fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUSydney: Cure Our Kids aide les jeunes calédoniens hospitalisés à Westmead

Sydney: Cure Our Kids aide les jeunes calédoniens hospitalisés à Westmead

gjfood

L’hospitalisation est une épreuve moralement éprouvante, encore plus pour un enfant contraint de quitter son pays pour recevoir des soins appropriés. Cure Our Kids, l’association coordonnée par Anne Moffroid, offre un soutien aux jeunes néo-calédoniens malades du cancer et soignés au service oncologie de l’hôpital pédiatrique de Westmead à Sydney. 

Pour les jeunes Néo-Calédoniens atteints du cancer, l’hospitalisation est difficilement réalisable dans leur pays d’origine. « Les hôpitaux de Nouvelle-Calédonie prodiguent des chimiothérapies pour adultes mais ils manquent de moyens pour soigner les cancers touchant les enfants, car cela demande plus de précisions. » nous confie Adeline Williams, volontaire de la première heure. Ils sont donc chaque année, une dizaine à venir à Sydney pour bénéficier des infrastructures locales.

Un soutien émotionnel crucial

Cure Our Kids intervient en recrutant des bénévoles francophones prêts à dédier un peu de leur temps pour apporter un soutien émotionnel et des aides pratiques au quotidien.

La force de l’association réside dans sa capacité à mobiliser de nouveaux bénévoles chaque année pour assurer un suivi de chaque enfant. L’idée est de tisser un lien avec ce dernier. Pour cela, Cure Our Kids recrute des volontaires francophones, facilitant ainsi les échanges verbaux dans la langue maternelle de l’enfant. La majorité des bénévoles sont donc des français expatriés. Ils sont en Australie pour un laps de temps limité, d’où un besoin constant de trouver de nouvelles personnes prêtes à investir quelques heures de leur temps au profit de ces enfants.

« Généralement, les bénévoles viennent une fois par semaine, une demie-journée ou une journée complète pour passer du temps avec les enfants. » mentionne Adeline Williams. L’objectif est de tisser un lien avec l’enfant mais également avec l’accompagnant qui a quitté son conjoint pour épauler l’enfant dans son parcours de soins sur le territoire australien. « C’est un double soutien, pour l’enfant et pour le parent qui se retrouve à Sydney, et ne parle pas anglais».

Le suivi des enfants est assuré par des activités régulières telles que la réalisation d’un collier de perles. A chaque fois qu’il y a un moment clé pour l’enfant, comme une ponction lombaire par exemple, il ajoute symboliquement une perle. « C’est en quelque sorte pour qu’il écrive l’histoire de sa vie à l’hôpital » nous témoigne Mme Williams.

Des aides pratiques incontournables

Si la plupart du temps les bénévoles sont invités à rendre visite aux enfants à l’hôpital, l’association vise également à lever des fonds pour améliorer leur quotidien. « Westmead est excentré, c’est important qu’ils sortent pour ne pas se sentir exclus » souligne la bénévole. Organisation d’un tournoi de tennis, collecte d’argent par les commerçants sydnésiens… Cure Our Kids multiplie les opérations pour offrir aux familles du matériel et des occasions de se divertir. D’une souscription à Netflix au prêt d’un téléphone en passant par le financement d’une carte de bus pour se rendre au zoo ou à la plage ; l’association donne aux familles l’occasion de s’évader du milieu hospitalier.

L’association compte également sur des donations de produits de première nécessité et de vêtements. Les familles quittent souvent soudainement leur terre d’origine suite à l’annonce du diagnostic médical concernant leur enfant et « n’emportent rien avec eux ».

L’association se construit un réseau via sa page Facebook et son site internet. Les bénévoles en devenir sont invités à prendre contact avec ce projet humain et solidaire.


N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
nc
Share With: