fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUPékin accuse l’Australie d’avoir aidé des journalistes à “se soustraire” à la loi

Pékin accuse l’Australie d’avoir aidé des journalistes à “se soustraire” à la loi

dppp

La Chine a accusé jeudi l’Australie d’avoir entravé une enquête visant deux journalistes australiens, qui sont rentrés précipitamment dans leur pays en début de semaine par crainte d’une arrestation arbitraire.

Ces accusations interviennent dans un climat bilatéral tendu par le Covid-19, des mesures de rétorsion commerciale et la perquisition en juin de plusieurs reporters chinois sur le sol australien.

Les deux journalistes australiens, Bill Birtles et Michael Smith, avaient reçu la semaine dernière en pleine nuit une visite de la police chinoise, les prévenant qu’ils ne pouvaient pas quitter le territoire avant de subir un interrogatoire.

Ils se sont alors réfugiés pour l’un à l’ambassade d’Australie à Pékin, et pour l’autre au consulat d’Australie à Shanghai. Après négociations diplomatiques, ils ont accepté de sortir répondre aux enquêteurs chinois, avant de regagner leur pays.

Les questions portaient notamment sur une autre ressortissante australienne, Cheng Lei, ex-présentatrice de la télévision publique chinoise anglophone CGTN. Elle est détenue au secret en Chine depuis août au nom de la “sécurité nationale”.

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a accusé jeudi l’ambassade d’Australie d’avoir aidé les journalistes à “se soustraire à l’enquête”.

“C’est allé bien plus loin que le cadre de la protection consulaire”, a-t-il dénoncé lors d’un point presse régulier. “Il s’agit d’une ingérence dans les affaires intérieures et la souveraineté judiciaire de la Chine.”

Au lendemain du départ de MM. Birtles et Smith, la diplomatie chinoise avait révélé mercredi que quatre journalistes chinois basés en Australie avaient subi le 26 juin perquisitions et interrogatoires par les services de renseignements australiens.

“L’Australie affirme que son enquête visant les reporters chinois était conforme aux procédures normales, mais que la Chine, elle, mène une diplomatie des otages. Cela démontre le sentiment de supériorité incroyable de certaines personnes en Australie”, a dénoncé Zhao Lijian.

Les autorités australiennes se sont refusées à confirmer les perquisitions du 26 juin. Mais selon des documents judiciaires, elles auraient été effectuées dans le cadre d’une enquête liée à des soupçons d’ingérence chinoise dans les affaires de l’Australie.

Les relations diplomatiques se sont dégradées depuis l’appel de Canberra il y a quelques mois réclamant une enquête internationale sur l’origine du nouveau coronavirus, repéré pour la première fois dans la ville chinoise de Wuhan (centre).

La Chine considère cette demande comme hostile et politiquement motivée. Elle a depuis pris une série de mesures de rétorsion économiques contre des produits australiens comme le boeuf ou l’orge.

dppp

 

Produire quotidiennement de l’information pertinente, représente un coût humain, logistique et informatique considérable, dont l’essentiel est financé par la publicité.

Durant cette crise sanitaire et économique, la publicité est en chute libre, notre journal a donc besoin du soutien de ses lecteurs pour continuer sa mission d’informer quotidiennement des milliers de personnes.   

Nous avons donc décidé de lancer un appel aux contributions.  Chaque contribution, grande ou petite, est précieuse pour notre avenir.

 


Envie de nous aider autrement? Pourquoi ne pas commander le livre bilingue Collector’s Edition du Courrier Australien?

Sélection des articles les plus emblématiques, des histoires les plus marquantes, ce recueil d’archives est un objet chargé d’histoire, témoin des relations franco-australiennes de 1892 à 1945 (première partie).

Commandez ICI

$
Sélectionnez un moyen de paiement
Informations personnelles

Information de carte bancaire
Paiement sécurisé par SSL.
Termes

Total du don : $15

Share With:
Tags