fbpx
HomeACTURoland Garros : une solution atypique pour combler les tribunes

Roland Garros : une solution atypique pour combler les tribunes

La renommée et le prestige de Roland Garros ne sont plus à faire. Il s’agit d’un des 4 plus grands tournois de tennis au monde. Cependant malgré l’attractivité des rencontres et la difficulté pour le grand public de se procurer des billets en amont du tournoi, un scandale resurgit à chaque nouvelle édition: les tribunes vides. Face à une énième polémique à ce sujet, la direction du tournoi a trouvé une astuce mais elle aussi assez controversée! Enquête dans les coulisses de la billetterie des internationaux de France.

 

La course aux tickets

A chaque édition, c’est la même chanson. Au mois de février lors de l’ouverture de la billetterie de Roland-Garros, les licenciés -qui ont la priorité –  d’abord puis le grand public ensuite font physiquement ou virtuellement la queue pour se procurer le Graal : un ticket pour passer une journée sur l’un des courts les plus prestigieux de la planète. Cette course aux tickets fait souvent des déçus car il y généralement plus de demande que d’offre. Cependant une partie des quelques 15 000 et 10 000 sièges que contiennent respectivement le Philippe Chatrier et le Suzanne Lenglen est d’office réservée aux entreprises et partenaires qui bénéficient de prestations complémentaires du type traiteur, écrans télé et loges au cours du tournoi.

 

Des tribunes désespérément vides 

Paradoxalement à cet engouement de la part des passionnés de la balle jaune, lors de matches d’anthologie tels que les deux demies-finales hommes de cette année, opposant d’une part Nadal et Federer ,et d’autre part Thiem à Djokovik – tout simplement le quatuor de tête au classement ATP – les tribunes du central étaient à moitié vides. Et pour cause, la plupart des invités corporates préfèrent profiter des prestations annexes à l’intérieur des loges plutôt que de savourer les échanges entre deux géants du tennis. Ceci n’a pas manqué de faire réagir les aficionados. 

Alors que les vrais supporters se retrouvent relayés sur les sièges les plus éloignées de la terre battue, même les joueurs se plaignent de l’ambiance morose qui règne sur la Porte d’Auteuil en ce début de mois de juin.

A défaut d’avoir profité des travaux de rénovation du Chatrier pour revoir le système d’attribution des places et favoriser une ambiance à la hauteur de la compétition, la direction des internationaux de France a trouvé une astuce pour combler les sièges vides à la fin de la demie-finale hommes et au début de la finale dames samedi.

Qui va à la chasse … perd sa place

Pourquoi ne pas faire profiter des tribunes désertées par les VIP à d’autres grands acteurs de Roland Garros ? C’est ce que Guy Forget, directeur du tournoi a décidé de faire. C’est via un mail qu’il a convié les jeunes ramasseurs de balles ainsi que d’autres employés à venir occuper les sièges abandonnés. L’agence de presse Reuters a d’ailleurs pu se procurer le courrier électronique en question. La FFT y posait quelques conditions : “À chaque changement de côté, lorsque les invités entrent sur le court, levez-vous et restez à proximité de la loge. Éloignez-vous au fur et à mesure que les invités arrivent. Restez discrets et ôtez vos accréditations une fois assis. Vous ne pouvez pas apporter de nourriture dans les tribunes.”

Des solutions à long terme

Même si cette stratégie a permis de compléter le central dans les dernières minutes, Guy Forget est conscient que le problème doit être résolu en amont du tournoi : “ce n’est pas un phénomène nouveau. Nous y travaillons depuis plusieurs années. Aujourd’hui, en particulier avec nos partenaires, nous essayons dès l’année prochaine de trouver de nouveaux moyens pour remplir nos loges, qui sont vides parfois, à certains moments.

Au micro de Reuters, il avoue tout de même que le sujet est délicat.  “D’un point de vue économique, nous ne pouvons pas nous permettre aujourd’hui de refuser ces partenaires et parfois ces gens qui paient un billet plus cher, qui consomment le tennis de manière différente de par le passé. Ils ont du mal à rester pendant 8 ou 9 heures assis sur un fauteuil. “

La solution serait de s’inspirer d’autres business qui font du surbooking. “Nous essayons avec nos partenaires de faire peut-être pour l’année prochaine une espèce de surbooking, cela se fait aujourd’hui dans les compagnies d’aviation et dans les hôtels afin que ces derniers puissent faire venir certains de leurs clients en première partie, et une deuxième fournée en suivant le déjeuner”, a-t-il confié.

Rendez-vous donc en mai prochain pour voir si un vent nouveau soufflera sur le tournoi !

 

Source: DHnet


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: