fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULes licornes de Sibérie ont vécu parmi les humains selon récente une étude australienne

Les licornes de Sibérie ont vécu parmi les humains selon récente une étude australienne

franckprovost

Des recherches effectuées par des scientifiques australiens montrent que les «licornes» vivaient aux côtés des humains et n’ont été éteintes que par le changement climatique.

Le rhinocéros géant et poilu de l’âge de glace (Elasmotherium sibiricum), connu sous le nom de licorne de Sibérie en raison de son extraordinaire grande corne, aurait disparu depuis 200 000 ans. Pourtant, dans une étude publiée mardi matin dans la revue scientifique Nature Ecology and Evolution, des chercheurs affirment que la licorne de Sibérie s’est éteinte il y a seulement 36 000 ans.

L’étude a révélé que la cause la plus probable de la disparition de l’espèce était une réduction des prairies due au changement climatique plutôt qu’à l’impact des activités humaines.

Pesant jusqu’à 3,5 tonnes avec une seule corne énorme, la licorne de Sibérie errait dans les steppes de la Russie, du Kazakhstan, de la Mongolie et du nord de la Chine. Le Centre australien pour les gènes anciens (ACAD) de l’Université d’Adélaïde a analysé pour la première fois l’ADN de la licorne de Sibérie et a découvert que cet animal géant était le dernier membre survivant d’une famille unique de rhinocéros.

« Les ancêtres de la licorne sibérienne se sont séparés de leur ancêtres les rhinocéros il y a plus de 40 millions d’années« , a déclaré le co-auteur et chercheur de l’ACAD, le docteur Kieren Mitchell. « Cela fait de la licorne de Sibérie et du rhinocéros blanc d’Afrique des cousins ​​encore plus distants que les humains ne le sont pour les singes. »

Cette nouvelle preuve génétique annule des études antérieures selon lesquelles la licorne de Sibérie était un parent très proche du rhinocéros laineux et du rhinocéros de Sumatra, ce dernier encore vivant.

Les chercheurs ont également daté 23 spécimens d’os de licorne de Sibérie, confirmant que l’espèce a survécu jusqu’à au moins 39 000 ans, voire jusqu’à 35 000 ans. Ainsi les derniers jours de la licorne sibérienne ont été partagés avec les premiers humains modernes et les Néandertaliens.

« Il est peu probable que la présence humaine soit une cause d’extinction« , a déclaré le professeur Chris Turney, spécialiste du climat à l’Université de New South Wales.

« La licorne sibérienne semble avoir été durement touchée par le début de l’air glacial en Eurasie. Une chute brutale de la température a entraîné une augmentation de la surface gelée, réduisant ainsi les herbes dures et sèches sur lesquelles elle vivait et impactant les populations sur une période prolongée. »

D’autres espèces partageant l’environnement de la licorne sibérienne dépendaient moins de l’herbe – comme le rhinocéros laineux – ou d’une alimentation plus souple – comme l’antilope saïga – et ont échappé au destin de la licorne sibérienne, bien que le rhinocéros laineux se soit éteint 20 000 ans plus tard.

Source : The New Daily

——————————————

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
franckprovost
Share With: