fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomediversPhobie de l’avion : une peur irrationnelle ou justifiée ?

Phobie de l’avion : une peur irrationnelle ou justifiée ?

franckprovost

Plus de 4 milliards de personnes prennent l’avion chaque année. On estime que 70% d’entre elles ont a minima une appréhension. 30% ont une réelle peur en avion — on appelle ça l’aérodromophobie — et font passer la sécurité avant toute chose lorsqu’elles effectuent une réservation de vol. Ont-elles raison ou pas ?

Tout récemment, un rapport indépendant concernant le vol MH370 de la Malaysia Airlines n’est pas parvenu à déterminer la cause de sa disparition. Les 239 passagers sont présumés morts et cet incident reste l’une des plus grandes tragédies et l’un des plus grands mystères de l’aviation moderne. Mais il soulève également des questions sur la sécurité du transport aérien.

 

Est-il dangereux de prendre l’avion ?

Statistiquement, l’avion reste le moyen de transport le plus sûr. D’après une analyse américaine, vous avez 1 chance sur 205 552 de mourir en avion. A titre de comparaison, le risque de mourir à vélo est de 1 pour 4 050, celui de se noyer de 1 pour 1086 et, enfin, la probabilité de mourir dans un accident de voiture est de 1 sur 102.

La raison en est simple : lorsque vous êtes à bord d’un avion, on sait exactement quels sont les avions qui vous entourent et qui se trouve à bord, qui contrôle l’espace aérien autour de vous, comment votre avion a été entretenu. Ces éléments ne sont pas connus lorsque vous voyagez en train, bus ou voiture.

 

Les accidents d’avion sont-ils toujours meurtriers ?

Le plus meurtrier des accidents s’est produit à Tenerife, en 1977 : deux avions se sont percutés sur la piste et 583 personnes ont été tuées.

D’après les statistiques réalisées sur 82% du trafic aérien depuis 2012, sur 37,3 millions de vols par an il se produit en moyenne 75 accidents dont 11 seulement font des victimes. En moyenne, 315 personnes sont ainsi décédées dans un accident d’avion chaque année depuis cinq ans — notons qu’en 2017, il n’y a eu que 19 décès. Ces chiffres révèlent ce que l’on ignore généralement : si vous avez la malchance d’être impliqué dans un accident d’avion, il y a de bonnes chances pour que vous y surviviez. En effet, il y a des survivants dans 95% des cas !

 

Quelles sont les causes des accidents ?

Il est aujourd’hui 680 fois plus sûr de prendre l’avion qu’au lendemain de la Seconde guerre mondiale, grâce aux progrès technologiques majeurs de ces cinquante dernières années : appareils plus fiables, développement des radars et de systèmes de prévention des collisions en l’air et au sol, entraînements sur simulateurs… De nos jours, l’erreur humaine est ainsi à l’origine de 85 à 90% des accidents d’avion.

Pour autant, il n’y a jamais une cause unique à un crash. C’est souvent un enchaînement d’événements qui conduit à un accident : si un seul de ces évènements en chaîne ne s’était pas produit, le crash aurait été évité.

 

Vol MH 370 : cela pourrait-il se reproduire ?

Si le dernier rapport n’a pu conclure sur les causes de la disparition du MH370, beaucoup d’analystes pensent qu’elle est le fait du suicide du pilote. Une occurrence rarissime —on en compte seulement 13 ces 50 dernières années, soit une proportion infinitésimale — mais toujours tragique.

Cependant, d’autres explications sont avancées, par exemple une dépressurisation soudaine de l’appareil qui aurait affecté le jugement du pilote, ce qui pourrait expliquer le changement de trajectoire de l’avion. La dépressurisation est un événement relativement fréquent : 500 ont été enregistrés ces 30 dernières années.

Autre possibilité : une fuite au-dessus du cockpit, qui aurait pu toucher les instruments. C’est ce qui s’est produit dans un vol Qantas reliant Londres à Bangkok en 2008 — le pilote a réussi à poser l’appareil alors que celui-ci était en panne électrique totale.

Les compagnies doivent, en outre, être en mesure de suivre leurs appareils de près pendant les vols, mais dans le cas de la Malaysia Airlines, le personnel de la compagnie avait averti la direction sept mois avant la disparition du MH370 que leur système ne permettait de le faire que toutes les demi-heures. C’est actuellement l’un des principaux points d’amélioration sur lesquels travaillent les experts.

 

Alors, l’appréhension voire la phobie de l’avion est-elle justifiée ? À vous de le dire, en connaissance de cause cette fois…

Source : sbs.com


N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
franckprovost
Share With: