fbpx
HomeACTURoland-Garros: Osaka menacée d’exclusion si elle continue de boycotter les conférences de presse

Roland-Garros: Osaka menacée d’exclusion si elle continue de boycotter les conférences de presse

Naomi Osaka, N.2 mondiale, a été sanctionnée d’une amende de 15.000 dollars (12.300 euros) pour avoir refusé de se présenter en conférence de presse dimanche à Roland-Garros et risque jusqu’à la disqualification si elle recommence, ont annoncé les organisateurs.

“Naomi Osaka a décidé aujourd’hui (dimanche) de ne pas se conformer à ses obligations médiatiques contractuelles. Le juge-arbitre de Roland-Garros a donc décidé de lui appliquer une amende de 15.000 dollars conformément à l’article III H. du Code de conduite”, indique un communiqué de Roland-Garros cosigné par les organisateurs des quatre tournois du Grand Chelem.

“Nous avons informé Naomi Osaka que, dans l’hypothèse où elle continuerait à manquer à ses obligations médiatiques pendant le tournoi, elle s’exposerait à de nouvelles sanctions, comme cela est stipulé dans le Code de conduite. Des infractions à répétition pourraient engendrer des sanctions plus sévères, y compris l’exclusion du tournoi (Code de conduite, Article III T.), ainsi que le déclenchement d’une enquête pour faute grave, qui pourrait mener à des amendes plus lourdes et des suspensions pour les Grands Chelems à venir (Code de conduite Article IV A.3)”, poursuit le communiqué.

Osaka avait annoncé mercredi son intention de refuser les conférences de presse à Roland-Garros pour protéger sa santé mentale.

“Si les instances pensent qu’elles peuvent juste continuer à nous dire +Allez en conf’ ou vous aurez une amende+, et à ignorer la santé mentale des sportifs qui sont la pièce maîtresse, alors je préfère en rire”, a-t-elle écrit sur les réseaux sociaux.

“Suite à cette annonce, les équipes du tournoi lui ont demandé de reconsidérer sa position et ont essayé sans succès d’entrer en contact avec elle pour prendre de ses nouvelles et entamer une discussion afin de mieux comprendre ses préoccupations et ce qui pourrait être fait pour y répondre dans le cadre du tournoi”, souligne le texte des instances en insistant sur le fait que la Japonaise avait été mise en garde des possibles conséquences de sa décision.

-“Traitement identique”-

Dimanche dans leur communiqué, l’Open d’Australie, Roland-Garros, Wimbledon et l’US Open soulignent leur volonté d’aider les joueurs qui seraient en détresse psychologique, notamment en raison de la pandémie qui a fortement compliqué leur mode de vie.

“L’équilibre psychologique des joueurs et joueuses qui participent à nos tournois et qui évoluent sur les différents circuits sont de la plus haute importance pour les Grands Chelems. Nous mobilisons, individuellement et collectivement, des moyens importants pour leur bien-être. Cependant, afin de continuer à nous améliorer sur ce sujet, nous avons besoin de leur coopération pour comprendre leurs attentes et pour améliorer leur expérience. Tous les ans, nous cherchons à garantir la meilleure expérience pour nos fans, pour nos joueurs et joueuses et pour nos équipes, et nous avons une longue et fructueuse expertise dans ce domaine”, souligne le texte.

“Nous tenons à souligner que les règles sont mises en place pour garantir un traitement identique entre tous les joueurs et joueuses, indépendamment de leur statut, de leurs convictions ou de leurs résultats. Il n’y a rien de plus important dans le sport que la garantie d’une équité entre les athlètes. Il est regrettable que celle-ci ne soit pas respectée dans le cas présent où une joueuse refuse de consacrer du temps pour participer aux engagements médiatiques tandis que toutes les autres les respectent”, poursuit-il.

Après sa victoire dimanche contre Patricia Maria Tig (63e) 6-4, 7-6 (7/4), Osaka doit affronter Ana Bogdan (102e) mercredi au deuxième tour.

Share With: