fbpx
HomeACTU[PRATIQUE] Faire ses courses en Australie – bons plans et arnaques

[PRATIQUE] Faire ses courses en Australie – bons plans et arnaques

Passage obligé pour toute personne arrivant en Australie : l’épreuve du supermarché. Si cela peut paraître être une formalité, il est indispensable de s’y préparer afin d’optimiser son timing et son budget. Voici un condensé de ce qu’il faut savoir avant d’entrer chez Coles ou Woolworths, les deux enseignes qui se disputent le marché national.

 

1 territoire, 2 enseignes

Une fois n’est pas coutume,  seulement deux géants –Woolworths et Coles – de la grande distribution sont leaders sur le marché et ne laissent que des miettes à leurs concurrents tels que le discounter Aldi. Si Coles est réputé pour être le moins cher et Woolworths le plus qualitatif des deux, sachez que les deux enseignes se valent. Ce ne sont pas des hypermarchés comme on peut en avoir l’habitude en France, mais des supermarchés de tailles variables selon leur emplacement.

 

Des produits manquent à l’appel

Pas de surprise, vous n’êtes pas en France donc certains produits se font rares. A commencer par les yaourts brassés natures ou encore les yaourts aux fruits classiques que l’on trouve ordinairement dans l’hexagone. Les supermarchés australiens commercialisent des yaourts grecs – Greek yogurts – c’est-à-dire un yaourt plus épais, plus onctueux, mais également plus lourd. C’est un compromis entre le petit suisse et le fromage blanc. Les yaourts aux fruits sont également plus creamy. Ce n’est pas tant l’aspect des yaourts qui vous déroutera que leur conditionnement. Rares sont les packs de 4 ou de 8. Les yaourts sont généralement vendus dans de gros pots de 300g à 1kg ou encore en format individuel. Optez pour les gros formats si vous avez le moyen de le conserver car c’est l’alternative la plus économique et écologique.

Côté pains, difficile de trouver une baguette digne de ce nom. En général, pas d’inquiétude, les rayons sont bien achalandés et proposent des prix raisonnables. En revanche, en ce qui concernent le fromage, l’affaire se complique. L’Australie produit du cheddar, il est donc bon marché et il y en a profusion. Pour les amateurs de pâtes, pas de gruyère en vue mais du parmesan à la portée de toutes les bourses. Quant aux fromages plus typiques comme la bûche de chèvre, le roquefort ou la mimolette, si vous parvenez à mettre la main dessus – ce n’est pas gagné – les prix sont prohibitifs.

Autre quête vaine : le jambon blanc. Vous rêvez d’un authentique sandwich parisien ? Vous allez être déçus. Nous n’avons définitivement pas la même définition du jambon blanc que les locaux. Le ham of the bone que l’on trouve en Australie, est fumé et très humide. Seule la détermination vous mènera jusqu’à une épicerie pour dénicher le Graal, à condition d’y mettre le prix. Préférez donc le jambon cru, de nos confrères italiens si vous avez un pique-nique en vue.

 

Les produits préférés des backpackers

Se faire à manger à bord d’un van au beau milieu du bush australien n’est pas chose aisée. Et pour cause, vous n’êtes souvent équipés que d’un simple réchaud et les frigos se font rares. Au menu donc, des denrées facilement transportables, facile à cuisiner, et nourrissantes.

Sur la troisième marche du podium des produits préférés des backapackers : le thon en conserve. Il est décliné pour plaire à tout le monde : au naturel – spring water – à l’huile, au piment, à la mangue, à l’italienne…

Deuxième de ce classement officieux : le wrap. Plus pratique que le pain, car se conservant plus longtemps et moins sujet à l’humidité, il remporte un vive succès chez les voyageurs. Les enseignes de grande distribution s’adaptent donc. Avec ou sans gluten, blanc ou complet, nature ou aromatisé, le wrap semble avoir trouvé son marché.

Véritable religion pour les backpackers, les nouilles instantanées se voient attribuer la première place de ce top 3. Les rayons épiceries des magasins en sont truffés et les goûts sont de plus en plus variés. Mais attention à votre santé, car, bien qu’extrêmement pratiques, consommées à trop grande dose, ces nouilles peuvent être nocives pour votre organisme.

 

Laissez-vous guider par les étiquettes

Simples touristes, stagiaires, étudiants ou backpackers, le budget alimentaire en Australie est souvent assez restreint. Les consommateurs sont à l’affût de promotions en tout genre et les grandes enseignes l’ont bien assimilé.

D’une part, de manière permanente les Coles et Woolworths font des réductions. Il vous suffit de vous laisser guider par les étiquettes rouges chez le premier et jaunes chez le second pour faire des économies. La réduction la plus courante est le “un acheté, le deuxième à 50%” mais de nombreuses autres opérations commerciales peuplent les rayons.

D’autre part, les supermarchés mettent en place un étiquetage “quicksale” pour tous les produits dont la Date Limite de Consommation approche. L’objectif est d’éviter le gaspillage alimentaire mais aussi de faire faire de grosses économies aux clients. Il vous faut alors être aux aguets des étiquettes rouges chez Coles et orange chez Woolworths. Pains, salades, plats préparés ou encore crème fraîche, les produits concernés sont vendus à prix cassés.

 

Le passage en caisse

C’est bien beau de faire des emplettes, à un moment il faut payer. Alors direction la caisse. Vous aurez le choix entre les caisses automatiques et les caisses classiques. Dans le cas où vous choisissez ces dernières vous vous retrouverez devant le caissier qui vous lancera un “How are you going“. Oui, c’est comme cela qu’on vous accueille ici. Ce n’est pas le moment de paniquer, il vient juste de vous demander comment vous allez. Répondez simplement, “I am good thanks, and you? ” La conversation s’arrêtera là.

Petit conseil : apportez vos propres sacs car sinon vous devrez opter pour un sac réutilisable moyennant une dizaine de centimes. Le caissier se chargera de remplir vos sacs au fur et à mesure qu’il scanne vos articles. Enfin, il vous demandera “any cash out?” – que cela peut-il bien vouloir dire ? – Il souhaite simplement savoir si vous souhaitez retirer de l’espèce en même temps que vos courses, ce qui est possible ici. Si vous répondez “yes, 20$ please” il vous tendra 20$ en espèce tandis que votre ticket de caisse sera majoré de cette même somme et votre compte bancaire débité de cette somme également.

 

L’étape du Bottle shop

Vous venez de quitter le supermarché mais vous n’avez pas fait le plein de rafraîchissements. Un oubli ? Absolument pas. La loi Australienne interdit effectivement aux supérettes, moyennes et grandes surfaces de vendre des boissons alcoolisées. Vous devez donc vous rendre dans un Bottleshop ou liquor-shop. Pour vous faciliter la tâche, certains supermarchés disposent d’une boutique dédiée, comme le Liquor Land de Coles.

Dans ces points de ventes, vous trouverez de quoi préparer les soirées les plus arrosées. Vins -avec un bouchon en plastique, toujours – bières, liqueurs et mélanges sont à votre disposition à condition, bien-sûr, d’avoir votre passeport sur vous. Les Australien ne lésinent pas avec la législation. Il faut avoir plus de 18 ans pour pouvoir se procurer de l’alcool.

Ne soyez pas surpris, dès lors que vous achèterez une bouteille d’alcool, elle sera empaquetée dans un papier, histoire de ne pas montrer aux âmes sensibles ce qu’elle contient. Nous vous rappelons par ce biais que l’alcool est à consommer avec modération.

 


N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com

 

 

Share With: