fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUTrottinette en libre service : une mobilité fortement accidentogène

Trottinette en libre service : une mobilité fortement accidentogène

nc

Depuis le lancement des trottinettes en libre service à Brisbane, les accidents ont explosé en Australie. En moyenne, deux nouvelles victimes se présentent chaque jour aux urgences des hôpitaux de Brisbane. Une statistique qui questionne les nouvelles mobilités 2.0.

Lime, Bold, Bird, Voi, Hive…tous ces opérateurs de trottinette en libre service ont conquis l’Europe et l’Australie ces derniers mois : aujourd’hui ce sont Amsterdam, Paris, Londres ou encore Melbourne qui ont adopté cette mobilité nouvelle. Un smart-phone et une carte bleue en état et vous voilà équipé : le format est digital, fun et flexible ; une mobilité en parfaite adéquation avec notre époque.

Seulement voilà : les trottinettes en libre-service sont extrêmement dangereuses : depuis janvier 2018 et leur mise en service à Brisbane, ces trottinettes sont responsables de pas moins de 1000 hospitalisations d’urgence, une opération chirurgicale étant nécessaire pour 25% des cas.

En cause : la vitesse et l’absence de réglementation spécifique. Ces trottinettes électriques sont considérées comme des véhicules motorisés de catégorie 1 : leur vitesse de pointe peut atteindre les  30/km. Pourtant, aucune législation, ni de code de la route spécifique n’a été édité : une mobilité devenue donc anarchique provoquant traumatismes crâniens et fractures en tout genre.

D’où la détermination du ministre des Transport Mark Bailey, de vouloir réguler le plus vite possible. En attendant, la police municipale a déjà verbalisé 300 personnes roulant sans casque sur les trottoirs de la capitale australienne.


Suivez Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram et abonnez-vous gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille, une inexactitude ? Contactez-nous

 

 

Comments
nc
Share With: