fbpx
HomeACTULes travailleurs australiens menacés par les mesures anti-immigration de l’Angleterre

Les travailleurs australiens menacés par les mesures anti-immigration de l’Angleterre

 

De nouvelles lois anti-immigration annoncées par la Première ministre Theresa May devraient rendre la vie des travailleurs australiens plus compliquée en Angleterre. Il sera désormais plus difficile pour eux d’accéder au service national de santé.

 

Il s’agit là d’une mauvaise nouvelle alors que de plus en plus d’Australiens se rendent en Grande-Bretagne pour travailler, selon les dernières statistiques révélées cette semaine.

Le Parti conservateur britannique est pour le moment le grand favori des élections du 8 juin 2017 , ce qui n’arrange pas les affaires ni de l’Union européenne, ni de l’Australie.

Theresa May a publié un manifeste dans lequel elle s’est exprimée sur les migrations, souhaitant en réduire le nombre et dissuader les nouveaux arrivants de se rendre en Grande-Bretagne.

 

Elle s’est exprimée sur quatre points qui concernent directement les travailleurs australiens souhaitant se rendre au Royaume-Uni :

 

  1. Doubler les frais pour les entreprises employant des travailleurs migrants à 2000 pound par an, ce qui pourrait désavantager les Australiens sur le marché du travail britannique.
  2. Respecter les exigences de visa pour les étudiants étrangers : ils devront quitter le pays à la fin de leurs études, à moins qu’ils ne respectent les nouvelles exigences mises en place.
  3. Augmenter le prix de la sécurité sociale pour les travailleurs migrants et pour les étudiants internationaux.
  4. Augmenter le seuil de rémunération pour les personnes souhaitant parrainer des migrants pour les visas familiaux.

 

Theresa May a déclaré qu’il était normal de vouloir réduire l’immigration du travail au Royaume-Uni. Elle souhaite disposer d’un système qui permettrait aux “aux meilleurs et aux plus brillants” de rejoindre la Grande-Bretagne.

Le Haut-Commissaire pour l’Australie au Royaume-Uni, Alexander Downer, a déclaré qu’il était clair que les conservateurs veulent faire baisser l’immigration.

“En supposant que les conservateurs gagnent les élections, la seule façon pour les Australiens d’améliorer leur situation serait de négocier les accords de libre-échange”, a t-il ajouté.

 

L’année dernière, des milliers d’Australiens se sont rendus au Royaume-Uni pour chercher du travail. Par exemple, il n’y a jamais eu autant de travailleurs néo-zélandais dans la main d’oeuvre britannique que cette année.

Au premier trimestre de 2017, il y avait 157 000 travailleurs néo-zélandais sur le marché du travail au Royaume-Uni. C’est 31 000 de plus qu’en 2016 et 150 000 de plus qu’au premier trimestre de 2005. C’est le nombre le plus élevé depuis 1997.

Selon les chiffres, la croissance de l’emploi en 2017 provient en grande partie de travailleurs nés à l’étranger. En tout, le nombre de travailleurs non-britanniques a augmenté de 388 000 personnes, soit 5,8 millions de plus.

 

Le droit des travailleurs étrangers était l’un des points de désaccords principaux lors des négociations sur le Brexit. La chancelière allemande, Angela Merkel, avait averti la Grande-Bretagne que la fin de la liberté de mouvement des citoyens de l’Union Européenne aurait un impact important et un “coût”.

Lors d’une conférence à Berlin ce mercredi, la chancelière a annoncé qu’elle pourrait mettre en place de nouveaux obstacles pour les Britanniques en Europe.

“Nous devons réfléchir aux obstacles que nous pourrions mettre en place du côté européen pour compenser la perte du côté britannique.” a t-elle expliqué.

 


Source : www.smh.com.au

Image : Theresa May / Bloomberg

Share With: