fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTURelations USA – Australie : la première visite de Donald Trump en décembre

Relations USA – Australie : la première visite de Donald Trump en décembre

Melania Trump, la femme du Président des Etats-Unis, aurait confié être pressée que son mari fasse sa première visite en Australie en décembre lors du tournoi de golf.

Le Premier ministre, Scott Morrison, est déjà attendu en septembre à la Maison Blanche avec sa femme Jenny, pour un dîner officiel. Il n’est que le deuxième chef étranger à recevoir cet honneur depuis que le magnat de l’immobilier est entré en fonction. La venue du Président américain serait donc l’occasion de solidifier les relations qu’entretiennent les deux pays.

M. Trump, un fanatique de golf qui possède des terrains dans le monde entier, ne s’est pas rendu en Australie depuis sa victoire électorale de novembre 2016 mais a ouvert la porte à une visite officielle lors de la rencontre au Japon, le mois dernier.

Scott Morrison a déclaré à l’époque qu’il avait adressé une invitation officielle au Président. “C’est évidemment un passionné de ce sport. Le tournoi porte en plus le nom du président, alors je pense que ce serait formidable pour Melbourne et pour le tournoi “.

Selon certaines sources, Donald Trump a été particulièrement impressionné par les antécédents de M. Morrison en tant que ministre de l’Immigration et par la manière dont les médias américains ont décrit la victoire de la Coalition aux élections de mai comme un triomphe du conservatisme de style Trump.

Les prédécesseurs de Donald Trump, Barack Obama et George W. Bush, se sont rendus deux fois en Australie au cours de leurs huit années de mandat.

Les liens entre les deux pays se consolident. En effet, l’Australie envisage de se joindre à une nouvelle mission internationale en déployant ses forces militaires au Moyen-Orient aux côtés des Etats-Unis. Il s’agirait d’escorter les navires américains dans le détroit d’Ormuz, où des pétroliers et d’autres cargos ont été harcelés ou capturés par les forces iraniennes au milieu des tensions entre Téhéran et Washington.

“Le gouvernement est profondément concerné”, a déclaré Linda Reynolds, ministre de la Défense australienne, en parlant des attaques de navires et des tensions dans la région. Elle s’est exprimée après un meeting entre Marise Payne, la ministre des Affaires étrangères australiennes, Mark Esper, ministre de la Défense américaine, et le Secrétaire d’Etat, Mike Pompeo. “Nous sommes en train d’examiner cette demande très sérieusement mais nous nous déciderons, comme nous le faisons toujours, par rapport à nos propres intérêts”, a-t-elle ajouté.

La patrouille navale est rentrée en Australie à la mi-juillet après un an au Moyen-Orient. Il n’y a donc pas de forces armées dans la région en ce moment. L’Australie a un intérêt direct dans l’apaisement des tensions de cette partie du monde. En effet, le pays est dépendant des importations de carburant et d’énormes volumes du marché mondial du pétrole passent par le détroit d’Ormuz.

Source : Sydney Morning Herald


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: