fbpx
HomeACTUOuverture du premier Flora&Fauna à Sydney

Ouverture du premier Flora&Fauna à Sydney

Le plus grand magasin en ligne de produits vegan et “cruelty free” – sans test sur les animaux – va ouvrir sa première enseigne à Sydney. Une façon de créer un espace de vie plutôt qu’un simple supermarché. Rencontre avec sa fondatrice, Julie Mathers.

“On peut venir faire ses courses et repartir avec des produits. Mais on repart surtout avec une expérience”. À une semaine de l’ouverture du premier magasin Flora&Fauna, la fondatrice, Julie Mathers, est enthousiaste et impatiente. Depuis le lancement du site en ligne en novembre 2014, elle pense au jour où elle pourra mettre sur pied ce projet qui ne cesse de grandir. “Au début, nous partions avec 30 entreprises et 500 produits cosmétiques. Notre seule arme de communication pour grandir était les réseaux sociaux. Aujourd’hui, nous comptons plus de 5 000 produits et nous collaborons avec 230 compagnies”, déclare fièrement la jeune entrepreneure.

Flora&Fauna se catégorise comme la référence pour les produits de beauté, maison, bébé, fashion 100% vegan, éthique et sans cruauté envers les animaux. Tous proviennent d’Australie. Si des colis doivent être envoyés à l’autre bout du monde, la compagnie choisit des “green flight“. Si c’est en Australie, ce sera en transport terrestre. Mais tous les produits sont emballés dans des cartons recyclés dans lesquels Flora&Fauna offre un sachet de graines pour donner la possibilité aux consommateurs de planter un arbre. “Nous sommes vraiment conscients concernant la manière dont nous faisons notre commerce. Il ne s’agit pas seulement de vendre des produits éthiques, il est nécessaire que nous le soyons de notre côté”. Depuis deux ans, l’entreprise n’utilise plus de plastique et privilégie le ré-utilisable ou le recyclé. “Si nous avons commencé par un site internet, c’est pour avoir plus d’impact à travers le monde mais surtout pour être dans une démarche plus consciente. C’est aussi pour cette raison qu’aujourd’hui nous n’ouvrons pas qu’un magasin, mais tout un lieu de vie et de partage”, affirme Julie.

Accéder à une expérience en ayant conscience

Quand Julia Mathers a acquis l’entrepôt à North Rocks, il s’agissait directement d’y installer un magasin avec un large espace pour se garer. “Vous pouvez venir avec vos récipients et vous servir, vous pouvez venir avec vos enfants, nous sommes à dix minutes du Central Park, vous pouvez venir y apprécier de la bonne nourriture et du bon vin. Certes, nous proposons un large choix de produits. Mais ce que nous privilégions, c’est la qualité”, précise la fondatrice. En effet, Flora&Fauna procède à de longues vérifications concernant les entreprises avec lesquelles elle collabore. L’entreprise met en avant d’abord les produits locaux, les petites enseignes et évite particulièrement lorsqu’une partie de la production peut se faire en Chine. “Nous sommes vraiment strictes par rapport à ces critères et nous vérifions minutieusement”, rassure la responsable.

Toutes ces exigences vont bien évidemment se retrouver entre les murs de Flora&Fauna. “Le but est de créer une communauté à travers les produits mais aussi dans la façon de les utiliser, avec des valeurs. Comme être bienveillant dans chaque chose que nous faisons, que ce soit avec les autres personnes ou avec les animaux”, affirme Julia. L’équipe envisage de tester le marché et le magasin à Sydney avant de penser à en ouvrir un autre. “Nous pouvons éventuellement faire du profit, mais l’objectif est de pousser les citoyens à regarder vers le futur et de les faire réfléchir sur la façon dont ils consomment. C’est pourquoi, nous préférons nous investir davantage avec des associations comme Sea Shepherd plutôt que de nous précipiter vers un nouveau business”, conclut la fondatrice.

L’espace de vie, comme l’appelle Julia Mathers, sera également un lieu de partage pour aider celles et ceux qui le souhaitent à devenir plus conscients et éco-responsables. Des ateliers et des discussions sont d’ailleurs prévus le jour de l’ouverture, samedi prochain. Pour plus d’informations, c’est ici.


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: