fbpx
HomeACTUSous-marins pour l'Australie: DCNS doit "revoir" sa politique d'emploi (syndicats)

Sous-marins pour l'Australie: DCNS doit "revoir" sa politique d'emploi (syndicats)

La CFDT, la CGT et l’Unsa ont demandé mardi à DCNS de “revoir” sa copie en matière d’emploi après l’annonce du “contrat du siècle” décroché par le groupe français pour la construction de 12 sous-marins pour l’Australie.

Il faudra “attendre la finalisation du contrat pour en savoir plus sur le niveau de charge de travail induit dans nos établissements en France”, mais l’impact devrait être particulièrement positif au sein des “activités d’ingénierie et de bureau d’études”, note la CFDT.

Le premier syndicat du groupe de construction navale militaire “demande à la direction de l’entreprise de revoir et d’anticiper sa politique de recrutement”.

Il réclame notamment l’application de la clause d’embauche contenue dans l’accord de performance et de compétitivité signé en début d’année par l’Unsa, la CFDT et la CFE-CGC, a indiqué David Robin (CFDT Cherbourg) à un correspondant de l’AFP.

La CFDT souhaite également réexaminer le contenu du dernier plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) prévoyant réductions d’effectifs, transferts et mutations. L’Unsa exige son “gel” et la CGT (2e syndicat), son retrait.

“DCNS va gagner beaucoup d’argent avec ce contrat. Donc il faut arrêter immédiatement le plan de sauvegarde de l’emploi” qui prévoit 150 suppressions de postes à Cherbourg sur 2.200 environ et 500 suppressions au niveau national, a justifié Alexis Padet (CGT Cherbourg).

Le syndicaliste s’est dit “pas très optimiste” sur l’emploi à Cherbourg, en raison des transferts de technologie envisagés.

Le mégacontrat estimé à 34 milliards d’euros est “une bonne nouvelle pour l’industrie et l’emploi en France” et marque “la reconnaissance de la qualité des produits de DCNS et du savoir-faire des personnels”, se félicite de son côté l’Unsa dans un communiqué.

Certes, “le montage industriel reste à préciser”, relève le 3e syndicat du groupe. Mais l’entreprise “devra avoir tous les atouts en mains pour assurer le succès” du contrat, or “cela passe nécessairement par une évolution significative de l’emploi au sein de DCNS et de ses sous-traitants dans les bassins d’emploi concernés”.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a estimé mardi que le contrat entraînera la création de “milliers d’emplois” en France. L’ordre de grandeur est “probablement de 3.000 à 4.000 emplois” pérennisés en France, a-t-on précisé dans son entourage.

Share With: