fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUMondial Rugby 2015: L'Australie en force dans le groupe de la mort?

Mondial Rugby 2015: L'Australie en force dans le groupe de la mort?

franckprovost

Angleterre, Australie, pays de Galles: au moins un de ces trois cadors passera à la trappe de la terrible poule A de la Coupe du monde, sans doute la plus indécise.

Saupoudrez ce mélange des Fidji, récents vainqueurs de la Coupe des nations du Pacifique, et vous obtenez une véritable « poule de la mort ». Car s’ils auront énormément de mal à se qualifier, les « Flying Fijians » peuvent poser des problèmes aux trois favoris et ainsi peser sur la qualification en les empêchant de glaner ici ou là un point de bonus offensif.

Tous les points compteront donc dans ce groupe qui semble encore plus serré aujourd’hui qu’il y a quelques mois, et bien malin qui pourrait se risquer à un pronostic, hormis promettre la dernière place à l’Uruguay.

Après les tests de novembre et du Tournoi des six nations achevé à la deuxième place, l’Angleterre semblait s’avancer plutôt conquérante vers « sa » Coupe du monde (18 septembre-31 octobre) où elle espère coiffer un deuxième titre planétaire après celui de 2003.

Mais une prestation apathique pendant 70 minutes de son équipe-type en match de préparation le 22 août en France (défaite 20-25) a ébranlé ses certitudes. Notamment en conquête, où l’absence du talonneur Dylan Hartley, écarté pour indiscipline chronique, se fait cruellement sentir.

Autre interrogation, la capacité du XV de la Rose à supporter la pression à domicile. Plus que son entrée en matière face aux Fidji le 18 septembre, son premier gros test — par ailleurs premier affrontement direct entre les trois cadors — le 26 septembre à Twickenham contre le pays de Galles, battu à Cardiff dans le Tournoi (21-16), apportera une première réponse.

 – Les Wallabies en questions –

Les Gallois aussi joueront à domicile, puisque certaines rencontres –face aux Fidji et à l’Uruguay– de la Coupe du monde se dérouleront dans leur Millennium Stadium .

Mais les demi-finalistes de la dernière édition s’avancent plutôt rassérénés par leurs matches de préparation puisqu’ils ont dominé samedi l’Irlande (16-10) à Dublin. Avec un plan de jeu revu à la baisse (conquête, jeu au pied, défense) et le retour des cadres, absents lors de la défaite au match « aller » contre le XV du Trèfle à domicile trois semaines plus tôt (21-35). Ce qui confirme que le XV de départ, rodé depuis des années, peut battre n’importe qui, mais que le banc est moins décisif que celui de l’Angleterre ou de l’Australie.

Où situer justement les Wallabies, revenus d’une crise extra-sportive qui a entraîné l’automne dernier la démission du sélectionneur Ewen McKenzie? Au niveau d’un favori pour le titre, comme le justifie le gain d’un premier Four Nations en août grâce à un dernier succès contre les All Blacks à domicile (27-19)? Ou bien au rang d’un  simple outsider, écrasé une semaine plus tard chez les mêmes Néo-Zélandais (13-41)?

Sans doute entre les deux. Et plus que les deux premières mises en bouche (Fidji et Uruguay) des joueurs de Michael Cheika, forts d’une troisième ligne de gratteurs incomparables et d’une mêlée en progrès, le choc face à l’Angleterre le 3 octobre à Twickenham pourra lever certaines interrogations. On en salive déjà.

©AFP

Comments
Share With: