fbpx
HomeACTUOpen d’Australie : un boycott du Margaret Court Arena envisagé pour défendre le mariage homosexuel

Open d’Australie : un boycott du Margaret Court Arena envisagé pour défendre le mariage homosexuel

 

La star de tennis Samantha Stosur a annoncé que certains joueurs pourraient boycotter le mythique “Margaret Court Arena” lors du prochain open d’Australie pour défendre le mariage homosexuel dont le nom est celui d’une fervente opposante au mariage entre deux personnes du même sexe.
L’arène de l’Open d’Australie nommé après une opposante au  mariage homosexuel

Cette joueuse de tennis australienne soutient la prise de  position d’une collègue, Casey Dellacqua, qui s’était récemment opposée à la déclaration de Margaret Court. Cette dernière,  détentrice de 24 victoires individuelles,  avait créé la polémique en affirmant qu’elle était opposée au mariage homosexuel. En effet, l’ancienne numéro 1 mondiale avait annoncé qu’elle n’utiliserait plus la compagnie aérienne Qantas après que la compagnie ait fat de la promotion pour le mariage  homosexuel. Cette sportive est désormais pasteure à Perth et a critiqué le mariage des personnes de même sexe pendant des dizaines d’années. La polémique s’était aussi enflammée après que le premier ministre ait annoncé que malgré les prises de positions de la joueuse de tennis, l’arène devrait continuer de porter son nom en hommage à ses exploits sportifs.

 

Un projet de boycott du Margaret Court Arena durant le prochain Open d’Australie

Samantha Stosur et Casey Dellacqua ont ainsi rendu public leur mécontentement et annoncé ce possible boycott de la célèbre arène de l’Open d’Australie. L’opinion publique a montré son soutien aux deux sportives. Le post de Dellacqua  “Margaret. Enough is enough” [Margaret. Trop c’est trop] a notamment été retweeté plus de 2000 fois. Stosur se rend bien compte de la difficulté que ce serait de renommer l’arène mais suggère le fait que certains joueurs pourraient demander à ne pas jouer dans le Margaret Court Arena. Rendez-vous dès le 15 janvier 2018 pour voir si cet appel au boycott aura été suivi.

 

Aurélia HILD

source : www.theguardian.com

Share With: