fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULes Libéraux triomphent in extremis en Nouvelle-Galles du Sud

Les Libéraux triomphent in extremis en Nouvelle-Galles du Sud

nc

Gladys Berejiklian, Première ministre de Nouvelle-Galles du Sud, a revendiqué la victoire de la Coalition Libérale-Nationale à l’issue des élections qui avaient lieu ce weekend dans cet État de 7 millions d’habitants.

Selon elle, ce résultat donnera de l’espoir au parti du Premier ministre Scott Morrison, à quelques mois des élections fédérales. Cette victoire historique fait de Mme Berejiklian la première femme élue au poste de Première ministre de Nouvelle-Galles du Sud.

Avec 75% des votes de la Chambre basse comptés, la Coalition  composée des Libéraux et des Nationaux a obtenu 47 sièges (34 pour les Libéraux et 13 pour les Nationaux). De son côté, le Labor en détenait 36, soit bien moins que les 47 sièges nécessaires pour former un gouvernement majoritaire.

« Ce qui est le plus important pour moi, c’est que chaque citoyen de cet État, quels que soient ses antécédents, son lieu de résidence, sa situation, puisse avoir une chance de donner le meilleur de lui-même. C’est un État dans lequel une femme ayant un nom de famille long peut devenir Première ministre « , a déclaré Gladys Berejiklian.

« Que mon gouvernement soit majoritaire ou minoritaire, nous travaillerons en étroite collaboration avec les trois partis minoritaires. » a assuré la première Ministre. C’est la première fois en 50 ans qu’un gouvernement de coalition Nouvelle-Galles du Sud obtient un troisième mandat en Nouvelle-Galles du Sud.

Daley veut rester à la tête du Labor

Michael Daley, leader du parti d’opposition, a reconnu sa défaite samedi soir, lorsqu’il est devenu évident que le gouvernement de Berejiklian serait réélu. La campagne de M. Daley s’est essoufflée au cours de cette dernière semaine, et notamment lorsque ce dernier a été contraint de s’excuser pour les remarques faites il y a un an au sujet des « Asiatiques titulaires d’un doctorat », accusés par lui de prendre des emplois aux diplômés locaux.

Ces propos malheureux ont, incontestablement, fait le jeu du Parti Libéral. La fureur suscitée par les commentaires de Michael Daley risque de raviver les spéculations concernant la direction du Parti Travailliste en Nouvelle-Galles du Sud. Chris Minns, membre du Parlement d’État pour Kogarah, est présenté comme une alternative réaliste au natif de Maroubra.

Le dirigeant travailliste a assuré que cette défaite électorale ne remettrait nullement en cause son leadership. « Bien sûr, je suis déçu du résultat de ce soir, mais je suis très fier de vos efforts. Je suis devenu le chef du Parti travailliste il y a 134 jours. J’ai eu peu de temps pour faire ce que j’avais à faire. (…) Cependant, je peux vous dire que j’ai l’intention de rester le chef du parti. ” a-t-il déclaré face à la presse et à ses supporters.

Interrogée quant aux répercussions des frasques de Michael Daley sur le résultat final, Jodi Mackay, députée travailliste de Nouvelle-Galles du Sud, a botté en touche. « Suis-je d’accord avec ce qu’il a dit ? Non. Mais je pense que cela a joué en notre défaveur à ce moment crucial de formation d’un gouvernement. »

Recadrage dans les règles de Barnaby Joyce

En dépit du résultat convaincant obtenu par les Libéraux, plusieurs membres de la Coalition ont déploré l’attitude de Barnaby Joyce, leader du National Party, lors de la soirée de samedi.

Ce dernier s’est désolé de la perte de plusieurs sièges auparavant détenus par son parti, et a appelé le gouvernement fédéral à « se réveiller » en prenant conscience de la différence entre les attentes des électeurs vivant dans les régions isolées et celles des résidents de Sydney.

« L’une des raisons pour lesquelles la Coalition a connu un tel succès en Nouvelle-Galles du Sud est que Gladys (Berejiklian), en tant que leader, et Dom (Dominic Perrottet, trésorier de Nouvelle-Galles du Sud, ndlr), en tant que leader adjoint, ont fait en sorte qu’elle demeure soudée. » a répondu Trent Zimmerman, député libéral au Parlement Fédéral.

« Ces efforts rejoignent ceux de Scott Morrison au niveau fédéral, et certains de ces Nationaux errants devraient en prendre note. » Lorsqu’on lui a demandé quel était son message à Barnaby Joyce, M. Zimmerman a répondu : « Passez plus de temps à Tamworth et moins de temps à la télé. »

Source : The New Daily


Suivez Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram et abonnez-vous gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille, une inexactitude ? Contactez-nous

Comments
Share With: