fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUOpen d’Australie – Les enjeux de Melbourne

Open d’Australie – Les enjeux de Melbourne

 

Consécration d’Andy Murray, reprise du pouvoir par Novak Djokovic, résurgence de Roger Federer ou renaissance de Rafael Nadal ? Confirmation d’Angelique Kerber ou regain de Serena Williams ? Les principaux enjeux de l’Open d’Australie, qui commence lundi à Melbourne.

– Murray va-t-il briser la malédiction ? –
Ou encore: la sixième sera-t-elle la bonne ? L’Écossais a déjà perdu cinq fois en finale (2010, 2011, 2013, 2015, 2016), les quatre dernières contre Novak Djokovic. Personne n’a gagné un Grand Chelem après cinq échecs en finale. Mais Murray ne s’est jamais présenté en position aussi forte après sa superbe deuxième partie de saison 2016: huit tournois remportés, dont Wimbledon, les JO et le Masters. Pour conserver la première place mondiale, il lui suffira d’atteindre les demi-finales. Mais attention au quart potentiel contre un certain Roger Federer.

– Djokovic va-t-il reprendre le pouvoir ? –
L’année 2016 a été paradoxale pour le Serbe. Il a atteint son pic en gagnant enfin Roland-Garros, le dernier “major” qui lui manquait. Puis il a traversé un trou d’air qui lui a coûté la première place mondiale. Ce fléchissement, probablement dû à son besoin de souffler mentalement, semble surmonté. A Doha, il y a huit jours, Djokovic a remporté son premier titre depuis le mois d’août, en battant Murray en finale. “Un scenario idéal”, a-t-il dit. Il devra se méfier dès le premier tour de l’Espagnol Fernando Verdasco contre lequel il a dû sauver cinq balles de match en demi-finales à Doha. S’il s’imposait pour la septième fois à Melbourne (après 2008, 2011, 2012, 2013, 2015, 2016), il deviendrait le seul détenteur du record devant l’Australien Roy Emerson (6).

– Federer et Nadal seront-ils dans le coup ? –
Les six mois sans Roger ont paru interminables à beaucoup de fans de tennis. Gêné par un problème de genou en 2016, le champion helvétique a fait son retour à la Hopman Cup, requinqué. Il nourrit de grands espoirs malgré ses 35 ans et son classement mondial, 17e, le plus bas depuis 2001. Pourquoi pas un 18e titre majeur ? Il s’agirait de son cinquième à Melbourne, le premier depuis 2010. Nadal, désormais épaulé par son ami Carlos Moya et doté d’une nouvelle coupe de cheveux, espère surtout retrouver son jeu après une saison 2016 tronquée par une blessure au poignet.

– Wawrinka va-t-il garder le rythme ? –
L’autre Suisse est rarement cité parmi les grands favoris au moment d’aborder un Grand Chelem. Et pourtant c’est lui qui a gagné le dernier en date, à l’US Open. Il est aussi le seul joueur à avoir battu Djokovic à Melbourne depuis six ans, en demi-finales lors de son parcours jusqu’au sacre en 2014. Depuis trois ans, il gagne un titre majeur par saison. A 32 ans, peut-il encore enrichir son étonnant palmarès ?

– Serena Williams va-t-elle se rapprocher de Margaret Court ? –
Codétentrice du record de l’ère professionnelle avec Steffi Graf depuis son succès à Wimbledon, l’Américain cherchera à remporter un 23e titre du Grand Chelem qui la mettrait à une unité du record absolu de l’Australienne Margaret Court. Âgée de 35 ans, elle s’est arrêtée quatre mois après sa défaite en demi-finales de l’US Open en septembre. Pour son retour à Auckland la semaine dernière, elle a perdu contre la 72e mondiale. Inquiétant ?

– Angelique Kerber va-t-elle confirmer ? –
Vainqueur surprise de son premier Grand Chelem l’an passé à Melbourne, à l’âge de 28 ans, l’Allemande a confirmé en atteignant la finale de Wimbledon puis en gagnant l’US Open, titre qui lui a valu la première place mondiale. Les autres rivales de Williams seront l’Espagnole Garbine Muguruza, championne de Roland-Garros, et peut-être la Polonaise Agnieszka Radwanska, la Roumaine Simona Halep, voire la Slovaque Dominika Cibulkova, vainqueur du Masters. Maria Sharapova sera absente, suspendue jusqu’en avril pour avoir été contrôlée positive lors de l’édition 2016.

– Jo-Wilfried Tsonga aura-t-il un successeur ? –
Le Manceau est le dernier Français à avoir joué la finale à Melbourne, en 2008, et le dernier à avoir atteint les demi-finales, en 2010. Libéré de toute douleur, notamment au genou, il est en piste pour récidiver. Le N.1 français Gaël Monfils voudrait enchaîner sur sa belle saison 2016, conclue au Masters, Richard Gasquet franchir pour la première fois le cap des huitièmes de finale en Australie et Lucas Pouille confirmer les promesses de ses quarts de finale à Wimbledon et à l’US Open.

Share With: