fbpx
HomeACTUPrésidentielles : les Français de l’étranger ont placé Macron largement en tête

Présidentielles : les Français de l’étranger ont placé Macron largement en tête

 

Le 9 mai 2017, deux jours seulement après les résultats du scrutin, le Quay d’Orsay révèle les chiffres obtenus par les deux candidats auprès des Français de l’étranger. Au total, 89,31% des voix se sont reportées sur Emmanuel Macron tandis que Marine Le Pen affiche un faible score, avec 10,69% des voix contre 34% dans la métropole.

En Australie, le score obtenu par le candidat En Marche a été considérable. En effet, Emmanuel Macron a récolté plus de 89% des suffrages et distance largement sa rivale, Marine Le Pen, qui obtient un petit peu plus de 10% auprès des Français résidant en Australie.

Cependant, le taux de participation a été plus faible à l’étranger que dans la métropole. Sur les 1 200 000 inscrits sur les listes électorales consulaires, 579 954 citoyens ont voté, soit 46% d’entre eux. Mais si la participation est plus faible que dans la métropole, elle est tout de même en hausse par rapport aux dernières élections présidentielles. En Australie, par exemple, elle a gagné 15 points par rapport à 2012, avec 51,2% de votants au second tour. Un score non négligeable.

 

Un seul pays place la candidate du Front National en tête, c’est la Syrie. Sur les 14 personnes ayant voté dans le pays, 9 personnes se sont prononcées en faveur de Marine Le Pen. Au Turkmenistan, à Djibouti, ou à Monaco, l’écart est déjà plus proche entre les deux candidats.

Marine Le Pen recueille respectivement dans ces trois pays, 45,16%, 43,23% et 40,54% des voix.

Contrairement à la Lybie, où Emmanuel Macron remporte 100% des suffrages. Dans d’autres pays comme l’Algérie, Israël, les Pays-Bas ou encore le Royaume-Uni, Emmanuel Macron avoisine également les 100%, avec respectivement, 96,64%, 95,99%, 95,42, et 95,12%. Des scores historiquement hauts.

 

Dans le détail, découvrez ici les scores obtenus par les deux candidats dans chaque pays.

Image : file d’attente dans un bureau de vote à Montréal / Credits : Graham Hughes

Share With: