuseur avait été « gravement induit en erreur ». « Le Commonwealth n’a jamais laissé entendre qu’il devrait y avoir ou pourrait avoir une explosion des coûts de 25% ou un retard de deux ans dans le cadre des négociations », a déclaré M. Pyne.

Les chefs de la marine au cours des dernières semaines ont déclaré s’attendre à ce que le premier sous-marin entre en service en 2034 ou 2035, soit quelques années plus tard que prévu initialement dans le livre blanc sur la défense de 2016. Un haut responsable connaissant bien les négociations a déclaré que les clauses de résiliation étaient courantes dans les contrats de défense. Et même si le groupe naval tardait à livrer les sous-marins, rien ne garantissait que le Commonwealth mettrait effectivement fin au contrat. Cela donnerait simplement au gouvernement le droit de se retirer sans payer de coûts s’il le souhaitait.

Le contrat entre la Défense et Naval Group est divisé en plusieurs phases, la première étant la phase de « mobilisation ». Des sources de l’industrie ont aussi déclaré à The Australian qu’il y avait eu des discussions entre la Défense et Naval Group à propos de l’extension de la première phase du contrat de la société française, mais pas de la totalité de l’accord.

Sources: AFR

——————————————

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
franckprovost
Share With: