fbpx
HomeACTUOpen d’Australie: les Bleus sans filet

Open d’Australie: les Bleus sans filet

Le camp français aborde l’Open d’Australie sans filet, à partir de lundi à Melbourne: ses joueurs les mieux classés, Gaël Monfils et Benoît Paire, ont la tête à l’envers depuis la reprise l’été dernier, certains de ses piliers habituels sont absents et d’autres n’ont pas été gâtés par le tirage au sort.

. Monfils, la recette autrichienne

C’est peu dire que la suspension du tennis mondial au printemps dernier lui a fait perdre la tête. Avant, tout allait bien, après, plus rien: Monfils (11e mondial) a perdu les quatre matches qu’il a joués fin 2020, puis zappé le Masters 1000 de Paris.

Mais à 34 ans, le N.1 français a toujours des ambitions élevées. Comme l’illustre son association à l’intersaison avec l’exigeant Autrichien Günter Bresnik, ex-entraîneur du N.3 mondial Dominic Thiem.

Bresnick, qui travaillera en duo avec un autre coach autrichien, Richard Ruckelshausen, présent à Melbourne, a son idée: rendre le jeu de Monfils plus agressif. Le premier aperçu en ATP Cup mercredi, contre Matteo Berrettini (6-4, 6-2), a montré le chantier en cours.

“C’était un peu brouillon. J’ai fait beaucoup de fautes, ce qui n’est pas dans mon ADN. J’ai été beaucoup trop agressif, je pense que je tape beaucoup trop fort. J’y suis allé, j’ai essayé de faire ce qu’on m’a demandé, mais il me manque encore des heures d’entraînement pour pouvoir proposer un jeu plus agressif”, explique Monfils.

“Quand tu vas chercher un coach, tu l’écoutes à 100%, mais il faut se laisser le temps que tout se mette bien en place, essayer d’être agressif d’une façon qui m’aille un peu plus, trouver le bon équilibre”, poursuit-il.

Ses premiers tours abordables, avec le Finlandais Emil Ruusuvuori (86e) pour commencer, pourraient l’y aider. Si son épaule droite le laisse tranquille.

De la génération des “nouveaux Mousquetaires”, seul Gilles Simon est également présent, mais Stefanos Tsitsipas (6e) l’attend d’entrée. Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet sont eux blessés.

. Paire, poursuivi par la poisse

C’est le “poissard” du circuit. Testé positif au Covid-19 et placé à l’isolement avant l’US Open en août dernier, Benoît Paire (28e) a été contraint à une quatorzaine stricte à son arrivée à Melbourne après le test positif d’un des passagers de son avion. A peine sorti de son isolement, il a de nouveau été confiné, brièvement cette fois, quand un nouveau cas lié à son hôtel de quarantaine a été détecté cette semaine…

L’Avignonnais accumule les galères depuis la reprise, mais pas les victoires: une seule, en sept matches entre août et octobre 2020, plus deux défaites à l’ATP Cup (contre Fognini et abandon contre Thiem).

C’est “dur de devoir jouer un match trois jours après avoir passé quatorze jours 24h/24 dans mon lit”, a lancé le N.2 français en début de semaine.

“J’ai fait ce que j’ai pu, mon tennis n’était pas bon, c’était dur physiquement, mais je suis content de m’être accroché. Je ne m’attendais pas à faire le match de ma vie. Il me faut encore un peu d’entraînement, de tennis”, a-t-il déclaré après s’être incliné contre Fognini mercredi.

“Ce n’est pas facile de préparer un Grand Chelem en une semaine. Je n’ai pas eu de douleurs, c’est déjà bien”, a positivé Paire, opposé au Bélarusse Egor Gerasimov (78e) au premier tour et éventuellement promis à Diego Schwartzman (9e) au troisième.

. Humbert sur sa lancée?

Valeur montante – 32e à 22 ans – et Français en forme de la fin 2020, avec un titre à Anvers et un quart de finale à Paris-Bercy en battant au passage Tsitsipas, Ugo Humbert va-t-il confirmer son ascension à Melbourne?

Sa route s’annonce pentue, avec Nick Kyrgios (47e), puis surtout Thiem pour adversaires potentiels aux deuxième et troisième tours.

Récent demi-finaliste d’un des tournois préparatoires à l’Open d’Australie, Jérémy Chardy (66e) hérite lui d’entrée du N.1 mondial Novak Djokovic. Pierre-Hugues Herbert (84e) va défier Fognini (17e) et Corentin Moutet (80e) l’accrocheur Australien John Millman (38e).

. Les Bleues sans protection

Aucune des six Françaises engagées ne bénéficie du statut protecteur de tête de série, reservé aux 32 meilleures joueuses.

Si la mieux classée, Fiona Ferro (43e), ne s’en sort pas si mal, avec un premier tour contre la Tchèque Katerina Siniakova (59e), la N.3 mondiale Naomi Osaka se profile dès le suivant pour Caroline Garcia. Kristina Mladenovic est opposée d’entrée à la Grecque Maria Sakkari (22e).

Face à la Belge Alison Van Uytvanck (65e), la jeune Clara Burel (19 ans) a elle un coup à jouer.

 

Share With:
Tags