fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUL’UFE Sydney met en place la ‘voiture partagée’ pour faciliter les trajets des enfants jusqu’à l’école

L’UFE Sydney met en place la ‘voiture partagée’ pour faciliter les trajets des enfants jusqu’à l’école

franckprovost

Excédés de voir leur enfant effectuer jusqu’à 1h30 de trajet en bus pour aller à l’école, des parents franco-australiens et l’Union des Français à l’Étranger Sydney réagissent et testent un nouveau système de transport partagé.

La ville de Sydney n’est pas réputée pour son réseau de transport urbain, onéreux et souvent mal réparti. Les familles franco-australiennes vivant dans les Northen Beaches n’échappent pas non plus à la règle.

Pour une partie des écoliers de Killarney Heights Public School (NDLR : une école australienne avec système bilingue en français du « Kindergarten » jusqu’en « Year 6 ») qui vivent du côté des Northen Beaches, le trajet pour aller en classe était parfois très long. « En bus ça pouvait monter jusqu’à 1h35 » pour effectuer la quinzaine de kilomètres maximum qui séparent le domicile des enfants de leur école, s’exclame Johan Lequien, Président de l’Union des Français à l’Étranger (UFE) Sydney et papa de deux enfants scolarisés dans l’école.

Alyssa posant devant son école, tout juste descendue du taxi avec ses camarades. / ©Johan Lequien

Chaque jour, Alyssa, Lenny, Juliette, Alice, Lilou et bien d’autres se réveillent à 6h45 pour se préparer à aller l’école. À 7h30, ils prennent le départ direction Killarney Heights Public School et pour les plus grands, Child Care Centre Killarney Heights et Bliss early learning Killarney Heights pour les plus petits. Trente cinq à cinquante-cinq minutes plus tard, dont une bonne demi-heure de ralentissements en moyenne, ils arrivent enfin à l’école pour commencer leur journée.

Le constat est simple pour Johan Lequien : « chaque parent prend sa voiture pour emmener son enfant à l’école. Souvent on est pas plus de deux ou trois dans la voiture« , raconte-t-il. « En bus, le trajet durerait encore plus longtemps avec les nombreux arrêts« . L’idée est donc venue d’elle même : pourquoi ne pas mutualiser les trajets en regroupant les enfants dans la même voiture ?

À l’initiative des parents comme Johan et de l’UFE, ils ont décidé de mettre en place un système de voiture partagée, plus responsable de l’environnement et bénéfique pour le sommeil et le bien-être des enfants (et des parents).

©Johan Lequien

Actuellement, une formule consistant à passer par un intermédiaire pour conduire les enfants à l’école, en l’occurence la compagnie de taxi ’13 Caps’, est à l’essai. Chaque matin, un véhicule neuf places récupère les écoliers à Manly, Balgowlah et Seaforth pour les emmener jusqu’à leur établissement scolaire. Ils sont récupérés à la fin de leur journée et déposer à ces mêmes endroits.

Avec cette formule, les familles divisent entre toutes le prix du transport. Elles doivent débourser environ 16$ par jour pour le trajet aller-retour de chacun de leur enfant. Certes, le coût est plus élevé qu’en prenant le bus mais tout le monde s’y retrouve selon Johan Lequien : « Le sommeil des enfants est allongé, le temps de trajet est raccourci de 2h à 3h par jour ! […], et les parents sont moins stressés !« .

Les initiateurs de ce service souhaite également mettre en place un accompagnateur pendant les déplacements. Cela permettrait à la fois de répondre aux besoins des enfants, d’en être responsable et également de leur proposer des activités et des animations « pour que le trajet paraisse plus fun, dynamique et surtout moins long« , dit Johan.

« C’est incroyable » ont confié des parents réjouis de voir leur enfant heureux de prendre la voiture avec leurs camarades.

Evidemment, plus le taxi est plein, plus cette formule est rentable. Pour le moment, huit enfants utilisent chaque jour l’un des taxis de la compagnie australienne ’13 Cabs’ pour se rendre et revenir de leur école. Il est possible de faire bénéficier ce service à de nouveaux enfants dans la mesure où cela permettrait de remplir un autre taxi au complet (soit 8 enfants).

À terme, si cela fonctionne « on va lancer notre propre système de car pooling inter-famille » dit Johan. « L’idée c’est de créer un service organisé par les familles pour les familles« , sans passer par un intermédiaire, ajoute-t-il.

L’UFE tente actuellement de trouver des familles vivant plus au nord, du côté de Dee why, Collaroy et Cromer, pour également mettre en place un système de ‘voiture partagée’ identique. Quelques familles franco-australiennes scolarisant leur enfant au Lycée Condorcet sont également intéressées pour bénéficier d’un service similaire dans le sud de Sydney mais malheureusement elles ne sont pour l’instant pas assez nombreuses pour permettre de mettre en place cette formule.

©UFE Sydney

Si vous souhaitez bénéficier de cette initiative ou avoir plus d’informations, vous pouvez contacter Johan Lequien, Président de l’UFE Sydney, par mail : johan.lequien@ufe.org.

Propos recueillis par interview téléphonique le 31 janvier 2019. Entretien réalisé par Julien Errard pour Le Courrier Australien.

—————————

Suivez Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram et abonnez-vous gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille, une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
franckprovost
Share With: