fbpx
HomeACTUMorrison accusé d’avoir menti par Macron : “Je ne suis pas d’accord avec ça”, “Je ne suis pas surpris du niveau de déception”.

Morrison accusé d’avoir menti par Macron : “Je ne suis pas d’accord avec ça”, “Je ne suis pas surpris du niveau de déception”.

This page/article is also available in: enEnglish

Découvrez la transcription de la conférence de presse du Premier ministre australien Scott Morrison ce dimanche 31 octobre à Rome. Le Premier ministre a été interrogé sur les relations entre la France et l’Australie et les propos du président Macron qui l’accuse d’avoir menti sur la rupture du contrat franco-australien sur les sous-marins.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré dimanche qu’il était certain que le Premier ministre australien Scott Morrison lui avait menti à propos d’un accord sur les sous-marins annulé qui a déclenché une crise diplomatique majeure.

(…)

JOURNALISTE : Premier ministre, le président Macron a dit à quelques-uns d’entre nous au coin de la rue que vous n’aviez pas…

PREMIER MINISTRE : Quelques-uns d’entre vous, désolé ?

JOURNALISTE : Le président Macron a dit à quelques-uns d’entre nous au coin de la rue que vous ne lui aviez pas dit la vérité sur l’accord sur les sous-marins. En fait, il nous a dit que vous aviez peut-être menti. Est-ce vrai?

PREMIER MINISTRE : Non.

JOURNALISTE : Il a dit que ce qui s’était passé était préjudiciable à votre réputation. Qu’est-ce que vous répondez à ça ?

PREMIER MINISTRE : Je défendrai toujours les intérêts de l’Australie.

JOURNALISTE : Mais il vous a aussi accusé. Il dit qu’il ne pense pas que vous lui ayez menti, il sait que vous lui avez menti.

PREMIER MINISTRE : Je ne suis pas d’accord avec ça.

JOURNALISTE : Ne vous l’a-t-il pas dit en face ? Vous l’avez vu aujourd’hui. Vous l’avez vu hier. Il a dit qu’il ne pensait pas que vous lui ayez menti. Il sait que vous lui avez menti.

PREMIER MINISTRE : Ce n’est pas vrai.

JOURNALISTE : Qu’allez-vous faire pour réparer la relation, parce qu’il a dit que c’était le cas, il était assez clair que vous deviez faire quelque chose pour réparer la relation ?

PREMIER MINISTRE : Eh bien, nous avons commencé ce processus.

JOURNALISTE : Mais il ne le fait pas, il ne ressent manifestement pas cela.

PREMIER MINISTRE : Eh bien, il y aura un certain temps, je pense, pour suivre ce processus. Mais nous l’avons commencé, nous avons parlé plusieurs fois au cours des deux derniers jours. Je suis sûr que nous parlerons un peu plus avant de retourner en Australie. Mais permettez-moi d’être très clair, la décision que j’ai prise en tant que Premier ministre, que mon gouvernement a prise, était dans l’intérêt national de l’Australie. Je n’y résiste pas une seconde. Ces décisions sont difficiles. Bien sûr, cela a causé des déceptions et cela a eu un impact sur les relations avec la France. Mais je ne vais pas placer cet intérêt au-dessus de l’intérêt national de l’Australie, et je ne pense pas qu’un Australien s’attendrait à ce que je fasse de même – s’attendrait à ce que je renonce à cet intérêt pour le bien d’un autre. Eh bien, nous ne ferions tout simplement pas cela. Les Australiens ne s’attendraient pas à ce que je fasse ça. J’ai été très clair sur la façon dont j’ai communiqué à ce sujet. Nous avons dîné ensemble. Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, j’ai expliqué très clairement que l’option du sous-marin conventionnel n’allait pas répondre aux intérêts de l’Australie.

JOURNALISTE : Alors, est-ce que vous avez dit à l’Élysée – parce que c’était en juin – ou au cours d’un dîner privé, avec le président français que cet accord n’allait pas de l’avant . C’est ce que vous avez dit ?

PREMIER MINISTRE : Non, je n’ai pas dit cela. J’ai dit que les sous-marins conventionnels n’allaient pas répondre à nos intérêts stratégiques.

JOURNALISTE : Alors, cela signifie-t-il qu’il a proposé une option nucléaire ?

PREMIER MINISTRE : Je ne vais pas entrer dans la discussion. C’est tout ce que j’ai dit. À ce stade, nous n’avions conclu aucun autre arrangement avec d’autres parties.

JOURNALISTE : Mais cela ne montre-t-il pas que la relation diplomatique est bien pire que vous ne le pensez, il vous a accusé de mentir ?

PREMIER MINISTRE : Non, je suis tout à fait conscient de la déception qui est là. Et je ne suis pas surpris – c’était un contrat important. Et donc je ne suis pas surpris du niveau de déception.

JOURNALISTE : Vous allez devoir le voir à la COP.

PREMIER MINISTRE : Je l’ai vu plusieurs fois aujourd’hui. Vous l’avez vu, vous faisiez des selfies avec lui.

JOURNALISTE : Vous allez devoir continuer à le voir au cours des prochains jours. Allez-vous devoir continuer à le voir au cours des prochains jours, allez-vous lui parler des commentaires qu’il a dit aux gens ici?

PREMIER MINISTRE : Non, écoutez, je l’ai littéralement vu il y a environ une demi-heure, juste avant, désolé, juste avant la dernière session à laquelle j’ai participé, et nous avons à nouveau échangé des plaisanteries.

JOURNALISTE : Premier ministre, juste sur le contrat des sous-marins. Tout d’abord, nous ne faisions pas de selfies avec le président Macron. Deuxièmement, quand il a parlé de…

PREMIER MINISTRE : J’ai dû être mal informé.

JOURNALISTE : Lorsqu’il a parlé du contrat des sous-marins, il n’a exprimé aucune confiance qu’il y aurait un résultat pour l’Australie. Il m’a dit “bonne chance”.

PREMIER MINISTRE : Sur quoi, désolé ?

JOURNALISTE : À nous d’avoir des sous-marins nucléaires. Il a dit, vous avez un processus de 18 mois. Bonne chance. La question est alors de savoir dans quelle mesure êtes-vous sûr qu’à l’issue de ce processus, vous aurez un sous-marin nucléaire dans l’eau d’ici 2040 ?

PREMIER MINISTRE : C’est exactement ce qu’est notre plan.

JOURNALISTE : À quel point êtes-vous confiant que cela se produira ?

PREMIER MINISTRE : Je suis confiant.

JOURNALISTE : Premier ministre, vous dites que vous avez commencé ce processus de déterminer où aller ensuite. Pouvez-vous nous donner des détails sur ce qu’est ce processus, ce que vous en pensez et comment vous comptez réellement avancer avec la France en tant que nation ?

PREMIER MINISTRE : Eh bien, nous allons travailler ensemble sur des projets d’intérêt partagé et mutuel, notamment dans l’Indo-Pacifique.

JOURNALISTE : Mais il ne semble pas qu’il veuille travailler avec vous ?

PREMIER MINISTRE : Ces choses prennent du temps, ces choses prennent du temps.

JOURNALISTE : Alors, Monsieur le Premier ministre, juste pour être clair, dans vos discussions avec le président Macron, lui avez-vous dit à un moment donné que vous envisageriez d’actionner les clauses de sortie du contrat ?

PREMIER MINISTRE : J’ai été très clair sur le fait que les sous-marins conventionnels n’allaient pas être en mesure de répondre à nos intérêts stratégiques, et que nous devions prendre une décision dans notre intérêt national.

JOURNALISTE : Oui, ce n’est pas la question, cependant.

PREMIER MINISTRE : Mais c’est ma réponse.

JOURNALISTE : Mais c’est maintenant une question très importante, Premier ministre. Vous avez un dirigeant d’un grand pays européen qui vous accuse d’être un menteur. C’est une allégation extraordinaire.

PREMIER MINISTRE : Et je ne l’accepte pas.

JOURNALISTE : Et c’est sur la base que vous n’avez pas été franc avec lui et que vous ne lui avez pas dit que vous envisageriez d’exercer cette clause de sortie dans le contrat. Avez-vous ou n’avez-vous pas évoqué cela?

PREMIER MINISTRE : J’étais très clair sur le fait que ce qui allait nous être fourni ne répondrait pas à nos intérêts stratégiques, et il y avait toujours un processus dans lequel nous étions engagés, et nous nous sommes alors engagés, au cours des mois qui ont suivi. Et puis nous lui avons communiqué notre décision finale.

JOURNALISTE : Mais avez-vous indiqué que vous rompriez l’accord ?

PREMIER MINISTRE : Eh bien, c’était très clair. Nous avons tous compris quelles étaient les clauses du contrat et ce qui devait ensuite être décidé.

JOURNALISTE : Mais vous ne l’avez pas fait, vous ne lui aviez pas dit qu’une clause de sortie était envisagée, que l’Australie était…

PREMIER MINISTRE : Eh bien, pas avant son activation.

JOURNALISTE : Mais l’Australie, à cette époque, était aussi très chaude en faveur d’une option nucléaire, sûrement ?

PREMIER MINISTRE : Nous réfléchissions à toutes nos options, et le gouvernement français était conscient que d’autres options étaient envisagées…

JOURNALISTE : Envisagez-vous…

LE PREMIER MINISTRE : Cela avait été un processus assez ouvert.

JOURNALISTE : Mais non, mais ça, je ne pense pas qu’ils savaient qu’on envisageait une option nucléaire.

PREMIER MINISTRE: Eh bien, c’était une question qui était sûre pour l’Australie et nos partenaires, donc ce n’était pas une question sur laquelle j’allais m’engager dans une sorte de conversation large. Cela aurait été contraire aux intérêts nationaux de l’Australie de faire cela. Tu vois, je veux être très clair. La capacité pour l’Australie d’avoir désormais accès à la technologie de défense la plus recherchée au monde – il n’y a qu’un seul autre pays qui l’a à part les États-Unis, et c’est le Royaume-Uni. Ce n’est pas quelque chose à propos duquel vous avez de larges conversations. Eh bien, comme vous le savez, même au sein du gouvernement, c’était incroyablement serré. Pourquoi? Parce que le résultat pour l’Australie était si incroyablement important pour notre sécurité future…

JOURNALISTE : Mais la France a…

PREMIER MINISTRE : Non, laissez-moi terminer. Le gouvernement australien a obtenu cela, ce qu’aucun gouvernement précédent n’a pu obtenir en 50 ans, et cela a bien placé l’Australie pour se défendre à l’avenir. Je ne m’excuse donc pas d’avoir obtenu le bon résultat de l’Australie. Et nous savions que ce serait une décision difficile…

JOURNALISTE : Aucune excuse…

LE PREMIER MINISTRE : … Nous savions qu’il serait difficile de faire face à cette décision, une fois que nous l’aurions prise. Ce n’est pas une mince affaire de ne pas franchir la “clause d’un contrat” de cette taille. Mais c’est pourquoi vous avez des portes dans les contrats. Vous avez des clauses dans les contrats parce que vous prenez des décisions sur ce que vous souhaitez poursuivre ou non. Mais l’Australie a décidé de ne pas continuer. C’était notre droit. Cette décision a été prise dans l’intérêt national de l’Australie. Et je vais soutenir l’intérêt national de l’Australie, et je sais que les Australiens vont soutenir les Australiens qui soutiennent notre intérêt national.

 

This page/article is also available in: enEnglish

Share With: