fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUSommet de l’Apec: le Premier ministre australien fustige le protectionnisme

Sommet de l’Apec: le Premier ministre australien fustige le protectionnisme

gjfood

Les guerres commerciales ne sont dans l’intérêt de personne et les différends doivent se résoudre au travers de la négociation, a déclaré samedi à Port Moresby le Premier ministre australien Scott Morrison, avant le sommet Asie-Pacifique.

Le dirigeant australien a déploré la « marée montante du protectionnisme commercial » lors d’un forum de dirigeants d’entreprises précédant le sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (Apec), qui devrait être dominé par les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis.

« La solution n’est pas de dresser des barrières protectionnistes », a estimé M. Morrison dans un discours à la tribune du forum.

« L’engrenage protectionniste et les menaces de guerre commerciale ne sont dans l’intérêt économique de personne et minent l’autorité des règles commerciales mondiales et régionales dont nous bénéficions tous », a-t-il poursuivi.

Chine et Etats-Unis, tous deux membres de l’Apec, sont engagés dans une guerre commerciale qui pourrait, selon les experts, s’avérer catastrophique pour l’économie mondiale.

Pékin et Washington ont imposé ces derniers mois des droits de douane punitifs à leurs importations mutuelles, mais l’excédent bilatéral chinois n’a fait que continuer à battre des records.

« La solution aux pratiques commerciales perçues comme étant injustes sera plus probablement trouvée autour de la table des négociations qu’au travers d’une guerre commerciale », a martelé M. Morrison.

L’Australie a a ratifié fin octobre le Partenariat transpacifique, un vaste accord de libre-échange multilatéral qui avait été porté par l’ancien président américain Barack Obama, mais que son successeur Donald Trump a abruptement abandonné après son élection à la Maison blanche.

Déjà signé auparavant le Japon, le Canada, la Nouvelle-Zélande, Singapour et le Mexique, et depuis par le Vietnam, cet accord entrera en application fin décembre.

M. Morrison a par ailleurs concédé que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) n’était « pas parfaite »: « Nous travaillerons avec les pays partageant le même état d’esprit dans le monde pour nous assurer qu’elle est améliorée », a-t-il dit.

La réforme de l’OMC devrait être abordée par les chefs d’Etat et de gouvernement du G20 lors du prochain sommet de Buenos Aires.

Port Moresby est ce week-end l’improbable théâtre du sommet de l’Apec, avec en toile de fond la lutte d’influence entre une Chine de plus en plus présente dans la région, et des Etats-Unis en retrait.

Donald Trump a choisi de faire l’impasse sur ce rendez-vous annuel, en y dépêchant son vice-président Mike Pence. Celui-ci ne passera même pas la nuit dans une capitale papouasienne à l’insécurité notoire et s’en ira dormir de l’autre côté de la mer de Corail, en Australie.

Le contraste ne pourrait être plus grand avec l’approche du président chinois Xi Jinping qui est arrivé dès jeudi à Port Moresby et a déjà inauguré une route financée par la Chine.

AFP

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
franckprovost
Share With: