fbpx
HomeACTUPolémique sur la comparution des quatre plus grosses banques d’Australie

Polémique sur la comparution des quatre plus grosses banques d’Australie

Les dirigeants des quatre principales banques australiennes comparaissent en ce moment devant une commission parlementaire qui a débuté ce mardi 4 octobre à Canberra.

Malcolm Turnbull leur a demandé de venir expliquer les pratiques de leur banque respective. Le premier ministre australien se devait de lancer cette procédure alors que l’opposition exige l’ouverture d’une commission royale pour enquêter sur le secteur bancaire (ce qui suppose une investigation bien plus approfondie et chapeautée par des experts indépendants).

Malcolm maintient sa position selon laquelle il n’y a nul besoin d’une commission royale. Il a déclaré que ces audiences seront organisées chaque année afin de conserver un contrôle parlementaire régulier sur les principales banques du pays.

Toutefois, les travaillistes et les verts critiquent ce projet. Ils affirment que ces audiences ne sont qu’une ruse de la part du gouvernement pour montrer à tous que ce dernier fait soi-disant preuve de fermeté vis-à-vis des banques.

Ils regrettent que la commission (composée de 10 membres) penche largement de la part de la Coalition. La Coalition possède 6 membres, les travaillistes 3 et les verts un seul.

Par ailleurs, ils déplorent le fait que chaque membre de la commission n’a que 20 minutes pour poser des questions à chaque dirigeant de banque, ce qui laisse peu de temps aux travaillistes et aux verts pour soulever des lièvres. Selon eux, ce laps de temps est insuffisant pour aborder les sujets sérieux tels que les escroqueries en matière d’assurances, les arnaques, le scandale CommInsure, les rémunérations exorbitantes, les structures incitatives pour les employés de banques qui ont encouragé les fraudes.

Le député travailliste, Matt Thistlethwaite, présentera de nouveaux éléments de preuve, provenant de lanceurs d’alerte, afin de démontrer que les scandales et les comportements peu scrupuleux sont toujours d’actualité au sein du secteur bancaire.

Adam Bandt, député écologiste, explique qu’il existe déjà des preuves suffisantes pour lancer une commission royale. La balle est donc dans le camp des banques qui essaieront de dissuader les membres de la commission de la mise sur pied d’une commission royale.

En ce qui concerne les députés de la Coalition, ils aborderont les audiences de façon opposée. Ils ont préparé une série de questions qui éloignera la discussion des sujets sensibles chers aux travaillistes et aux verts.

Ils veulent calmer le jeu, et se concentrer sur les questions microéconomiques comme la compétition entre les banques et la facilité pour les consommateurs de passer de l’une à l’autre.

La Coalition soutient qu’un système financier stable devrait être la priorité. Ils veulent également connaître l’efficacité du système pour les consommateurs. Le sujet le plus émotionnel que la Coalition désire disserter est les réparations pour les consommateurs victimes de pratiques peu scrupuleuses de la part des banques.

Le gouvernement et l’opposition vont donc développer des approches radicalement opposées. Le gouvernement se concentrera sur les questions microéconomiques, tandis que les travaillistes et les verts aborderont les différents scandales.

Source : https://www.theguardian.com/business/2016/oct/03/keep-calm-carry-on-how-the-coalition-plans-to-stop-bank-hearings-from-getting-too-heated

Share With: