fbpx
HomeACTUL’OCDE conclut un accord pour mettre fin aux crédits à l’export pour les centrales au charbon

L’OCDE conclut un accord pour mettre fin aux crédits à l’export pour les centrales au charbon

This page/article is also available in: enEnglish

L’OCDE a annoncé vendredi un accord entre plusieurs pays permettant d’interdire l’octroi de crédits à l’exportation pour les centrales électriques conventionnelles au charbon, à quelques jours de la COP26 à Glasgow.

“Les participants à l’arrangement de l’OCDE sur les crédits à l’exportation bénéficiant d’un soutien public ont convenu de mettre fin à leur soutien aux centrales électriques conventionnelles au charbon”, a indiqué l’organisation internationale dans un communiqué publié vendredi.

Les participants à l’accord, qui a fait l’objet de longues négociations, sont l’Australie, le Canada, l’Union européenne, la Corée du Sud, les Etats-Unis, le Japon, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, la Suisse et la Turquie, précise l’OCDE.

Concrètement, ces États se sont engagés à ne plus octroyer de crédits à l’exportation pour les nouvelles centrales électriques au charbon non équipées de systèmes de capture, d’utilisation et de stockage de carbone, ainsi que pour les centrales existantes, sous réserves de quelques exceptions.

Les crédits à l’exportation peuvent prendre la forme d’aides directes aux entreprises faisant des affaires à l’étranger ou de soutien sur le paiement d’intérêts, précise l’OCDE. Dans les faits toutefois, cette pratique était de plus en plus rarement utilisée.

“Ce genre de décision est primordial pour s’attaquer au changement climatique et atteindre les objectifs de zéro émissions nettes d’ici 2050” s’est réjoui vendredi le conseiller climat au département américain du Trésor John Morton, cité dans un communiqué.

“Le ministère va continuer à travailler avec les pays du monde entier au moment où ils effectuent une transition vers des sources d’énergies plus propres et plus vertes”, a-t-il ajouté.

L’entrée en vigueur formelle de cette interdiction doit avoir lieu après l’adoption de cette disposition par chacun des pays signataires, “ce qui est prévu avant la fin octobre”, précise l’OCDE dans son communiqué.

Cette annonce survient à quelques jours de l’ouverture de la conférence mondiale sur le climat, la COP26, à Glasgow à partir du 31 octobre, un rendez-vous des dirigeants mondiaux pour décider de mesures destinées à maintenir la planète sur une trajectoire supportable de réchauffement dans les prochaines années.

Non signataire de cet accord et plus gros financeur public au monde de centrales au charbon hors de ses frontières, la Chine a de son côté annoncé en septembre qu’elle allait cesser le financement de centrales à charbon à l’étranger.

Cette énergie est responsable d’environ 40% des émissions planétaires de CO2.

This page/article is also available in: enEnglish

Share With: