fbpx
HomeACTUPour la presse australienne, les Français ont choisi “l’optimisme”

Pour la presse australienne, les Français ont choisi “l’optimisme”

Le 7 mai 2017, Emmanuel Macron a été élu président de la République avec 65,1% des suffrages.

En Australie, les Français se sont exprimés encore plus largement en faveur du candidat En Marche, avec 89,1% des voix, et un taux de participation record.

Au lendemain de cette victoire, petit tour d’horizon des réactions de la presse australienne.

 

Pour le “Sydney Morning Herald”, la France a voté pour “l’optimisme”. Le journal souligne également la jeunesse du candidat : “Emmanuel Macron devient le plus jeune président de la République élu”.

Le journal parle d’un véritable “soulagement pour l’Europe”.

 

Le journal “The Guardian Australia”, insiste sur les profonds changements que la politique française a connu lors de cette campagne présidentielle. Les cartes ont été rebattues, et pour la première fois, les deux partis traditionnels ont été évincés dès le premier tour. Un choix surprenant vue de l’Australie.

La journaliste de “The Guardian”, Angelique Chrisafis, parle également de la violence des propos échangés entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. En Australie, les commentateurs ont qualifié la performance de Madame Le Pen lors du débat de l’entre-deux-tours de “calamiteuse”.

 

Enfin, les tabloïdes australiens ne manquent pas de s’intéresser au couple Macron, pour lequel ils ont une véritable fascination. Andrew Bolt, journaliste au “Daily Telegraph” ironise sur le couple Macron. “En Australie, Emmanuel Macron est perçu comme la victime de son professeur, alors qu’en France, lui et sa maîtresse d’école sont le nouveau couple présidentiel”.

Tous soulignent la très lourde tâche qui attend Emmanuel Macron : rassembler une majorité parlementaire lors des élections législatives de juin 2017.

 

Les éditorialistes australiens semblent plutôt pessimistes, à l’heure où le taux d’abstention a été considérable, et où le vote Macron relève davantage d’un vote de rejet contre le Front National, plutôt que d’un vote d’adhésion.

Share With: