fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUQueensland : le mode de vie australien menacé par des « fourmis de feu » ?

Queensland : le mode de vie australien menacé par des « fourmis de feu » ?

NYE

Dans le Queensland, une invasion de fourmis rouges dangereuses (Solenopsis invicta) pourrait bien détériorer les environnements naturels de la région et mettre en danger le mode de vie australien. Des experts estiment que cette espèce d’insectes nuisibles pourrait faire perdre des milliards de dollars à l’état. 

Imaginez dire adieu aux barbecues, tongs et sports en plein air. Un réel malheur, n’est-ce pas ?

C’est pourtant ce qui pourrait arriver suite à la découverte de dangereuses fourmis rouges — plus communément appelées « fourmis de feu » — en dehors d’une zone d’endiguement de biosécurité dans la région montagneuse de Scenic Rim, dans le Queensland. La propagation de cette espèce nuisible dans la région du nord-est de l’Australie pourrait en effet avoir de lourdes conséquences. 

« Adieu camping, barbecues, parties de cricket en plein air »

Selon Stuart Armitage, président de la Queensland Farmer’s Federation, les effets causés par ces minuscules insectes seraient gigantesques et pourraient coûter à l’état 45 milliards de dollars en 30 ans. « Beaucoup de personnes semblent penser que la biosécurité est uniquement une question d’agriculture. Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, ces fourmis rouges constituent également une menace pour le mode de vie des habitants du Queensland ».

« De vastes réserves naturelles et des parcs nationaux, y compris ceux classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, sont sujets à l’invasion de ces fourmis, précise-t-il. Adieu camping, barbecues, parties de cricket en plein air et animaux de compagnie à l’extérieur. »

red_fire_ant

Dans des cas exceptionnels, les piqûres peuvent provoquer des allergies mortelles. Crédit Photo : Queensland Department of Agriculture and Fisheries.

D’après le site internet du Queensland Department of Agriculture and Fisheries, les fourmis de feu sont une espèce très aggressive. Leurs morsures font partie des plus douloureuses et provoquent des démangeaisons pouvant durer jusqu’à une heure. De multiples piqûres donnent même la sensation d’intenses brûlures. 

Les fourmilières posent également problème aux infrastructures sportives. « Les activités des fourmis et le processus de nidification peuvent incontestablement endommager les équipements comme les terrains de sports ou les terrains de golf », lit-on ainsi sur le site du Queensland Department of Agriculture and Fisheries. 

Le secteur du tourisme et le commerce extérieur pourraient aussi être affectés. 

« Le phénomène ne va faire qu’empirer »

Originaires d’Amérique du Sud, les fourmis rouges ont pour la première fois été découvertes sur le territoire australien en 2001. Deux ans plus tard, elles ont été classées dans la catégorie de « key threatening process » (KTP), faisant de l’espèce l’une des principales menaces pour la biodiversité en Australie. 

red-imported-fire-ant-nests

Les fourmilières se propagent très rapidement. Crédit photo : Queensland Department of Agriculture and Fisheries.

Pour certains, la réponse du gouvernement à cette potentielle catastrophe économique et environnementale est trop faible. Andrew Cox, directeur de l’Invasive Species Council, considère les mesures de biosécurité incomplètes : « Les processus rigoureux de mise en quarantaine sont fortement axés sur les menaces pesant sur l’industrie agricole. Le gouvernement se concentre sur les conséquences économiques et ignore totalement les risques environnementaux ». « Sans politique de biosécurité complète, le phénomène ne va faire qu’empirer à mesure que ces insectes nuisibles se répandront dans l’environnement et que de nouveaux arriveront. »

Sources : www.theguardian.comwww.news.com.au


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ?

Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
franckprovost
Share With: