fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUNe laissez pas les méduses vous faire peur : elles ne font qu’envahir le monde !

Ne laissez pas les méduses vous faire peur : elles ne font qu’envahir le monde !

gjfood

Le 7 janvier 2018, la nouvelle alarmante a sonné. De minuscules méduses irukandji mortelles ont été découvertes au large de l’île Fraser pour la deuxième fois en deux ans. Trois semaines plus tard, un garçon a été transporté à l’hôpital avec des symptômes correspondant à une piqûre d’irukandji après avoir nagé dans un ruisseau au large de l’île Platypus Bay, près des côtes du Queensland.

Il était, à ce moment-là, la dixième personne en quelques semaines à souffrir d’une suspicion de piqûre causée par une méduse qui n’aurait pas dû être vue aussi loin au sud dans les eaux du Queensland.

À l’époque, lors d’entrevues avec les médias, le professeur Jamie Seymour, toxicologue de l’Université James Cook, avait déclaré que les méduses prospéraient dans des eaux qui se réchauffaient en raison des changements climatiques et qu’elles fréquenteraient tôt ou tard la Gold Coast, ce qui pourrait entraîner la chute du secteur touristique.

Peu après, le Conseil du climat a publié un rapport qui fait écho à ces affirmations.

En fin de semaine dernière, quatre membres du même groupe familial ont été piqués, probablement à quelques instants d’intervalle sur l’île de Fraser Island, dont deux enfants qui ont été transportés à l’hôpital.

Le professeur Seymour a une fois de plus averti que le changement climatique était à blâmer.

« La saison des piqûres s’est allongée. Il y a cinquante ans, la saison était d’environ un mois » a déclaré le professeur Seymour à l’AAP. « Maintenant, c’est environ cinq à six mois. Ça correspond très bien à l’augmentation de la température de l’eau. »

Mais comme le fait remarquer à juste titre le voyagiste Barrier Reef Australia, peut-être un peu sur le plan défensif, on trouve des méduses d’irukandji en Asie du Sud-Est, dans les Caraïbes, à Hawaii, en Afrique du Sud et même au Royaume-Uni.

« L’Australie dirige les efforts de recherche sur l’irukandji, ce qui explique peut-être pourquoi on pense à tort que la méduse ne se trouve qu’ici« , indique la société sur son site Web. Lisa-Ann Gershwin, chercheuse sur les jellfyfish à Launceston, est d’accord.

Comme le Dr Gershwin l’a dit à CNN : « L’Australie est franche au sujet des dangers que présentent les méduses, et elle s’affirme également dans la gestion de la sécurité, alors que d’autres pays en ont, mais les comprennent peut-être moins ou, dans certains cas, ne veulent tout simplement pas le dire. […] On trouve des méduses dans toutes les eaux marines, d’un pôle à l’autre et à toutes les profondeurs. Les plus dangereux se trouvent entre 40° de latitude nord et 40° de latitude sud. »

En juin, 800 personnes ont été piquées par des méduses sur les plages du centre de la Floride en une semaine.

Le même mois, 200 personnes étaient piquées chaque jour le long de la Costa del Sol, en Espagne, et les médias rapportaient que des milliers de vacanciers d’été avaient été attaqués.

En Australie, nous nous sommes probablement tellement concentrés sur notre propre arrière-cour mortelle que ce que l’on prétend être une crise mondiale a échappé à notre attention.

« Des essaims de méduses envahissent l’océan ? » a demandé la BBC en 2016. « Imagining the jellyfish apocalypse« , titrait une très longue histoire dans l’Australian Financial Review publiée fin décembre. The Global Jellyfish Crisis in Perspective, a été publiée par JSTOR Daily, un journal d’information académique en ligne. National Geographic a déclaré : « Lever de la méduse. »

Les élevages de saumon au large de la côte ouest de l’Irlande perdent régulièrement des centaines de milliers de poissons à cause des piqûres de méduses.

En 2008, une invasion a tué plus d’un quart de million de saumons d’élevage. En 2017, les estimations des pertes étaient plus élevées, mais il y a eu de la confusion et de la panique en raison du nombre inconnu de saumons qui avaient nagé pour leur vie, infectant les cours d’eau locaux avec leur génétique modifiée.

Au cours des cinq dernières années, des centrales nucléaires et des centrales au charbon en Suède, aux États-Unis, en Écosse et au Japon ont été fermées en raison d’un grand nombre de méduses qui envahissent et étouffent leurs systèmes de refroidissement. Un nouveau système d’alerte est en cours d’élaboration.

En 2006, le porte-avions USS Ronald Reagan — le navire de guerre indomptable de l’époque — a dû être évacué lors de sa visite à Brisbane parce que les conduites de refroidissement du réacteur nucléaire du navire étaient bouchées par des méduses.

En 2017, la marine chinoise, qui s’est construite pour rivaliser avec celle des États-Unis, a constaté que ses porte-avions étaient également vulnérables. Les Chinois ont mis au point un déchiqueteur de méduses comme mécanisme de défense — un filet de plusieurs centaines de mètres de long garni de lames d’acier tranchantes et remorqué derrière un navire qui fait office de dragueur de mines à gelée, devant les gros navires.

Au combat, les avions ennemis n’auraient plus qu’à sortir la balayeuse à gelée et à laisser les porteurs chinois les suivre, s’étouffer et mourir.

Comme l’a très bien noté Popular Mechanics, le problème est en partie dû au fait que la Chine est responsable de sa propre fabrication : « Sa surpêche, en particulier celle des requins, contribue à l’explosion de la population mondiale de méduses. »

C’est ce que semblent penser les chercheurs : les méduses, adaptables et, dans certains cas, presque immortelles, ont frayé puissamment à cause de la surpêche et du réchauffement climatique.

Dieu merci, les gouvernements du monde entier prennent des mesures décisives sur ces questions — ou du moins en parlent.

Source : thenewdaily.com.au

——————————————————

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
Share With: