fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUNSW, Victoria, Queensland… : le plan du gouvernement face aux attaques de requins en Australie

NSW, Victoria, Queensland… : le plan du gouvernement face aux attaques de requins en Australie

NYE

En un peu plus de deux mois, neuf attaques graves de requins ont étés recensées en Australie. Cela équivaut à un incident presque tous les huit jours depuis septembre. Malgré les chiffres alarmants, il ne semble pas y avoir de solution.

De Queensland’s Cid Harbour à Moffat Beach sur la Sunshine Coast, Ballina sur la côte nord de la Nouvelle-Galles du Sud jusqu’à Seven Mile Beach dans le sud-est, l’Australie est devenue une zone dangereuse. Quelques jours avant la fermeture de la plage de Marboura, à Sidney, un requin de 4,6 mètres de long a été retiré de l’eau. Tandis qu’en Australie-Occidentale, un adolescent a été mutilé par une dizaine de requins, on continue de compter les attaques à Perth et à Albany on y recense les requins. Ce constat déconcerte les biologistes qui ne comprennent pas le manque de solution du gouvernement.

© 9News

Que font les gouvernements des États pour prévenir les attaques de requins ?

La Nouvelle-Galle du Sud

La Nouvelle-Galles du Sud est l’un des États qui s’efforce le plus de prévenir les attaques. Un porte-parole du ministère des Industries primaires a déclaré à 9News.com que son plan quinquennal de 16 millions de dollars comprend des lignes de tambours, le marquage des requins, la surveillance aérienne, le financement de la recherche, des subventions d’équipement de prévention aux groupes communautaires et des alertes d’observation sur les réseaux sociaux.

Le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud poursuit ses efforts pour mieux comprendre les requins et éviter une rencontre avec l’homme. Il continue sa série d’essais en cours le long de la côte. Cet État prend au sérieux le sujet et a mis en place sur 51 plages des filets à requins. Plus de 400 requins de différentes espèces sont dans recensés dans le programme du marquage du gouvernement. Les squales sont aussi sur écoute avec 21 sites d’écoutes sous-marine pour les repérer s’ils passent à la nage.

Queensland

Le gouvernement du Queensland a organisé une réunion en urgence après les attaques de Cid Harbour. Au-delà des revendications d’abattage des requins, la réunion avait pour but de stimuler les efforts de recherche. Une enveloppe de 250 000 $ va permettre de lancer une « campagne d’éducation très médiatisé » et d’interdire temporairement la baignade dans le port de Cid. Dans un communiqué officiel, le ministère de l’Innovation et de l’Industrie déclare :

« Nous avons écouté les conseils des spécialistes des sciences de la mer et de l’industrie touristique locale et nous avons un plan en cinq points pour améliorer la sécurité dans les eaux des Whitsundays.« 

« Tous les experts s’accordent à dire que l’éducation est la clé – c’est pourquoi… nous nous sommes engagés dans une campagne  » SharkWISE  » pour sensibiliser les gens aux risques de la baignade dans certains endroits.« 

« Les récentes attaques de requins à Cid Harbour sont sans précédent et démontrent que nous devons faire plus pour comprendre les comportements des requins.« 

Cependant, ailleurs dans l’Etat, la réponse est toujours une combinaison de filets à requins et de drumlines (piège aquatique utilisé pour capturer de grands requins via des appâts et des hameçons, ndlr)— qui ont été installés dans l’Etat au début des années 1960.

©AAP

Victoria

Depuis trois décennies, aucun mort d’attaque de requin n’est à déplorer dans cet État. Cette année, un seul incident non mortel a été recensé. Mais ces chiffres ne sont pas le fruits d’investissements sur le contrôle. Selon un porte-parole de la Victoria Fisheries Authority à 9News.com, l’État n’a mis en place aucune mesure de contrôle, comme des filets ou des lignes de tambour, et compte plutôt sur l’éducation et les rapports d’observations : « L’Etat du Victoria dispose d’un système multi-agences de prévention des risques liés aux requins« .

Tasmanie

Plus au sud, encore moins de mesures sont prises pour prévenir activement les attaques de requins tout simplement car que le niveau de risque est moindre :

« Le gouvernement de Tasmanie considère la sécurité publique dans l’eau comme d’une importance primordiale« , a déclaré un porte-parole du gouvernement de l’État à 9News.

Néanmoins la police de Tasmanie alerte tout de même le public de toute observation de requins signalée par les médias grand public et sur les réseaux sociaux. L’an dernier, une enquête du Sénat de l’État s’est également penchée sur les moyens de mettre fin aux attaques, mais n’a pas suggéré que le gouvernement prenne d’autres mesures.

Territoire du Nord

Un porte-parole du ministère de l’Industrie primaire et des Ressources a déclaré à 9News que les attaques de requins sont rares dans les eaux des NT.

Le gouvernement de l’Etat a mis en place des campagnes pour avertir les gens de ne pas se baigner dans toutes les eaux des NT à cause de la présence des requins, en plus des autres animaux prédateurs.

« Le gouvernement du Territoire du Nord s’efforce d’éduquer la population locale et les visiteurs sur les dangers de la baignade dans nos eaux tropicales en raison des risques toujours présents que représentent les crocodiles estuariens, les méduses, les requins et autres prédateurs » a déclaré le porte-parole. Cette campagne d’éducation comprend la radio et la télévision ainsi que la signalisation dans de nombreux lieux de baignade potentiels.

Australie-Méridionale

Selon Darryl Wright, directeur des opérations maritimes pour le service d’urgence de l’État sud-australien l’État compte sur les patrouilles aériennes pour prévenir les attaques de requins.

Le gouvernement sud-australien utilise une combinaison d’avions, d’hélicoptères et de drones pour patrouiller quotidiennement au-dessus les plages pendant l’été et pour alerter la police notamment via les réseaux sociaux.

« L’environnement à risque de l’Australie-Méridionale favorise l’utilisation de patrouilles aériennes au lieu des mesures d’atténuation employées dans d’autres juridictions, telles que l’appâtage et la pêche au filet, avec des eaux relativement peu profondes et claires à moins de 400 mètres du rivage, l’absence de surf important et une ligne distincte de mauvaises herbes, » a déclaré M. Wright dans un communiqué.

« Depuis sa création, le programme a fait l’objet d’un examen régulier afin d’assurer l’utilisation la plus efficiente et la plus efficace possible des ressources et de maximiser l’atténuation des risques. »

Australie-Occidentale

Jusqu’à présent, le gouvernement de l’Australie occidentale est le seul organisme d’État australien à prendre des mesures pour prévenir les attaques sur la base des résultats de recherches scientifiques.

« Nous avons davantage de patrouilles sur les plages et de patrouilles aériennes, une première mondiale de subvention pour la dissuasion des requins, en partenariat avec Surfing WA pour aider les surfeurs à rester en sécurité, nous avons étendu notre réseau de surveillance des requins et nous allons bientôt mener un essai SMART sur la drumline,  » a déclaré le ministre des Pêches Dave Kelly à 9News.

©MCE

« Nous avons suivi les avis scientifiques, étudiés les nouvelles technologies et introduit des mesures de bon sens qui réduisent la probabilité de rencontrer un requin.« 

En Australie, la technologie Shark Shield — le premier système de dissuasion électrique au monde scientifiquement prouvé qui émet des impulsions électromagnétiques dans l’eau pour effrayer les requins — est soutenue uniquement par le gouvernement de l’Australie Occidentale. Les résidents de cet État qui achètent des sacs Shark Shield pour la plongée ou le surf bénéficient de rabais garantis par le gouvernement.

Paulino Lopez

Source : 9News.com

——————————————

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
franckprovost
Share With: