fbpx
HomeACTURong Trinh “Je me suis engagé pour défendre une certaine idée de la France”

Rong Trinh “Je me suis engagé pour défendre une certaine idée de la France”

 

Rencontre avec Rong Trinh, candidat de l’UPR pour la 11ème circonscription des Français établis à l’étranger.

 

Pouvez-vous nous fournir une courte présentation de l’UPR et de votre candidat?

L’Union Populaire Républicaine (UPR) a été créée en 2007 pour rassembler les Français de droite et de gauche sur un programme sans ambiguïté, à savoir la sortie de l’Union Européenne, de l’Euro et de l’OTAN, afin de retrouver notre démocratie, c’est-à-dire la capacité de choisir nos politiques. J’ai 42 ans et je suis né à Lyon de parents venant de l’Indochine Française. Je suis un enfant de la République, le produit de l’école laïque, gratuite et émancipatrice. J’ai fait mes armes en France dans le syndicalisme, le militantisme associatif et la lutte pour le respect des Droits de l’Homme. Aujourd’hui, je reprends le combat en m’engageant pour l’UPR, car il est de mon devoir sacré de citoyen de protéger notre indépendance, notre démocratie, nos libertés, notre modèle social et nos services publics actuellement menacés par la politique d’application servile des directives autoritaires de l’Union Européenne que compte mettre en place le Président Macron, sacrifiant notre économie aux exigences de fonctionnement d’un euro pourtant voué à l’échec. Je suis expatrié au Vietnam depuis 15 ans, où je travaille comme importateur-distributeur de produits français. Je suis fier de représenter le savoir-faire français à l’export. Je vis dans ma chair les problèmes que rencontrent les entrepreneurs, et comme tous, je me désole du peu de soutien que nous apportent les autorités. J’aime l’Asie. J’aime la France. Etre député de la 11e circonscription sera pour moi le moyen de retisser les liens commerciaux, culturels, diplomatiques privilégiés qu’avait la France avec cette partie du monde, mais qui se sont distendus de par l’intégration européenne.

 

Quels sont les points clés de votre programme pour les Français de l’étranger?

En quinze ans, nous enregistrons une dégradation constante des positions commerciales, diplomatiques et culturelles de la France sur l’ensemble de la zone. La raison, c’est la dilution de la voix de la France, la dilution de l’influence de la France au sein de l’Union Européenne. Tous les pays du monde sont aujourd’hui maîtres de leur destin, sauf vingt-huit qui ont décidé de donner leur souveraineté à la commission de Bruxelles. L’UE veut fusionner les chambres de commerce françaises avec la chambre de commerce européenne. La disparition annoncée des représentations commerciales françaises fusionnées dans les EuroChams, je m’y oppose fermement ! L’Union Européenne cherche aussi à angliciser au maximum les systèmes éducatifs en Asie et la francophonie est donc un obstacle qu’il faut abattre. Le résultat, c’est le retrait constant, que je constate depuis quinze ans que je suis au Vietnam, de l’influence diplomatique, culturelle et commerciale de la France. Donc il faut retrouver notre souveraineté sur ces piliers, car nul autre qu’un dirigeant français, un député français par exemple, n’est légitime et n’est compétent pour défendre les intérêts de la France. Si on veut redresser notre pays, il faut résorber notre déficit commercial. Être député, c’est donc être un acteur économique essentiel pour aider les entreprises françaises à exporter sur la zone.

Mon deuxième engagement, parce que des pays tels que l’Iran, la Russie, les deux Corées et la Chine font partie de la circonscription, ce sera d’être un député pour la paix et la fraternité des peuples. Je suis pour la négociation et la discussion en matière diplomatique. Je suis contre les discours belliqueux, les attitudes va-t-en guerre,  contre un alignement servile sur les intérêts de l’OTAN qui sont antagonistes avec les intérêts de la France. J’aurai donc le courage d’informer mes concitoyens sur la réalité de ces pays et d’œuvrer pour la paix et la fraternité des peuples. C’est un aspect très important de ma mandature et de mon engagement. Je suis d’origine vietnamienne, mes parents ont connu la guerre, mes grands-parents ont connu la guerre, je ne souhaite à personne de connaitre la guerre.

 

Quelles sont vos impressions sur les élections présidentielles et sur le score obtenu par l’UPR en Australie?

Comme beaucoup de Français, je ressens une grande inquiétude, un malaise indicible, consécutivement à l’élection de Monsieur Macron. Parce que, comme disait Einstein, la folie c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. À appliquer les mêmes recettes, on aura les même résultats. Il y aura beaucoup de désillusions dans les prochains mois pour les Français.

Quant à l’UPR, on peut noter que le score de François Asselineau en Australie (1,11%) est supérieur à la moyenne nationale (0,92%). De manière générale, les scores de François Asselineau à l’étranger sont supérieurs à ceux qu’il a réalisés en métropole, ce qui n’est pas le cas de Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan ou Marine Le Pen, à qui nous sommes parfois comparés. Cela ne relève pas du hasard, et démontre au contraire la grande différence qu’il y a entre le programme de l’UPR et ceux des partis extrémistes. L’UPR seule parle du rôle universel de la France, de la modération diplomatique et de l’exception culturelle qui a toujours été celle de notre pays dans son histoire. Les Français qui vivent en Australie le savent très bien : l’approche des explorateurs français sur l’île était très différente de celle des Anglais ou des Hollandais. L’UPR seule propose de renouer avec cette tradition de liberté et d’indépendance qui a fait notre unicité au cours des siècles, de François Ier à De Gaulle en passant par Richelieu. Cela est malheureusement impossible tant qu’on appartient à cette entité supranationale qu’est l’UE.

 

Quels sont les enjeux en Australie pour votre formation politique?

Si je me suis engagé aussi intensément dans cette campagne, ce n’est pas pour faire de la politique politicienne, mais pour défendre une vision du monde et une certaine idée de la France. Je vis dans ma chair l’humiliation de cette baisse d’influence de la France. Pour la petite histoire, la dernière fois où j’ai été fier d’être Français, c’était juste après le discours de Monsieur de Villepin à la tribune des Nations Unies en 2003. A l’époque, la France était encore indépendante, puisqu’elle n’avait pas encore ratifié le traité de Lisbonne de 2007. Et surtout elle s’est opposée à la guerre immorale et illégale du point de vue du droit international en Irak. Ce jour-là, je m’en souviens encore… Ce jour-là, les Vietnamiens m’accostaient dans la rue en m’embrassant, en me serrant la main en disant : Vive la France ! Oui mes amis vietnamiens me téléphonaient, ils venaient me voir en m’embrassant, presque en pleurant, en disant « Vive la France » ! Le lendemain, une horde de Vietnamiens s’est même précipitée à l’Institut culturel français pour s’inscrire au cours de français. Cela s’est passé comme ça! En conclusion : en Australie comme partout sur la 11e circonscription des Français établis hors de France, ma volonté, c’est avant tout de rendre sa dignité à la France.

 

Que pourriez-vous ajouter pour convaincre nos électeurs de voter pour vous?

Le seul et unique vote utile c’est l’UPR. Tout autre vote revient en fin de compte à accepter l’austérité de Bruxelles, qui décide des grandes orientations budgétaires, économiques, sociales. Et l’addition sera sévère pour la France: hausse de la TVA, de la CSG, possible baisse de la dotation à la diplomatie et donc des bourses scolaires pour les Français de l’étranger… Les autres candidats ne proposent que de gérer la pénurie, moi je veux la résoudre, en retrouvant 40 à 80 milliards d’euros par an (c’est ce que nous coûte directement ou indirectement l’appartenance à l’UE) qui pourront garantir l’allégement fiscal et le maintien des prestations sociales comme des bourses. Jean-Claude Juncker l’a dit : « Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens. » Toute renégociation est impossible. Dont acte : votez Rong Trinh le 4 Juin.

Share With: