fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUUn bébé de quatre mois gravement brûlé malgré une protection solaire SPF 50

Un bébé de quatre mois gravement brûlé malgré une protection solaire SPF 50

gjfood

La mère Lyndall Watson a fait confiance à l’écran solaire de la Société canadienne du cancer pour protéger son fils pendant une journée à la plage. Cette protecion n’as pas empêché le visage de son fils de brûler.  

Un bébé de quatre mois souffre d’horribles brûlures et d’ampoules après que l’écran solaire de la SPF 50 Cancer Society ne l’ait pas protégé des rayons du soleil néo-zélandais. La Société du cancer a confirmé qu’une enquête sur l’écran solaire est en cours à la suite de cinq « graves » plaintes au cours de cette saison estivale, selon le New Zealand Herald.

L’organisation reçoit environ 60 plaintes par saison. Cette saison, 30 personnes se sont plaintes jusqu’à présent, ce qui est comparable aux années précédentes, a déclaré Mike Kernaghan, directeur général.

La directrice générale de Consumer New Zealand, Sue Chetwin, a déclaré au Herald que la Cancer Society, parmi d’autres marques d’écrans solaires, ne s’était toujours pas pliée aux exigences du FPS (Facteur de Protection Solaire), et qu’il fallait que les fabricants procèdent à des essais plus fréquents.

Samedi, la famille est arrivée dans les Marlborough Sounds pour une pause estivale. Cet après-midi-là, vers 13 heures, la famille se rend à la plage.

Le visage et les mains du bébé Noah étaient recouverts de l’écran solaire SPF 50 Cancer Society 30 minutes avant d’arriver à la plage, car c’étaient les seules zones exposées, raconte Mme Watson.

Elle affirme que Noah a été gardé à l’ombre avec un chapeau et qu’elle a réappliqué plus de crème solaire en moins d’une heure, car il semblait qu’il était déjà en train de se brûler.

« J’ai fait confiance à la Société du cancer pour protéger mes enfants. Vous supposez qu’il s’agit d’une option sûre, car ce sont des experts, alors la dernière chose à laquelle je m’attendais, était ceci « , a-t-elle dit.

La famille a quitté la plage vers 16 heures, lorsque la mère a remarqué une tache rouge sur le nez de son fils.

« Au début, je pensais que c’était une piqûre de moustique, mais elle a commencé à s’étendre à ses yeux et à cloquer. C’est déchirant de voir ce qui arrive à votre bébé « , dit-elle.

Son fils aîné, âgé de 3 ans, a également été brûlé sur le dos, mais pas autant.

« Il était dans l’eau, donc c’est surprenant qu’il n’ait pas été aussi brûlé que Noah, mais je suppose que sa peau n’est pas aussi sensible qu’un bébé. »

Quatre jours plus tard, après des couches répétitives de gel d’aloe vera, le bébé Noah commençait à peine à récupérer. Son médecin lui a prescrit des crèmes et une demande d’indemnisation auprès de la Société néo-zélandaise d’indemnisation en cas d’accident a été faite « au cas où il y aurait des problèmes à un moment donné », a déclaré Mme Watson. « Le médecin a dit que nous devions garder Noah à l’abri du soleil pour le reste de l’été et prendre des précautions supplémentaires. »

« Je peux confirmer que nous avons été contactés par les deux personnes qui ont récemment fait la une des journaux au sujet de leurs plaintes concernant les écrans solaires. »

Elle a souligné qu’elle voulait partager son histoire pour aider à avertir les autres des dangers potentiels.

M. Kernaghan a déclaré que la société examinait les plaintes dans le cadre d’un processus formel car elle prenait la protection solaire très au sérieux et connaissait les dommages que le soleil peut causer aux Néo-Zélandais.

« Ce processus vise à comprendre comment l’écran solaire a été appliqué, à quelle fréquence et en quelle quantité. Ce processus garantit que nos produits fonctionnent comme il se doit « , dit-il.

Mme Chetwin dit qu’il y a un problème avec la fréquence à laquelle les organisations examinent leur formule de protection solaire.

« Les fournisseurs d’écrans solaires effectuent leurs propres tests, mais cela doit être plus fréquent. Nous avons des fonds limités pour tester tous les produits, mais nous testons les marques populaires comme la Société canadienne du cancer « , dit-elle.

Consumer NZ attend actuellement les résultats de la dernière série d’écrans solaires de la Société du cancer, a déclaré Mme Chetwin. Elle a confirmé qu’en 2017, la Société canadienne du cancer avait échoué à son test de FPS.

Les tests de protection solaire des consommateurs néo-zélandais sont effectués dans un laboratoire en Australie sur une dizaine de personnes.

 

Sources : News.com.au

——————————————

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille, une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
franckprovost
Share With: