fbpx
HomeACTUPandémie: le recyclage des masques progresse, mais se heurte à une faible rentabilité

Pandémie: le recyclage des masques progresse, mais se heurte à une faible rentabilité

En Australie, des masques de protection contre le Covid pourraient bientôt être recyclés pour améliorer la résistance et l’élasticité du bitume sur les routes. Aux Etats-Unis, ils servent à fabriquer bancs d’écoles ou revêtements de sol. En France, certains masques trouvent une deuxième vie dans l’industrie automobile.

Mais, volatiles, légers, aériens, les “équipements de protection individuelle” (EPI) usagés sont encore très loin d’être recyclés.

En cherchant à ralentir la propagation de la pandémie de Covid-19, la planète en a accéléré une autre: la pollution plastique. Au moins 129 milliards de masques, composés de polypropylène, élastique et métal, sont utilisés chaque mois dans le monde, selon la Société américaine de chimie, soit plus de quatre milliards par jour.

Résultat: ils s’accumulent sur les parkings de supermarchés, le long des rivières, bouchent des égouts, ou étouffent des animaux marins.

La Cnuced (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement), citant le cabinet Grand View Research, a estimé dès l’été 2020 les ventes mondiales de masques à 166 milliards de dollars en 2020, contre 800 millions en 2019.

Dans les seuls domaines du tourisme et de la pêche, le Programme des Nations Unies pour l’environnement exhorte les gouvernements à traiter la gestion de ces déchets comme un service public essentiel. Selon le PNUE, 40 milliards de dollars sont nécessaires juste pour gérer les effets néfastes de l’arrivée de ces nouveaux polluants dans l’eau.

Des espoirs se font pourtant jour pour donner une deuxième vie à ces bouts de plastiques.

– Trois millions de masques: un kilomètre de route –

En mélangeant des masques broyés avec des débris de démolition concassés, une équipe de chercheurs australiens de l’Institut royal de technologie de Melbourne (RMIT) a obtenu un cylindre composé d’un matériau souple et très résistant pouvant servir à l’une des couches nécessaires à la fabrication d’une route.

Pour un kilomètre de route, trois millions de masques sont nécessaires. “Nous cherchons des partenaires pour passer à une application réelle et réaliser une route pilote”, a dit à l’AFP Mohammad Saberian, chercheur au RMIT, qui compte sur les qualités de “résistance à la traction” des masques.

Le secteur hospitalier a aussi pris les choses en main. Au Royaume-Uni, plusieurs hôpitaux ont investi dans une machine à compacter produite par la société Thermal Compaction Group basée à Cardiff (Pays de Galles) qui fond blouses et masques chirurgicaux en une tablette de plastique bleuâtre, servant ensuite à fabriquer chaises ou tables de jardin.

En France, des filières voient le jour. Les hôpitaux de Paris et plusieurs grands groupes comme le géant des matériaux Saint Gobain ou la chaîne de télévision TF1 récupèrent leurs masques dans des boîtes de tri. Leurs composants sont séparés pour n’en garder que le polypropylène, transformé en granulés, ensuite réutilisé dans l’industrie automobile.

Dans certains pays, les initiatives viennent des collectivités, comme Vancouver au Canada qui multiplie les poubelles de collecte.

Mais l’engouement se heurte au faible “coût-matière” des masques et au manque de rentabilité de l’activité.

“Le coût de collecte, de tri et de recyclage est très élevé, comparé à la valeur du matériau qui en résulte”, prévient Tom Szaky, directeur général de TerraCycle, basée dans le New Jersey aux Etats-Unis. La société vend des boîtes de récupération en carton à des sociétés, que les clients utilisent pour jeter leurs masques usagés, ensuite triés dans l’Ohio, puis recyclés.

“Pourquoi une canette d’aluminium est-elle recyclable? Parce que la valeur de l’aluminium est très élevée, elle représente plus que le coût de la collecte et de la transformation”, dit-il à l’AFP.

“Et pourquoi une couche de bébé sale ou un masque ne sont pas recyclables? C’est parce que cela coûte plus cher de les collecter et de les transformer, avec un résultat de transformation piètre, ce qui fait que personne ne se hasarde à se lancer: car il n’y pas de possibilité de se faire de l’argent”, dit-il.

“Voilà pourquoi nous cherchons des sponsors, si quelqu’un veut payer les coûts, nous pouvons offrir le service”.

Share With:
Tags