fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2021
HomeNewsAustraliaCultureLearn FrenchLearn French: Trump scelle sa réconciliation avec Turnbull à New York

Learn French: Trump scelle sa réconciliation avec Turnbull à New York

Donald Trump a scellé sa réconciliation avec le Premier ministre australien Malcolm Turnbull en réaffirmant l’alliance et la “formidable amitié” américano-australienne jeudi à New York, où le président américain revenait pour la première fois depuis son investiture.

Plusieurs organisations anti-Trump avaient appelé à manifester pour l’occasion. Mais leurs appels ont été suivis par quelques centaines de manifestants seulement, permettant au président américain de profiter de sa rencontre, après être arrivé à New York tout sourire, fort de sa victoire au Congrès dans l’après-midi.

Trump et Turnbull se sont retrouvés pour un dîner sur l’USS Intrepid, un porte-avions de la Seconde guerre mondiale transformé en musée à l’ouest de Manhattan.

Les deux dirigeants, tous deux en smoking, y ont marqué le 75e anniversaire d’une bataille maritime que leur deux pays remportèrent ensemble face au Japon, et célébré une alliance brièvement secouée fin janvier: un coup de fil entre les deux hommes s’était abruptement terminé lorsque Trump avait appris que son prédécesseur Barack Obama s’était engagé à accueillir plus d’un millier de réfugiés maintenus par l’Australie  dans des camps offshore controversés.

franckprovost728

Interpellé jeudi soir sur cette histoire par un journaliste, Trump a assuré que “tout était réglé”.

“Tout ça est réglé depuis longtemps”, a-t-il déclaré. “C’était un très bon coup de téléphone. Vous avez exagéré cet appel. C’était une grosse exagération, on n’est pas des bébés”, a-t-il ajouté.

“Tout ça était un peu de la fausse information”, a ajouté le président américain. Et Turnbull d’acquiescer: “c’est tout à fait vrai”.

Un peu plus tard, lors du dîner sur le porte-avions auquel participaient les épouses des dirigeants, Melania Trump et Lucy Turnbull, ainsi que des militaires et anciens combattants des deux pays, Trump a reconnu avoir été “un peu énervé” lors de cet appel.

Mais il a clairement voulu tourner la page jeudi, réaffirmant “la formidable amitié entre les Etats-Unis et l’Australie“.

“Les Américains n’ont pas de meilleurs amis que les Australiens”, a-t-il encore déclaré lors de ce dîner auquel participaient aussi le secrétaire d’Etat Rex Tillerson et le magnat australien des médias Rupert Murdoch.

Trump a rappelé que les armées des deux pays avaient combattu ensemble “depuis les plages de Normandie aux jungles du Vietnam et aux déserts du Moyen-Orient”, soulignant leur engagement commun face au terrorisme et à l’organisation Etat islamique.

“Aujourd’hui et ensemble, nous condamnons et résistons aux provocations de la Corée du Nord. Nous combattons ensemble en Irak et en Afghanistan pour battre et détruire les terroristes qui menacent notre style de vie”, a déclaré pour sa part M. Turnbull.

Trump était arrivé à Manhattan peu avant 19 heures (23H00 GMT), beaucoup plus tard qu’initialement prévu, après avoir pris le temps de célébrer sa première victoire au Congrès: la Chambre des représentants a adopté de justesse un texte remplaçant la loi emblématique de Barack Obama sur la santé, dite “Obamacare”.

Même si le texte doit encore passer par le Sénat où il risque d’être profondément remanié, ce vote marque une victoire pour le président qui avait fait de l’abrogation d’Obamacare une promesse-clé de sa campagne.

“Je pense qu’on arrivera” à faire passer le texte au Sénat, a-t-il assuré à New York. “Il changera peut-être un peu, il pourrait même être amélioré”.

Le retour du milliardaire à New York –où il avait toujours vécu et mené ses affaires jusqu’à son élection– devait durer quelques heures à peine. Il devait partir dans la soirée passer le week-end dans son club de golf de Bedminster, à environ 80 km de New York.


learnfrench
Trump meets Australia’s Turnbull, says spat ‘all worked out’
by Andrew BEATTY

Donald Trump and Australia’s Malcolm Turnbull met for a patch-things-up summit in New York Thursday, with the US president saying an earlier telephone spat was “all worked out.”
Trump claimed a bad-tempered call with the Australian prime minister early in his White House tenure had been “fake news” that was a “big exaggeration” by the media.

Trump reportedly exploded and cut short the call when he was told about a Barack Obama-era deal to move refugees from Australia to America.

The president took to Twitter afterward to label the agreement as “dumb,” rattling a decades-old alliance.
“It’s all worked out. It’s been worked out for a long time,” Trump said, as the pair, dressing in black tie, smiled and swapped legislative war stories.

“We had a great telephone call. You guys exaggerated that call. That was a big exaggeration. We’re not babies,” Trump said, reverting to his favored tactic of media-bashing.
“We get along great. We have a fantastic relationship, I love Australia, I always have,” Trump said as the pair met for the first time.

Turnbull said that “we can put the refugee deal behind you and move on.”
Trump and Turnbull gathered in New York, hoping to steady the long-standing alliance after relations soured at a time of growing tensions in the Asia-Pacific.

The two leaders convened on a decommissioned aircraft carrier, the Intrepid, in New York, to mark the 75th Anniversary of the Battle of the Coral Sea.

The World War II fight against Japanese forces forged an alliance that has seen Australia pitch in alongside the United States in every major conflict since.

Trump’s first return to his hometown since becoming president was marked by protests. Hundreds of opponents, shouted slogans as his motorcade passed.

– Fence-mending –
The crisis over North Korea’s nuclear and weapons programs and a fence-mending trip by Vice President Mike Pence to Sydney appears to have eased tension between the United States and Australia.

After meeting Turnbull, Pence said the United States would take the refugees but added it “doesn’t mean we admire the agreement.”

Turnbull, like Trump a businessman-turned-politician, has said he is “delighted” to meet with the US leader and affirm the relationship.

Trump, for his part, said he would be happy to travel Down Under.

“Oh that will happen. It’s one of the great, great places. It’s one of the most beautiful places on Earth. I have so many friends there. I’ll be there. We’ll be there — absolutely we’ll be there.”

The advent of Trump has invigorated a debate over Australia’s place in the world and whether its future lies with an unpredictable United States, or a closer relationship with China, its top trading partner.

Several former senior Australian diplomats have also urged Canberra to rethink ties with the US in light of China’s rise.

The icy start was cooled further by Washington’s withdrawal from a trans-Pacific trade agreement that would have given Australian businesses greater access to the US and key regional markets.

Share With: