fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeBONS PLANSNatalie Barney Jewellery : bijouterie à la Française

Natalie Barney Jewellery : bijouterie à la Française

gjfood

Natalie Barney Jewellery est une bijouterie sur le net aux inspirations à la Française. Une boutique de luxe qui offre de magnifiques pièces d’orfèvrerie agrémentées de pierres précieuses aux clients.

Collier issu de la collection « Soleil »

Des bijoux inspirés de l’astre solaire. C’est tout le travail de Natalie Barney Jewellery dans sa collection sobrement baptisée Soleil. Colliers, bagues, ou boucles d’oreille, toutes ces pièces ont suivi un travail méticuleux, des premiers croquis à la conception. Désormais assortis de pierres précieuses, les bijoux n’en sont que plus scintillants.

«C’est une collection qui offre un avant-goût de la marque avec des premiers prix plus abordables», déclare Natalie Barney, 52 ans. «Trois tranches de prix différentes existent. L’idée est de cibler les jeunes femmes qui ne connaissent pas forcément leur goût en terme de bijoux.» La bijouterie de luxe démarre donc ses prix à $250. Les pièces les plus chères peuvent atteindre des sommes proches de $20 000. «J’ai l’avantage d’avoir ce DNA français qui est vraiment présent dans mes inspirations. J’essaye de promouvoir ce côté à la Française qui plaît et qui est reconnu dans le monde de la mode.» Si la directrice avoue avoir plus un rôle de conseillère auprès des clients, c’est elle qui dessine – «pas forcément très bien» -, dirige et choisit la pierre à travailler. Mais la conception revient à ses cinq bijoutiers.

L’entreprise Natalie Barney Jewellery est présente sur la toile par l’intermédiaire d’un site e-commerce, où les potentiels intéressés et/ou intéressées souhaiteraient découvrir le travail de cette femme, née en France, qui a toujours gardé en tête son rêve de petite fille : ouvrir sa propre bijouterie. Mais l’attente fut longue…

«Je ne me plaisais pas en France»

bijoux

Natalie Barney Jewellery

«J’étais une Française qui ne se plaisait pas en France.» Les mots peuvent paraître durs, mais ce sont ceux qu’a employés Natalie pour évoquer son passé. Née à Besançon, elle quitte son pays natal pour l’Angleterre en octobre 1986. A l’origine, ce n’était qu’un échange, mais cela, c’était avant qu’elle ne tombe amoureuse du pays de la Reine et de la culture anglophone. Au final, Natalie Barney y vit pendant 7 ans. Elle y rencontre son mari. Après une très belle carrière en marketing et une expérience au Pays-Bas, le couple décide de quitter l’Europe et de s’installer en Australie. «Cela fera 20 ans au mois de janvier !»

En arrivant sur le territoire australien, cela n’a pas forcément été facile pour la Française. Elle retrouve un poste dans le marketing, mais se fait licencier à plusieurs reprises. «C’est alors que mon mari est intervenu», confie-t-elle. «Il m’a clairement dit que c’était sans doute le moment de commencer quelque chose qui me tenait à cœur depuis toujours. C’est comme ça que je me suis lancée dans l’univers du bijou.» Approchant ainsi la Jewellers Assocation of Australia, elle sera bénévole pendant 6 mois avec eux, avant de réellement avoir un poste pendant deux ans et demi par la suite. Un travail que Natalie a pu compléter avec des études de gemmologie en parallèle, à la Gemmological Association of Australia. «Cela m’a permis d’accéder à une connaissance des pierres précieuses, leur composition chimique, la science en laboratoire. J’ai rencontré des personnes du milieu et appréhendé un univers de centaine de pierres. C’est là que je suis tombée amoureuse du côté naturel absorbant des gemmes.» Elle trouve ensuite un petit travail en tant que vendeuse dans une bijouterie avant qu’elle ne rachète l’entreprise en 2005.

De nouveaux projets

«J’ai fermé la boutique en décembre dernier pour me consacrer au site internet.» Cette décision n’est autre que la conséquence d’une envie ambitieuse de bâtir une marque de bijoux qui puisse se développer dans le monde entier, grandir en dehors de l’Australie. C’est pourquoi, la création d’un site internet s’est très vite imposée. «Je suis également devenue plus stricte et décisive dans mes choix et mes inspirations. Aujourd’hui, j’ai suffisamment de notoriété pour refuser des commandes qui ne correspondent pas à mon style.» Elle affirme : «J’ai confiance en ma marque».

Le Courrier Australien Smaller Banner 17 August Final

Natalie Barney Jewellery vise désormais la communauté française via la Chambre du Commerce et l’Ambassade. Et cible également l’Europe, les Etats-Unis, et l’Asie de l’Est. «L’objectif serait de pouvoir exposer dans un premier temps dans des grands magasins comme Les Galeries Lafayette à Paris et Harrods à Londres. Puis, dans un deuxième temps, ouvrir mes propres boutiques dans les grandes villes.» Les projets ne manquent pas, donc, pour Natalie Barney, qui rêve, mesurément, de devenir la nouvelle Coco Channel, «mais seulement dans les bijoux».

Joffrey Tridon

Retrouvez plus d’informations et tous les bijoux disponibles de Natalie Barney Jewellery sur : nataliebarney.com

_________________

>>>Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/lecourrieraustralien

>>>Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : http://www.lecourrieraustralien.com/newsletter/

Comments
franckprovost
Share With: