fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeAFPLes rebelles reculent encore à Alep

Les rebelles reculent encore à Alep

vote

Alep (Syrie) (AFP) – Les forces du régime syrien sont proches de faire tomber un important quartier rebelle d’Alep, alors que Russes et Américains s’accusent mutuellement de bloquer toute tentative pour mettre fin aux combats meurtriers.

Trois semaines après le début de leur vaste offensive pour reconquérir la totalité d’Alep, les troupes prorégime, appuyées par des combattants venus d’Iran et du Liban, affrontaient mardi les rebelles dans le quartier de Chaar. 

“C’est le quartier résidentiel le plus important au coeur d’Alep-Est, qui est en passe de tomber”, a indiqué Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), en précisant que le régime en contrôlait désormais un tiers. 

“S’il s’écroule, les rebelles seront acculés dans la partie sud-est (d’Alep) et le régime sera en mesure d’accentuer la guerre d’usure” contre eux, selon lui.

Les différents groupes insurgés sont dans une position très difficile après avoir perdu près des deux-tiers des quartiers d’Alep qu’ils avaient conquis en 2012, un an après le début de la rébellion en Syrie dans le contexte du Printemps arabe.

Principale alliée du régime, la Russie a annoncé lundi des discussions cette semaine avec les Etats-Unis pour envisager l’évacuation des milliers de rebelles d’Alep-Est.

Mais la tenue d’une telle réunion, qui devait se dérouler à Genève, a été annulée en raison de divergences entre les deux puissances.

– Alep, ‘une honte’ –

“Nous avons compris qu’il est impossible de discuter sérieusement avec nos partenaires américains”, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en affirmant que Washington était à l’origine de l’annulation.

Les Américains ont pour leur part accusé Moscou de tenter de gagner du temps et de faire diversion.

Il n’y a “pas de percée” dans les discussions américano-russes “parce que la Russie veut conserver ses gains militaires”, a déclaré l’ambassadrice adjointe américaine à l’ONU, Michele Sison.

“Nous ne laisserons pas la Russie embobiner le Conseil”, a-t-elle lancé à New York, où la Russie a mis son veto lundi, avec la Chine, à une résolution demandant une trêve d’au moins sept jours à Alep. 

C’est la sixième fois que Moscou bloque ainsi une résolution du Conseil sur la Syrie depuis le début du conflit en mars 2011.

Le régime syrien a de son côté exclu tout cessez-le-feu à Alep-Est “ne prévoyant pas la sortie de tous les terroristes” de la ville.

“Alep, c’est une honte” pour la communauté internationale, a pour sa part lancé la chancelière allemande Angela Merkel, en déplorant l’absence d’accord sur des couloirs humanitaires pour les civils.

“Le combat contre la menace asymétrique du terrorisme islamiste devrait être mené en commun (…) mais au lieu de cela la Russie et l’Iran soutiennent le régime Assad dans son action brutale contre sa propre population”, a-t-elle martelé.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a averti que “ce n’est pas parce que Alep va tomber dans quelques semaines que la question de la paix sera réglée”, en soulignant qu’une partition de la Syrie se profilait.

– Bombardements à Idleb –

Un départ des rebelles représenterait la plus grande victoire du régime de Bachar al-Assad dans le conflit, qui a fait plus de 300.000 morts depuis 2011.

Les insurgés, eux, ne garderaient plus le contrôle que de la province d’Idleb (nord-ouest), voisine de celle d’Alep, et de quelques poches près de Damas et dans le sud du pays.

Le nombre de rebelles tués depuis le début de la dernière offensive du régime le 15 novembre est inconnu.Mais au moins 341 civils ont été tués, dont 44 enfants, tandis que plus de 50.000 des 250.000 habitants d’Alep-Est ont fui, selon l’OSDH.

En outre, 81 personnes, dont 31 enfants, ont péri côté gouvernemental d’Alep après des tirs rebelles.Ces derniers ont provoqué lundi la mort de deux médecins russes travaillant dans un hôpital de campagne, d’après Moscou.

Des bombardements, notamment de l’aviation russe, et des combats se poursuivent aussi dans la province d’Idleb où au moins 85 civils, dont 18 enfants, ont été tués depuis samedi, a précisé l’OSDH.


Source: AFP
Share With:
Tags