fbpx
HomeACTUOpen d’Australie: Ils visent aussi le titre

Open d’Australie: Ils visent aussi le titre

Outre Novak Djokovic, favori pour décrocher un 9e titre à Melbourne, et Rafael Nadal, toujours prétendant logique mais touché au dos, plusieurs joueurs convoitent légitimement l’Open d’Australie qui débute lundi. En voilà cinq:

. Daniil Medvedev (RUS/4e mondial, 24 ans)
Finaliste inattendu de l’US Open 2019, Medvedev s’est depuis installé dans le haut du classement ATP et a conclu l’année 2020 en remportant les deux derniers grands tournois de la saison, le Masters 1000 de Paris et les Masters de Londres. Pandémie, quarantaine, bulle sanitaire, pause forcée, rien ne semble avoir entamé son appétit: Medvedev a aligné quatre victoires en quatre matches en ATP Cup contre Diego Schwartzman (9e), Kei Nishikori (41e), Alexander Zverev (7e) et Matteo Berretini (10e). Le tout en ne cédant qu’un set, en demies. “Cet élan peut m’aider, a-t-il estimé dimanche après la victoire de la Russie en finale contre l’Italie. Ca m’a aidé l’an dernier, où j’ai gagné deux tournois d’affilée. J’espère jouer l’Open d’Australie au même niveau que ces derniers matches, alors j’aurai une chance de gagner quelques parties…”

. Andrey Rublev (RUS/8e, 23 ans)
“Il est monstrueux. Il frappe hyper-fort, il a une bonne vision du jeu, il met de l’intensité, il est difficile à déborder”, décrit, dans L’Equipe, l’ancien joueur français Paul-Henri Mathieu. S’il n’a pas encore le palmarès de son compatriote Medvedev, Rublev impose sa présence dans le Top 10 comme il impose son jeu. Il a lui aussi terminé 2020 sur les chapeaux de roue avec deux titres consécutifs à Saint-Pétersbourg et Vienne qui lui ont permis de jouer ses premiers Masters de fin d’année. Eliminé en phase de groupes, il a néanmoins terminé sur une victoire contre Dominic Thiem (3e). Il a entamé 2021 sur sa lancée avec quatre victoires en quatre matches d’ATP Cup face à Guido Pella (44e), Yoshihito Nishioka (57e), Jan-Lennard Struff (37e) et Fabio Fognini (17e), ne cédant qu’un seul set, en demies contre l’Allemagne.

. Dominic Thiem (AUT/3e, 27 ans)
L’Autrichien, battu en finale l’an dernier par Djokovic, est entré quelques mois plus tard dans le cercle – très restreint parmi les joueurs en activité en dehors du Big 3 (Djokovic-Nadal-Federer) – des vainqueurs en Grand Chelem, en s’offrant l’US Open en septembre. De là, à le refaire sur le court préféré de Djokovic, qu’il devrait retrouver en demies? “L’an dernier à Melbourne, j’ai peut-être joué le meilleur tournoi de ma carrière, avec six matches incroyables en particulier le quart contre Rafa et la demie contre Sasha (Zverev). La finale contre Novak aussi a été un bon match… mais je n’ai pas gagné alors ça a été douloureux”, a-t-il rappelé samedi en expliquant avoir ruminé cette défaite en cinq sets pendant de longs mois. “Mais le titre à l’US Open a comme tout effacé”, a-t-il prévenu.

. Naomi Osaka (JPN/3e, 23 ans)
Victorieuse de son troisième Majeur, en septembre à l’US Open où elle a en outre manifesté son soutien au mouvement Black Lives Matter, la métisse nippo-haïtienne est revenue au sommet de son art. Elle a retrouvé ce tennis qui lui avait permis de remporter à New York en 2018 son premier Majeur et d’enchaîner avec l’Open d’Australie 2019 pour devenir dans la foulée la N.1 mondiale. Retombée à la 10e place mondiale début 2020, elle est remontée au 3e rang en septembre après sa victoire à Flushing Meadows. “Je veux jouer chaque match avec autant d’intensité que possible. Si ça me permet de redevenir N.1, j’en serai ravie. Mais je n’en fais plus un objectif”, a-t-elle dit samedi, juste après avoir déclaré forfait pour des douleurs à une épaule avant sa demi-finale du Gippsland Trophy.

. Sofia Kenin (USA/4e, 22 ans)
Lauréate inattendue l’an dernier, l’Américaine a confirmé sa présence dans l’élite féminine durant la saison en atteignant notamment les 8es à l’US Open, puis la finale à Roland-Garros. “Evidemment, j’adorerais défendre mon titre. Psychologiquement, il faudra que je contrôle mes émotions et que je sache que, quelle que soit l’adversaire, elle jouera sans pression. Mes adversaires joueront probablement mieux contre moi, donc il faudra que je maîtrise mes nerfs et que je colle à mon plan de jeu”, a-t-elle analysé, bien consciente de son nouveau statut.

Share With:
Tags